Irlande du Nord : visites de la prison d’Armagh avant sa transformation en hôtel (J-C Vimont)

La prison d’Armagh en Irlande du Nord laissera bientôt la place à un hôtel. En attendant les débuts des travaux, des visites y sont organisées. Construite vers 1780, elle ferma en 1986. Durant l’ère victorienne, vers 1840-1850, elle fut réaménagée en s’inspirant du modèle cellulaire de la prison anglaise de Pentonville. Connue comme une prison pour femmes au XXème siècle, elle accueillit des hommes à différents moments de son histoire.

Prisonnières républicaines à Armagh (source : An Phoblacht)

Prisonnières républicaines à Armagh (source : An Phoblacht)

Des détenues politiques séjournèrent dans cette prison. Les femmes suspectées d’appartenir à l’IRA ou à l’INLA, internées ou condamnées pour leur participation à des attentats, furent plus d’une centaine au milieu des années soixante-dix. Les soeurs Marian et Dolours Price, qui avaient participé à la campagne des bombes de l’IRA en Angleterre, en 1973, furent incarcérées à Armagh, après deux cents jours de grève de la faim ( pendant 167 jours elles furent nourries de force) pour être transférées des prisons anglaises vers l’Irlande du Nord. Les prisonnières politiques étaient encore une soixantaine à la fin de cette décennie. En 1980, plusieurs d’entre elles appartenant au camp nationaliste et républicain irlandais menèrent la lutte pour obtenir un statut de prisonnier politique. Il avait été accordé par les autorités britanniques en 1972, mais quatre années plus tard les autorités étaient revenues sur les concessions octroyées, tentant de criminaliser les opposants enfermés.

Ayant le loisir de conserver leurs propres vêtements et de ne pas mettre une tenue carcérale, elles ne participèrent pas au mouvement qui consista à demeurer nu sous des couvertures comme à Long Kesh, chez les hommes, dès 1978. Mais elles entreprirent un « dirty protest », tout comme les garçons, en février 1980. Elles refusèrent de se laver et répandirent le sang de leurs règles sur les murs de leurs cellules, leurs excréments également. Les autorités de la prison les confinèrent vingt-trois heures sur vingt-quatre dans leurs cellules nauséabondes. Le sort d’une jeune militante de Derry, Pauline McLoughlin, émut l’opinion puisqu’elle tomba malade et dut être transférée à deux reprises dans un hôpital. Le mouvement dura une année jusqu’en février 1981. Il suscita de nombreux débats au sein du mouvement républicain, chez les féministes et dans l’église catholique. Les prisonnières offraient une image en rupture avec les représentations traditionnelles de la femme irlandaise. Les groupes féministes se divisèrent car certains considéraient qu’il ne s’agissait que d’un combat instrumentalisé par les organisations républicaines, les autres mesurant la dimension féministe d’une lute entreprise dans une prison où tous les gardiens, les directeurs et sous-directeurs étaient des hommes. En 198O également, trois d’entre elles entreprirent un grève de la faim, un an avant le mouvement des hommes dans la prison de Maze, la prison de long Kesh. Il s’agissait de Mairéad Nugent, Mary Doyle et Mairéad Farrell. La tension était extrême au sein de l’établissement, avec de fréquentes fouilles de cellules. En 1979, un commando de l’INLA avait tué une surveillante de la prison et blessé plusieurs de ses collègues.

Plusieurs films ont été réalisés où les anciens hôtes de la prison offrent leurs souvenirs. Les prises de vues ont été réalisées au sein de la prison. Ces recueils de témoignages ont contribué à la mémoire et à l’histoire d’un combat, fréquemment négligé dans les histoires des troubles civils de la province d’Ulster.

Le mouvement des femmes d’Armagh n’occupe pas la même place que celui des hommes de Long Kesh dans la mémoire irlandaise, comme en témoigne un article de An Phoblacht. Les fresques des quartiers populaires sont muettes, alors que les portraits des martyrs de la grève de la faim de 1981 sont présents sur bien des murs. Ce « dirty protest » féminin avait décontenancé la société nationaliste irlandaise et n’avait pas eu la même issue tragique. La visite du musée peut être l’occasion de rappeler cet épisode historique, bien analysé par Laura Weinstein. En espérant que le nouvel hôtel et son spa préserve le « génie de ce lieu » emblématique


Vous aimerez aussi...