Maurice Garçon, Journal (1939-1945), édité par Pascal Fouché et Pascale Froment

GarçonParution de Maurice Garçon, Journal (1939-1945), édition établie, présentée et annotée par Pascal Fouché et Pascale Froment, Paris, Les Belles Lettres/Fayard, 2015, 704 p., ISBN 978-2-251-44536-6, 29 € jusqu’au 30 juin 2015, 35 € après cette date.

Présentation de l’éditeur

« Ce ne sont pas des mémoires. C’est trop tôt. Ce n’est pas un journal. Je ne vois pas assez de choses… Ce sont des notes, des notes dont je veux me souvenir et que seul, peut-être, j’aurai plaisir à relire… »

Lorsque Maurice Garçon (1889-1967) inaugure par ces mots le premier cahier de son journal, en 1912, il ne se doute pas qu’au cours du demi-siècle à venir et jusqu’à la veille de sa mort, il va en remplir 41 autres. Il a vingt-trois ans et vient de prêter serment au barreau de Paris.

Ses cahiers deviennent ses confidents quotidiens : il se précipite presque chaque soir sur les pages à noircir. Il note, raconte ses journées avec verve.

La période de l’Occupation lui donne l’occasion de déployer tous ses talents de chroniqueur. Il sillonne Paris et la province, enquête, furète, recoupe : nous voici conviés à une ahurissante traversée des années noires, histoire immédiate haletante. Maréchaliste de la première heure, il fait volte-face à l’armistice et, après le vote des pleins pouvoirs à Pétain, le 10 juillet 1940, il ne cessera plus de fustiger « le Vieux ». Fureur patriote, chagrin sans pitié, colère, espoir, désespoir. Honte de la collaboration. Virulence contre les nouvelles lois de Vichy. Son journal déborde. Portraits, détails méconnus, anecdotes, parfois révélations. Maurice Garçon se livre avec une enviable facilité d’écriture et le mérite constant de s’interdire toute retouche. Car ce qu’on découvre est un premier jet presque sans ratures, qui ne sera jamais repris ni retravaillé. On lit sur le vif.

La vie du Palais de justice, les figures du barreau, souvent têtes d’affiche de la politique, deviennent familières. Maurice Garçon connaît tout le monde, est de tous les grands procès, des dossiers criminels aux affaires politiques. En 1941, on lui confie la défense de Georges Mandel et de Gabriel Péri.

Ses plaidoiries érudites ont fait de lui, dès avant guerre, un avocat littéraire, voire mondain. Toute une galerie de personnalités en vue défile dans ses pages, écrivains, peintres, comédiens, éditeurs.

En ces années d’Occupation, il côtoie André Malraux, Jean Paulhan, Paul Valéry, est intime de François Mauriac, croise régulièrement Paul Léautaud. Et ses cahiers font écho, parmi d’autres, au Journal de ce dernier, conversations silencieuses infiniment poursuivies.

Les auteurs

Pascal Fouché, historien et éditeur, a notamment publié L’Édition française sous l’Occupation 1940-1944 (BLCF, 1987), dirigé L’Édition française depuis 1945 (Éditions du Cercle de la Librairie, 1998) et codirigé le Dictionnaire encyclopédique du Livre (Éditions du Cercle de la Librairie, 2002, 2005 et 2011) ainsi que le catalogue de l’exposition pour le centenaire des éditions Gallimard (Gallimard 1911-2011 : un siècle d’édition, BnF-Gallimard, 2011). Il a également édité les correspondances de Proust et de Céline avec leur éditeur (Gallimard, 1989 et 1991) et est l’auteur de Céline. « Ça a débuté comme ça » dans la collection « Découvertes » (Gallimard, 2001).

Pascale Froment, journaliste et écrivain, a publié Roberto Succo (Gallimard, 1991 ; réédition Folio, 2001) et René Bousquet (Stock, 1994, réédition Fayard, 2001). Elle écrit une biographie de l’éditeur Robert Denoël (1902-1945), à paraître aux éditions Fayard.

A voir : Exposition « Maurice Garçon l’éloquence et la plume », Musée du Barreau de Paris, du 12 mai au 31 juillet 2015.


Vous aimerez aussi...