Les vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours (Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Myriam Soria)

VénéneusesParution de Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Myriam Soria (dir.), Les vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 432 p., 22 €, ISBN 978-2-7535-3621-0

4e de couverture

L’empoisonneuse, sinistre et redoutable, femme de l’ombre, sournoise et habile, hante l’imaginaire des sociétés depuis l’Antiquité. Chaque époque invente des personnages dont les gestes sèment l’effroi et prennent place dans la mémoire collective. Mais la figure de l’empoisonneuse, à la croisée des récits historiques et littéraires, des documents judiciaires et de la fiction, du passé et du présent, apparaît à la fois immobile et différente et surtout beaucoup plus complexe que ce que l’on pouvait supposer. Pour en dresser le portrait et saisir la place qu’elle occupe, comprendre la production des images et leur circulation, il convenait, dans le présent ouvrage, de mobiliser des études portant sur le corps, la criminalité, le genre et leurs représentations. Les empoisonneuses nécessitent de faire appel à des disciplines diverses dans le temps long, de l’Antiquité à nos jours, afin de se demander comment et pourquoi des stéréotypes, qui tendent à faire du poison une arme du féminin et de l’empoisonneuse un poncif de l’imaginaire de la femme coupable, ont été construits, transmis, adaptés et amplifiés jusqu’au XXIe siècle.

Les portraits anonymes ont souvent été rejetés dans la pénombre par quelques figures illustres qui ont retenu toute l’attention. Pourtant Circé ou Cléopâtre, les reines ou les sorcières médiévales, les élégantes et les domestiques de l’époque moderne, ont bien plus en commun qu’on ne l’imagine avec les empoisonneuses des campagnes ou les grandes criminelles contemporaines que la chronique judiciaire a régulièrement présentées aux lecteurs puis aux spectateurs. Mais la vénéneuse, si elle renseigne sur la criminalité des femmes et la logique des gestes, informe aussi sur la peur ou le mal-être d’une société d’hommes qui se complait à rejeter les empoisonneuses du côté du féminin hors norme et de l’éternelle femme coupable.

Table des matières

Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud, Introduction générale

Première partie. Mises en scène

Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud, Introduction à la première partie

Lucille Arnaud, L’île de Circé, Aiaié la vénéneuse

Emmanuelle Santinelli-Foltz, A la recherche des empoisonneuses du haut Moyen Âge

Didier Veillon, Un parricide par empoisonnement sous la Restauration: l’affaire Bouvier

Anne Chassagnol, Le poison du désespoir ou l’élixir de l’émancipation: les Victoriennes et l’arsenic

Anne-Emmanuelle Demartini, L’empoisonneur au miroir de l’empoisonneuse. Imaginaire de l’empoisonnement et genre (XIXe siècle)

Sandrine Rabosseau, La figure de l’empoisonneuse dans les fictions et la presse du XIXe siècle

Solange Vernois, Les connotations littéraires et caricaturales de l’Affaire des Empoisonneuses de Marseille (1868)

Deuxième partie. Célèbres et ordinaires

Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud, Introduction à la deuxième partie

Adeline Grand-Clément et Sarah Rey, Les filles de Médée. Figures de reines vénéneuses dans l’historiographie gréco-latine

Éric Limousin, L’empoisonneuse empoisonnée: l’impératrice et le poison

Laurent Hablot, Valentine Visconti ou le venin de la biscia

Margaux Buyck, Portraits croisés de 16 présumées empoisonneuses dans la Bologne moderne(XVIe-XVIIe siècles)

Fabrice Vigier, Une histoire d’empoisonneuse au pays des aïeux de Voltaire? L’affaire Jeanne Courillaud à Airvault en Poitou (1763-1767)

Jean-Marie Augustin, Les destins croisés de Marie Lafarge et Marie Besnard : empoisonneuses ou innocentes?

Nicolas Picard, Des histoires banales : l’« étrange monotonie » des empoisonneuses en France au XXe siècle

Troisième partie. Enjeux et controverses

Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud, Introduction à la troisième partie

Bernard Legras, Cléopâtre VII : mourir par le venin du cobra ?

Michel Briand, Les pharmaka de Médée : enjeux poétiques et culturels

Antonio Gonzales, Venificia matronarum, uinificia seruarum : la cité face aux femmes empoisonneuses

Nicole Brocard, Henriette de Crans, sorcière, hérétique, invocatrice de « dyables » et empoisonneuse

Gwénaël Murphy, Le venin de la séparation. « Fausses empoisonneuses » contre maris violents (XVIIIe-XIXe siècles)

Karine Salomé, La vitrioleuse, antithèse de l’empoisonneuse? (années 1870-1930)

Sébastien Soulier, Marie Dabert était-elle méchante ? De la construction d’une réputation à la médiatisation d’une figure d’empoisonneuse dans la presse régionale à la veille de la Grande guerre

Ludovic Gaussot et Nicolas Palierne, Empoisonnement et intoxication alcoolique des femmes. De la bonne ménagère à la mauvaise mère

Myriam Soria, Conclusion. L’empoisonneuse ou l’éternel féminin

Lire l’Introduction sur le site de l’éditeur


Vous aimerez aussi...