274 – Portrait du jour : Franck Klarczyk, un « policier de la rue » s’invite sur le le blog des “aficionados du crime” du site criminocorpus

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 274ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit Franck Klarczyk , un « policier de la rue » auteur de trois romans policiers.

266 – Portrait du jour : Virginie Anglard, la romancière qui sème la panique à Brive

L’entretien qui suit a été réalisé par Virginie Anglard, la romancière qui sème la panique à Brive.

Virginie est née à Limoges où elle travaille comme conseillère en insertion. Elle a longtemps vécu à Rochefort-sur-Mer et conserve un attachement nostal­gique aux plages de la Charente-Maritime. Grande lectrice, tout lui est bon pour nourrir son goût de l’écriture, de Dante à D’Arzo, en passant par Éluard, Niel … Pour cette littéraire de formation classique, le roman policier est un choix réfléchi, celui de pointer, sans dis­cours péremptoire ni censure, les dysfonctionnements d’un système dont trop nombreux sont les complices…

Bienvenue Franck Klarczyk sur le blog des “aficionados du crime”. Ph. P

______________________________________________________________________________________________________________________________________

GARDE A VUE DE FRANCK KLARCZYK

Interrogatoire mené par Virginie Anglard, pour le carnet Criminocorpus

Biographie : 

274 – Portrait du jour : Franck Klarczyk un “policier de la rue” s’invite sur le le blog des “aficionados du crime” du carnet Criminocorpus.

Depuis plus de vingt ans, Franck Klarczyk est un « policier de la rue », c’est-à-dire qu’il exerce au sein de la police-secours.

D’abord affecté en région parisienne, puis dans le Pas-de-Calais où sont ses racines, il est aujourd’hui en poste dans le Sud-Ouest, et plus précisément à Brive-la-Gaillarde, en Corrèze.

Cinéphile et passionné de littérature policière, il a commencé à écrire bien avant d’entrer dans la police.

Bibliographie :

« Sanglante vérité », 2013 http://www.gesteditions.com/

« Les crocs de la Corrèze  », 2015 http://www.gesteditions.com/

«  MORT, point final », 2017 Éditeur : Lucien Souny http://www.luciensouny.fr/

_________________________________________________________________________________________________________________________

Virginie Anglard : Bonjour, Franck. Que souhaitez-vous nous dire vous concernant, ou concernant votre parcours ?

Franck Klarczyk : Déjà, je demande à parler à mon avocat !

Blague mise à part, si je suis policier, ce n’est pas par vocation. Pourtant, la proximité avec les gens, être confronté à leurs problèmes et tenter de les résoudre, l’aide aux personnes, tout simplement le service public, c’est ce qui m’a permis de poursuivre ma carrière dans la police plutôt que de me diriger vers l’enseignement que je visais au départ.

En parallèle, l’écriture m’a toujours accompagné depuis la fin de mon adolescence. La publication de mes romans et, au final, la rencontre avec les lecteurs est un énorme bonus pour moi.

V.A : Quel cheminement a déclenché votre envie d’écrire ?

F. K : Le cheminement est assez simple et commun à beaucoup d’auteurs, je pense, c’est le cinéma qui a déclenché le mécanisme d’écriture. D’un scénario d’abord. Une histoire originale qui est toujours dans un tiroir. C’est ce qui m’a révélé cette nouvelle passion. Celle de créer, sur le papier, des personnages, des histoires capables d’emmener les gens, comme au cinéma.

V.A : Y a-t-il des lectures, des auteurs, qui vous ont particulièrement marqué ?

F.K : Après quelques BD comme Astérix et Tintin, c’est Stephen King – via mon frère aîné – qui m’a laissé des séquelles. Plus tard c’est un auteur ‘d’min coin’, du Pas-de-Calais comme moi, qui m’a marqué. C’est Franck Thilliez dont les thrillers très durs m’ont accroché. Un peu comme ceux de Jean Christophe Grangé ou de Maxime Chattam et plus récemment, ceux de pas mal d’autres auteurs français que je ne citerai pas car ils sont nombreux à concurrencer les bons auteurs étrangers.

V.A : Pensez-vous que votre pratique professionnelle soit une plus-value dans votre processus d’écriture ?

F.K : Une plus-value, je ne sais pas, mais une aide c’est certain. Dans le sens où il m’est peut-être plus facile de coller à la réalité du travail. Même si je me permets quelques entorses au règlement, les collègues se retrouvent dans leurs activités. De plus, le contact quotidien avec la population, avec la réalité du terrain, est aussi une source intarissable de faits, d’anecdotes qui peuvent être intégrés à une histoire et lui donner du réalisme.

V.A : Vos intrigues trouvent-elles leur source dans l’actualité ?

F.K : Oui, entre autre, avec la profession, le quotidien, l’imaginaire. Tout cela se retrouve inexorablement dans l’écriture.

V.A : Vos personnages sont-ils un pur produit de votre imaginaire ?

F.K : Oui et non. Oui, pour certains et fort heureusement. Non, pour d’autres qui peuvent être tout ou partie d’une personne que je connais, que j’ai rencontré ou un amalgame de plusieurs personnalités croisées dans la vie.

V.A : Voyez-vous des points communs entre la psychologie du lieutenant Marcini, personnage central de vos romans, et vous-même ?

F.K : Là encore, oui et non. Dans la mesure où je mets beaucoup de moi-même dans mon écriture et que mon personnage central est un flic, alors forcément, il y a un peu de moi dans Marcini. Comme il y a un peu de moi dans Adamczyk, son collègue dans « Les crocs de la Corrèze  ». C’est l’un des privilèges de l’écriture, la liberté de créer ce que l’on veut, d’être ce que l’on veut, ou même de ne pas être du tout en restant simplement narrateur et spectateur.

V.A : Quels sont vos projets littéraires pour les mois à venir ?

F.K : Écrire mon quatrième roman. Une nouvelle aventure avec Marcini.

V.A : Qu’avez-vous envie de dire à vos lecteurs ?

F.K : A mes lecteurs, je leur dis merci. Un énorme merci car dès la sortie de mon premier livre ce sont eux qui m’ont donné de l’assurance et l’envie de continuer. Et, encore aujourd’hui, leurs encouragements me motivent et me soutiennent.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers, de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marty dit :

    J’ai vraiment beaucoup, beaucoup aimé « Sanglante Vérité » et « Mort Point Final » deux ouvrages qui ne manquent pas d’originalités , de suspens et des « fins » surprenantes. Moi j’adore.
    Je n’ai pas encore lu « Les Crocs De La Corrèze » , mais cela ne va pas tarder.
    J’ai rencontré Mr klarczyk à la foire du livre 2019 quelques minutes. Très sympathique. Carline Marty