Irlande du Nord : La prison de Crumlin Road ouverte au public (J-C Vimont)

Les accords de paix de 1998 ont permis la libération des détenus politiques des six comtés de cette province d’Irlande, l’une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Les prisons d’Armagh, de Crumlin Road à Belfast, de Long Kesh ( The Maze prison ou The H blocks), à seize kilomètres de cette ville, ont été vidées de leurs occupants et désaffectées.  La prison de Crumlin Road est depuis 2012 proposée à la visite des touristes. Elle est même intégrée aux circuits des chauffeurs de Black cabs, souvent d’anciens protagonistes de la guerre civile, aux côtés des Murals, ces fresques réalisées dans les quartiers populaires nationalistes ou unionistes. Les autorités locales ont conçu un véritable musée de la vie carcérale avec des cellules reconstituées, des mannequins de prisonniers, des collections d’entraves et de clefs, des Mug shots (photographies anthropométriques) de détenus….

Crumlin road jail

Crumlin road jail

The Crumlin Road Gaol, appelée aussi The Crum, fut construite de 1843 à 1845 par l’architecte Charles Lanyon à proximité du tribunal et reliée à lui par un tunnel.  cet établissement de pierres de basalte accueillit ses premiers prisonniers en 1846 et ferma ses portes en fin mars 1996. Quatre ailes de détention cellulaire rayonnaient à partir d’un rond point central, thé Circle, restauré après la fermeture et assez impressionnant. L’architecte s’était inspiré de la prison de Pentonville et la prison fut la première construite en Irlande sur le modèle du régime de séparation individuelle, qui faisait alors l’objet de nombreux débats en Europe, notamment en France. Elle devait accueillir environ cinq cents prisonniers. Des hommes, des femmes et des enfants y furent emprisonnés. Une cellule présente les aménagements des premières années, avec un hamac en guise de literie Des suffragettes y furent incarcérées en 1914, Eamon de Valera pendant un mois en 1924 et des prisonniers politiques nationalistes et loyalistes furent internés lors des troubles à partir des années soixante-dix.

Dix sept exécutions par pendaison eurent lieu dans cette prison, dont celle d’un volontaire de l’Armée républicaine irlandaise ( IRA), Tom Williams, en 1942. Il avait tué un policier du Royal Ulster Constabulary, un catholique père de neuf enfants, au cours d’une opération menée par six hommes et deux femmes de l’IRA. Considéré comme le chef de l’unité, il fut condamné à mort et exécuté par le bourreau Thomas Pierrepoint. il n’avait que dix-neuf ans. Les corps des suppliciés étaient enterrés dans l’enceinte de la prison. Le mouvement républicain lui offrit des funérailles en 2000, en présence de Joe Cahill, son ancien complice de l’époque et devenu ensuite chef d’état-major de l’IRA et de Gerry Adams, leader du Sinn Fein et signataire des accords de paix. La chambre des exécutions est présentée lors des visites guidées.

Cette prison fut le théâtre de nombreuses évasions. En 1943, trois membres de l’IRA dont le chef d’état major Hugh McAteer, Patrick Donnelly et Jimmy Steele s’évadèrent et ne furent pas repris. L’une des plus célèbres eut lieu le 17 novembre 1971. Neuf prisonniers de l’IRA, victimes de l’internement administratif mis en place cette même année, s’échappèrent en franchissant le mur d’enceinte à l’aide d’échelles de cordes, lancées depuis l’extérieur, pendant un match de football. Deux d’entre eux furent repris peu après déguisés en prêtres. Les neuf évadés, Thomas Kane, Seamus Storey, Bernard Elliman, Danny Mullan, Thomas Fox, Tom Maguire, Peter Rogers, Christy Keenan et Terrence « Cleaky » Clarke, furent surnommés « the crumlin kangaroos » et la prison suscita de nombreuses plaisanteries chez les sympathisants de l’IRA et dans la diaspora irlandaise. Le groupe musical Wolfhound glorifia cette épopée dans la chanson »over the wall ». Dix ans plus tard, en juin 1981, huit autres membres de l’IRA, armés de trois mitraillettes, parvinrent à s’échapper. Surnommés « the M60 squad », les huit évadés, Tony et Gerry Sloan, Gerard McKee, Joe Doherty, Angelo Fusco, Patrick ‘Dingus’ Magee,Tony Campbell et Pete Ryan gagnèrent l’Irlande du sud.

Les manifestations des détenus politiques de chacun des camps scandèrent la vie de cet établissement jusqu’en 1991. A plusieurs reprises, et ceci dès 1971, ils grimpèrent sur les toits. Les tensions étaient vives entre les différentes factions. En 1991, les républicains nationalistes firent exploser une bombe dans la cantine des militants unionistes, tuant deux prisonniers et en blessant de nombreux autres. En représailles, une roquette fut tirée depuis l’enclave protestante de Shankill road sur l’aile occupée par les membres de l’IRA et de l’INLA. Peu après les prisonniers politiques furent transférés dans la prison de Long Kesh.

Crumlin road jail

Crumlin road jail

Site majeur de l’architecture carcérale victorienne, ce musée est aussi lieu de mémoire des affrontements politiques qui ensanglantèrent l’Ulster durant la seconde moitié du XXème siècle.


Vous aimerez aussi...