l’épuration ethnique en toute impunité

Enceinte sécurisée d’un camp de rééducation pour musulmans près de la ville de Hotan, dans le Xinjiang, le 31 mai 2019. | Greg Baker

Au Xinjiang, un million de personnes sont emprisonnées dans des camps de concentration. Qui s’en soucie ?

Les révélations publiées le 16 novembre par le New York Times [et celles de l’ICIJ, reprises par dix-sept médias dont Le Monde le 24 novembre, ndlr], basées sur des centaines de pages de documents du Parti communiste chinois ayant fuité, détaillent l’organisation et les délibérations derrière les détentions de masse dans les camps de rééducation pour musulmans de la province chinoise du Xinjiang, dont la majorité des prisonniers sont membres du groupe ethnique des Ouïghours.

L’article écrit par Austin Ramzy et Chris Buckley expose la conviction du président Xi Jinping que le radicalisme islamique est comparable à un «virus» qui ne peut se soigner qu’au moyen d’une «période de traitement interventionniste douloureux».

Pour en savoir plus lire l’article de Joshua Keating — Traduit par Bérengère Viennot — 26 novembre 2019  sur le site de Slate


Vous aimerez aussi...