Jules Bonnot : la fin d’un bandit tristement célèbre (par Mathieu Bonneau et Mehdi Meddad)

Jules Joseph Bonnot est l’ancien meneur d’un groupe d’anarchistes illégalistes, appelé par la presse « la bande à Bonnot », responsables de nombreux meurtres et braquages entre 1911 et 1912. Issu d’un milieu ouvrier, il est élevé par son père après la mort de sa mère et de son frère à seulement cinq ans. Il commence à travailler dans des conditions très pénibles dès l’âge de 14 ans. Il est déjà en conflit avec ses patrons dont il rejette l’autorité. Il se marie en 1901 avec une couturière mais il est considéré rapidement comme un « fauteur de trouble » par tous les employeurs de la région lyonnaise, pour son engagement anarchiste. Il part à Genève et trouve un emploi chez un constructeur automobile grâce à ses talents de mécanicien. Il a un enfant en 1904 mais sa femme part avec un autre homme et son enfant en 1906. Bonnot, alors au chômage, décide de partir à Londres où il devient le chauffeur de Sir Arthur Conan Doyle, auteur des aventures de Sherlock Holmes. Il revient à Lyon en 1910 et il a l’idée de mettre ses compétences en mécanique automobile et en conduite au service du crime. Il devient ainsi l’un des premiers criminels à utiliser l’automobile pour un braquage à une époque où la police se déplace encore à bicyclette ou à cheval. Il s’entoure de complices tels que Raymond Callemin, dit Raymond la Science, Octave Garnier, René Valet, Édouard Carouy, Antoine Monier ou encore André Soudy, rencontrés pour la plupart en tant que rédacteurs au siège du journal l’Anarchie dirigé par Victor Serge, avec lesquels il multiplie les vols, braquages et meurtres en tous genres, dont le premier reste celui de la Société Générale de la rue Ordener à Paris le 21 décembre 1911 face à une police totalement dépassée par la vitesse d’exécution des braqueurs en automobile.

La tragédie de Choisy-le-Roi a lieu le 28 avril 1912. Elle est le résultat d’un enchaînement de circonstances ayant conduit à l’arrestation et à la mort de Bonnot. Le 25 mars 1912, la bande à Bonnot braque la Société Générale de Chantilly. Le butin s’élève à 50000 francs et compte deux morts. Les photos des membres de la bande à Bonnot font la une de tous les journaux, leurs têtes sont également mises à prix et il s’opère une mobilisation générale des forces de police, comptant plus de 200 inspecteurs pour retrouver les bandits. La Société Générale offre même une récompense de 100000 francs pour toute information permettant la capture de chacun des membres de la bande. André Soudy est le premier à être arrêté le 30 mars à Berck-sur-Mer, il est suivi par Edouard Carouy, le 4 avril. Le 7 avril Raymond Callemin dit Raymond la Science est également retrouvé par la police, il aurait alors déclaré aux policiers venus l’emmener :

«Vous faites une bonne affaire, ma tête vaut 100000 francs, chacune des vôtres sept centimes et demi. Oui, c’est le prix exact d’une balle de browning».

Dans sa fuite, Jules Bonnot tue le sous-chef de la Sûreté Louis Jouin lors d’une perquisition dans un appartement d’Ivry-sur-Seine, dans lequel Bonnot a trouvé refuge, le 24 avril. Son complice Antoine Monier est arrêté par la police le même jour. Blessé au bras, Bonnot doit changer de cachette tous les jours, d’autant qu’après le meurtre de Jouin, la police n’a plus l’intention de le prendre vivant. Il se cache dans la maison d’un sympathisant anarchiste, nommé Dubois, à Choisy-le-Roi mais il est reconnu par le pharmacien de la ville, qui soigne son bras et donne son signalement à la police. Il est finalement rattrapé, caché dans la ferme Dubois, à Choisy-le-Roi, le 28 avril. Une fusillade éclate entre Bonnot, Dubois et une quinzaine d’inspecteurs. Très rapidement, l’état de siège est donné autour du pavillon. Dubois est abattu et Bonnot blesse un inspecteur avant de se barricader dans la maison. Le préfet Louis Lépine mène le siège sous le commandement du capitaine Pierre Riondet et du lieutenant Paul Fontan de la garde républicaine. Il y a près de 500 soldats, dont un régiment de zouaves armé d’une mitrailleuse, qui cernent le pavillon Dubois vers 9 heures. La nouvelle du siège de Choisy fait également venir de nombreuses personnes si bien qu’à midi, il y a près de 30000 spectateurs rassemblées autour du pavillon Dubois, réclamant la mort de celui devenu ennemi public numéro un. Bonnot échange d’abord des tirs avec la police puis, se sachant perdu, écrit son testament pendant l’état de siège, dont est tiré la fameuse phrase :

«J’ai le droit de vivre. Tout homme a le droit de vivre et puisque votre société imbécile et criminelle prétend me l’interdire, eh bien, tant pis pour vous»

Après cinq heures de fusillade, le lieutenant Fontan décide alors de faire exploser la maison à la dynamite. Bonnot est grièvement blessé par les débris et pris dans un assaut mené par Xavier Guichard, chef de la Sûreté, et des policiers durant lequel il reçoit six balles. Il succombe à ses blessures peu de temps après son arrivée à l’Hôtel-Dieu de Paris sous les applaudissements de la foule. Pour autant, la mort de Bonnot ne marque pas la fin de sa bande puisqu’il reste encore deux de ses membres en liberté : Octave Garnier et René Valet. Ce n’est que le 14 mai 1912, qu’ils sont repérés par la police à Nogent-sur-Marne. Il s’ensuit l’un des plus grand siège de l’histoire de la criminalité en France. Près de 40000 personnes sont mobilisés comptant des policiers, des zouaves ainsi que des gendarmes. La fusillade dure neuf heures avant de se terminer par la mort de Garnier et Valet, le 15 mai à 2 heures du matin.

assaut choisy

Carte postale du siège du refuge de Bonnot à Choisy-le-Roi (Collection Zoummeroff/criminocorpus)

L’essentiel de la documentation sur l’affaire de Choisy-le-Roi provient de la collection Philippe Zoummeroff. Il s’agit de la plus importante collection privée en France sur l’histoire de la justice. La seconde collection est également privée, il s’agit des archives Romi (Robert Miquel) qui rassemblent divers photographies et articles de presse concernant la fin de la bande à Bonnot. Les fonds concernant la bande à Bonnot se composent de cartes postales, de documents d’époque, de photographies, d’articles de presse, des photographies métriques mais aussi des photographies illustrant la représentation de l’affaire au théâtre et en chansons. Les cartes postales sont une compilation de photographies prises des membres les plus emblématiques de la bande à Bonnot mais aussi des photographies prises durant le siège du pavillon Dubois où Bonnot a trouvé refuge, le 28 avril 1912. Les photographies disponibles illustrent toute l’affaire : les circonstances ayant entraîné les évènements de Choisy-le-Roi comme l’assassinat de M. Jouin, le déroulement de l’affaire jusqu’à son dénouement tragique. Les photographies métriques sont destinées à un usage judiciaire en tant que preuve telles que le corps de Bonnot, de M. Jouin ou encore des voitures volées par la bande. Les documents d’époques se composent d’une lettre d’Octave Garnier adressée à messieurs Guichard et Gilbert, chargés de la Sûreté nationale, et datant du 19 mars 1912 ou encore d’autres documents appartenant à Jules Bonnot. Ces fonds permettent d’avoir une vision globale de l’affaire et des faits marquants qui l’entourent mais ils témoignent plus particulièrement de la forte médiatisation de la bande à Bonnot, rebaptisée par la presse, « les bandits tragiques ».

Louis Jouin, sous-chef de la Sûreté, assassiné par Bonnot

Louis Jouin, sous-chef de la Sûreté, assassiné par Bonnot (Collection Zoummeroff/criminocorpus)

Les fonds présentés démontrent l’engouement du public autour de l’affaire Bonnot. Les « bandits tragiques » ont généré une véritable fascination de la part du public. Le fait que les photographies de l’affaire soient devenus des cartes postales est significatif puisqu’il indique qu’il s’agit d’une affaire criminelle dépassant le cadre de la justice. La bande à Bonnot gagne le statut de mythe contemporain auprès du public et marque le passage d’une cause anarchiste vers celle de l’illégalisme. En effet, les membres de la bande à Bonnot se revendique tous comme anarchistes dans leur refus des pratiques autoritaires de la société mais surtout dans la dénonciation des inégalités sociales qu’il est possible de voir, par exemple, dans les écrits d’Octave Garnier, recueillis sur son corps le jour de sa mort :

«Réfléchissons. Nos femmes et nos enfants s’entassent dans des galetas, tandis que des milliers de villas restent vides. Nous bâtissons les palais et nous vivons dans des chaumières. Ouvrier, développe ta vie, ton intelligence et ta force. Tu es un mouton : les sergots sont des chiens et les bourgeois sont des bergers. Notre sang paie le luxe des riches. Notre ennemi, c’est notre maître. Vive l’anarchie».

A la différence de l’anarchisme, l’illégalisme défend les actions illégales comme un moyen de renverser l’ordre établi et menant à la révolution en s’attaquant aux représentants du pouvoir tels que les politiques, les policiers, les clercs ou encore les riches. Bonnot prétend ainsi s’attaquer à la société et au pouvoir en place. Ainsi la bande est étroitement liée au développement de ce courant qu’est l’illégalisme, appelé aussi délinquance révolutionnaire. C’est aussi cet engagement politique qui confère à la bande à Bonnot son retentissement si particulier dans la presse puisqu’il ne s’agit pas de bandits ordinaires mais bien de criminels justifiant leurs méfaits pour une cause plus noble d’où ce fort engouement médiatique, notamment autour du terme «anarchiste» très polémique. L’anarchisme a ainsi été associé au banditisme longtemps après les crimes de la bande à Bonnot et la presse y a joué un rôle prépondérant auprès de l’opinion, qui demandait sa mort. La traque de la bande à Bonnot est aussi traitée dans la presse de l’époque (Le Petit Journal, par exemple) telle une épopée à l’issue tragique (cf Police Magazine, 2 juillet 1933).

Une du quotidien Excelsior, 28 mars 1912

Une du quotidien Excelsior, 28 mars 1912 (Collection Zoummeroff/criminocorpus)

Au-delà de la crise sécuritaire que représente l’affaire en France, il y a toute une symbolique : la bande à Bonnot livre une guerre contre la société française de la Belle-Époque. Les écrits des différents membres entretiennent également tout ce mythe autour de la bande à Bonnot. Il est possible de citer à nouveau la lettre de Garnier du 19 mars 1912 adressée aux commissaires Guichard et Gilbert : 

«Je sais que cela aura une fin dans la lutte qui s’est engagée entre le formidable arsenal dont dispose la Société et moi, je sais que je serai vaincu, je serai le plus faible mais j’espère vous faire payer cher votre victoire».

Tous ces éléments donnent l’idée d’une lutte acharnée contre la société et ne pouvant aboutir qu’à une fin inexorable soit la mort de Jules Bonnot, ainsi que de tous ses complices. Le rassemblement de 30000 personnes à Choisy-le-Roi démontre la condamnation de l’opinion de tout ce que représentait Bonnot et sa bande, ce pourquoi la traque de Bonnot est souvent pointée, par les défenseurs de la cause anarchiste, comme un acte de répression de la part de l’Etat. Considérés par certains comme des « Robins des bois » modernes et par d’autres comme des criminels sans foi ni loi, leur légende est perpétuée par de nombreuses œuvres populaires relatant leur histoire au théâtre, en chansons, au cinéma, à la télévision et ce encore aujourd’hui, 100 ans plus tard. (cf le film La Bande à Bonnot de Philippe Fourastié, la série «Les brigades du tigre», la chanson de Joe Dassin).

 

CHRONOLOGIE

Chronologie exhaustive des crimes de la bande à Bonnot

  • 14 Octobre 1876 : Naissance de Jules Bonnot

  • Fin Novembre 1911 : Rencontre au siège du journal L’Anarchie de Bonnot et de sa future bande (Raymond Callemin, Octave Garnier…)

  • 14 Décembre 1911 : Premier vol de voiture, une limousine Delaunay-Belleville

  • 21 Décembre 1911 : Braquage de la Société Générale de la rue Ordener à Paris

  • 25 Mars 1912 : Braquage de la Société Générale de Chantilly

  • 30 Mars 1912 : Arrestation d’André Soudy

  • 4 Avril 1912 : Arrestation d’Edouard Carouy

  • 7 Avril 1912 : Arrestation de Raymond Callemin dit Raymond la science

  • 24 Avril 1912 : Assassinat par Bonnot du sous-chef de la Sûreté nationale Louis Jouin lors d’une perquisition à Ivry sur Seine et arrestation d’Antoine Monier, complice de Bonnot

  • 28 Avril 1912 : Siège de Choisy-le-Roi et mort de Bonnot.

  • 15 mai 1912 : Arrestation et mort d’Octave Garnier et René Valet à Nogent-sur-Marne

  • 27 février 1913 : Suicide d’Edouard Carouy en prison, le jour de sa condamnation à perpétuité aux travaux forcés par la cour d’Assises de la Seine. Raymond Callemin, Antoine Monier et André Soudy sont, quant à eux, condamnés à mort.
  • 21 avril 1913 : Exécution de Raymond Callemin, Antoine Monier et André Soudy devant la prison de la Santé à Paris.

COLLECTIONS

Collection Philippe Zoummerroff

Documents d’époque

Articles de presse

Photographies métriques

Cartes postales

Photographies

Brochure

Bonnot : au théâtre et en chansons

Collection Robert Miquel

Collection Romi

BIBLIOGRAPHIE

  • DELACOURT Frédéric, L’affaire bande à Bonnot, De Vecchi, coll. «Grands procés de l’histoire», 2000, 199p.

  • DEPOND Dominique, Jules Bonnot et sa bande. Le tourbillon sanglant, Paris, Les éditions de la Belle Gabrielle, 2009, 120p.
  • LOPEZ Laurent, «La bande à Bonnot : l’assaut final à Nogent (14-15 mai 1912)» in Criminocorpus, Dossier thématique n°4 : Histoire de la Police, 2009
  • LECLERCQ Pierre-Robert, Bonnot et la fin d’une époque, Les Belles Lettres, 2009, 268p.
  • THOMAS Bernard, La Belle Epoque de la bande à Bonnot, Fayard, 1989, 288p.


Citer ce billet
bonnot (2015, 15 octobre). Jules Bonnot : la fin d’un bandit tristement célèbre (par Mathieu Bonneau et Mehdi Meddad). Criminocorpus. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd8f

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search