Parution : La vengeance en Europe, XIIe-XVIIIe s. (Cl. Gauvard, A. Zorzi, dir.)

28405100264330LParution de Claude Gauvard et Andrea Zorzi (dir.), La vengeance en Europe, XIIe-XVIIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

4e de couverture : L’histoire de la vengeance, du Moyen Âge à la fin de l’époque moderne, restait à écrire. Les 18 contributions de cet ouvrage, fruits de trois rencontres internationales posent les premiers jalons des pratiques de la vengeance en étudiant une série de cas pris dans l’Empire, dans le royaume de France, et aussi en Italie et en Espagne, dans ces pays méridionaux où la vengeance est censée subsister jusqu’à nos jours. Tous les groupes sociaux sont concernés, nobles comme non-nobles, paysans et citadins, clercs et laïcs. L’idée a été de comprendre comment et pourquoi, globalement, la vengeance régresse en Occident. Il fallait pour cela interroger les outils théoriques dont dispose l’historien, la notion de « justice privée », qui renvoie à l’idée d’un État détenteur du monopole de la violence légitime, ou celle de « civilisation des mœurs » qui accompagne nécessairement l’idée d’un progrès de l’homme sur ses pulsions agressives. Ces notions volent ici en éclats pour faire place à des explications plus nuancées et sans doute plus justes. L’État peut louer la vengeance tout en la condamnant par bribes et la vengeance peut se dérober à l’observation ou au contraire envahir la documentation au gré des acteurs qui la manipulent pour en faire mémoire. Enfin, si le lien entre honneur et vengeance est ici privilégié, il n’est pas le seul critère d’explication. Car la vengeance se révèle multiforme et, de ce fait, reste difficilement saisissable.

Voir l’ouvrage et son sommaire sur le site de l’éditeur