278 – Portrait du jour : Marie-Thérèse Ferrisi (Mathe Doumfer) autrice d’un premier polar intitulé « Le trident d’argent »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 278ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit avec infiniment de plaisir Marie-Thérèse Ferrisi (Mathe Doumfer) autrice de polar.

Marie-Thérèse Ferrisi est née près d’Alger en 1950, d’une famille italienne. Émigrée en France en 1963, elle est l’autrice d’un premier roman policier intitulé : « Le trident d’argent ». Son goût du suspense lui vient de ces instants d’incertitude et d’impasse, vécus pendant la guerre d’Algérie. Sa longue expérience paramédicale en psychiatrie, les différentes régions où elle a pu exercer, les êtres qu’elle a rencontrés, la littérature au sens général, nourrissent son désir d’écriture.

http://editions-sydney-laurent.fr/

Bienvenue Mathe Doumfer sur le blog des “aficionados du crime”. Ph. P

__________________________________________________________________________________________________________________

Marie-Thérèse Ferrisi (Mathe Doumfer) pour le carnet criminocorpus.

“Je suis d’origine italienne, née en Algérie, émigrée en France en 1963, à l’âge de treize ans.

Pendant la guerre d’indépendance de ce pays qui m’est si cher, deux années de privation scolaire ont été fondamentales à mon évolution. Un de nos voisins de palier m’a légué, lors d’un départ précipité, un coffre rempli de livres d’aventures, dont deux me marquèrent profondément. « Le petit chose » d’Alphonse Daudet et « David Copperfield » de Charles Dickens.

Une boulimie de littérature est donc venue combler, sans doute, le manque de relation, et calmer l’angoisse de la guerre.

Adulte, j’ai fait mon chemin dans l’univers introspectif de la psychanalyse, des soins cliniques auprès des personnes hospitalisées en psychiatrie, et j’ai fini par enseigner, former pendant quatorze ans des jeunes étudiants aux soins cliniques. En différents lieux de l’Hexagone, les rencontres ont été enrichissantes des deux côtés de la barrière, du normal au pathologique.

L’écriture a toujours fait partie de mes travaux de recherche, mais l’aventure, celle de raconter une histoire en imaginant des personnages, des scenarii, s’est imposée à moi, peu de temps avant ma retraite professionnelle, entrecoupée de la pratique du piano qui reste mon autre passion.

Le goût du suspense et de l’intrigue policière, représente à mes yeux, un antidote à l’ennui, l’expérience d’un puzzle à reconstituer, un temps suspendu.

La liste de mes écrivains préférés est longue, et ceux qui me viennent à l’esprit sont : Fred Vargas, Henning Mankell, Yasmina Khadra, Erik Orsenna.. liste non exhaustive.”

____________________________________________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.