Emile Saurat, le forçat évadé ( par J.-C. Vimont)

L’ouverture d’un musée du bagne en novembre 2014 dans le camp de la transportation à Saint-Laurent-du-Maroni marque un tournant majeur dans la patrimonialisation carcérale. Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (Ciap) de Saint-Laurent ouvrit ses portes au public le 9 décembre 2014. Il fallut près de trente années pour mener à bien ce projet. Jusqu’à cette date, des documents précieux et méconnus étaient conservés au Musée départemental de Guyane, le musée Alexandre-Franconie à Cayenne. Un site au fonctionnement chaotique présente encore quelques pièces de ses collections, notamment des photographies des anciens bagnards Vaudé et Saurat. Raymond Vaudé est une figure connue en Guyane, notamment grâce à des mémoires, Passeport pour le bagne. En 1933, il fut condamné par les assises de la Seine à cinq années de travaux forcés à la suite d’un cambriolage. Il partit en Guyane sur le La Martinière en 1935. Libéré, mais astreint au doublage, il s’évada et revint en France, mais fut arrêté en 1938. Engagé dans la Résistance, il fut réhabilité.

1 et 2 . Documents provenant du Musée Alexandre-franconie de Cayenne

Raymond Vaudé en 1938

Raymond Vaudé en 1938

Capture d’écran 2015-04-22 à 19.18.07

Le 20 septembre 1938, Emile Saurat fut extrait de la prison de la Santé. Conduit à la mairie du XIVème arrondissement, il épousa une serveuse de restaurant qui « lui avait conservé son amour », selon Le Populaire. Le mariage d’un forçat en rupture de ban, évadé du bagne de Guyane, était chose rare et les photographes de presse furent présents à la cérémonie, notamment ceux du Journal et de Paris Soir. Ce quotidien donnait la parole à la jeune femme, Georgette Nouvel : « Je veux le sauver… et Dieu m’en tiendra compte ! » Ce n’était pourtant pas la première fois qu’un futur marié indiquait à un officier d’état civil qu’il était domicilié en prison. Quelques mois auparavant, le voleur récidiviste Serge de Lenz avait convolé à la mairie du XVIème arrondissement. Il était alors « domicilié » à Fresnes.

Originaire de Sentenac-du-Sérou dans l’Ariège où il naquit en 1896, il avait été condamné à huit années de travaux forcés par la cour d’assises de Toulouse. La sentence, prononcée le 5 juillet 1922, sanctionnait un vol qualifié, le cambriolage d’un magasin de fourrures. Il avait été arrêté en novembre 1921 avec un complice alors qu’il tentait de s’enfuir devant des policiers. Des échanges de coups de feu eurent lieu. Saurat fut blessé à la cuisse, un policier à la main droite. Un troisième malfaiteur réussit à prendre la fuite. Saurat n’avait que vingt-cinq ans.

Il fut transporté en Guyane en 1924. Bagnard modèle, selon plusieurs journaux, il fut employé comme « écrivain » à Saint-Laurent-du-Maroni, puis comme commis à la marine. La réception d’un colis clandestin de linge de la part d’un concessionnaire, un forçat à qui on avait accordé un lot de terre, entraîna une punition sévère : un an de plus au bagne. Il s’évada le 25 juin 1927 de Saint-Laurent-du-Maroni avec neuf autres condamnés. Ils avaient acheté une barque de huit mètres, pourvue d’une voile, des vivres et une barrique de deux cents litres d’eau. Après quatorze jours, des gardes côtes vénézuéliens les guidèrent vers la terre. Ils étaient exténués. Peu après, il gagna Caracas où pendant cinq années il fut employé d’hôtel. Ses économies lui permirent de regagner l’Europe. Il arriva en Espagne en 1936 et s’installa à Barcelone. Il quitta le pays lors du déclenchement de la guerre civile, en compagnie d’un autre bagnard évadé, Noël Roubeix, et gagna Tarbes puis Paris. Roubeix, condamné à huit années de travaux forcés, avait lui aussi réussi la belle à l’aide d’une frêle embarcation. Il s’était installé au Mexique, puis était allé en Espagne.

Les deux évadés avaient contacté une officine de faux-papiers, boulevard Malesherbes à Paris. Une enquête de la police judiciaire de juillet 1938 permit la découverte de cet atelier clandestin. Plusieurs malfaiteurs furent arrêtés. Saurat possédait des faux papiers au nom de Bidegain, comptable de profession. Il demeurait rue Colette à Paris. Des documents retrouvés conduisirent les enquêteurs sur les traces de Saurat et Roubeix. Recherchés, ils furent arrêtés dans un débit de boisson de Saint-Ouen. Saurat fut incarcéré dans la maison d’arrêt de la Santé.

Document 3 . Source Musée Alexandre-Franconie de Cayenne.

Emile Saurat

Emile Saurat

Il épousa la jeune serveuse de restaurant et fut donc extrait de la prison pour quelques heures. Il tenta un recours en grâce mais la Chancellerie le rejeta fin janvier 1939.

Document 4 . Source musée Alexandre-Franconie à Cayenne

Mariage d'Emile Saurat

Mariage d’Emile Saurat

Il comparut devant la 16ème chambre du tribunal correctionnel de la Seine fin février 1939, en compagnie de Roubeix, pour fabrication et usage de faux état civil. Il y avait prescription pour le délit d’évasion. Mais chez Roubeix, les policiers avaient découvert une pince monseigneur. Ce « « Jean Valjean au petit pied », selon l’expression de Paris Soir du 28 février 1939, méritait-il l’indulgence des magistrats ? Allaient-ils être sensibles aux plaidoiries des avocats Valensi et Moro-Gaffieri ?

Document 5. Première page de Paris-Soir du 28 février 1939.

Paris-Soir, février 1939

Paris-Soir, février 1939

 Document 6. Les deux forçats évadés devant le tribunal correctionnel de la Seine ( à gauche Emile Saurat)

Emile Saurat devant le tribunal correctionnel (1939)

Emile Saurat devant le tribunal correctionnel (1939)

Les avocats de Saurat avaient distribué à la presse un manuscrit où le forçat narrait ses aventures. Les juges rendirent leur verdict le 7 mars 1939 : un an de prison. Saurat fit appel. Nous ne connaissons pas la décision finale des juges, ni le devenir de Saurat, quelques mois avant la déclaration de guerre.


Vous aimerez aussi...