Meurtrières monstrueuses, malades paranoïaques ou esclaves modernes ? Le double crime des sœurs Papin ( par Gérard Ifker )

“Les brebis enragées”. Titre et détail de l’illustration de la couverture de Détective n°224 du 9 février 1933

 

Le Mans, le 2 février 1933 : alors qu’il devait retrouver son épouse et sa fille chez un ami chez lequel ils avaient prévu de dîner, René Lancelin inquiet de ne pas les y trouver retourne chez lui, 6 rue Bruyère, mais trouve porte close sans que personne ne lui réponde. Pourtant la lueur d’une chandelle semble éclairer une mansarde, confirmant la présence des deux bonnes, Christine et Léa Papin, au service de la famille depuis plus de six ans. Inquiet, après un second aller-retour et des appels téléphoniques sans réponse, René Lancelin se rend au commissariat et revient accompagné de de deux agents de police. Les agents pénètrent dans la maison en passant par une maison voisine, et découvrent les corps de Madame Lancelin et de sa fille atrocement mutilés.

Les deux bonnes sont barricadées dans leur mansarde : les policiers en forcent la porte, et trouvent les deux jeunes filles serrées l’une contre l’autre sur un lit, un marteau ensanglanté à proximité. Les deux femmes avouent immédiatement le double meurtre et invoquent un « acte de défense ».
Conduites au commissariat, elles sont inculpées d’assassinat.
Les premiers interrogatoires, se déroulent en présence de M. Herbert, juge d’instruction, Monsieur Riegert, Procureur de la République, Monsieur Millet Lacombe, substitut, du docteur Chartier, médecin légiste, du commissaire central et de Monsieur Bouttier, greffier du tribunal.
Les circonstances du drame selon les dires des deux sœurs sont les suivantes : Christine aurait détruit par accident le fer à repasser, provoquant au passage une panne d’électricité. Au retour des patronnes, Madame Lancelin aurait fait mine de se jeter une elle, et Christine se serait alors jetée sur Geneviève Lancelin la fille, lui arrachant les yeux, alors que Léa faisait subir le même sort à Madame Lancelin.

Les journaux s’emparent du drame, décrivant tout à tour les deux sœurs sous l’aspect de monstres criminels, de dangereuses aliénées et, bientôt, dans la presse de gauche, de victimes d’une bourgeoisie exploitant une jeunesse sans protection.
Très vite, l’état de santé mentale des deux sœurs apparaît comme l’un des facteurs essentiels dans l’explication de leur geste : les photos parues dans la presse les présentent tantôt sous des traits inquiétants, hirsutes et en peignoirs (photo prise le lendemain du crime au palais de justice), tantôt, comme en première page de Détective du 9 février 1933, comme deux jolies jeunes filles. L’Humanité voit en Christine et Léa les victimes d’une bourgeoisie exploitant la fragilité d’adolescentes sans défense.

Le docteur Schutzenberger, directeur de l’asile du Mans, désigné comme expert s’adjoint les services du docteur Baruk, médecin-directeur de l’asile de Saint-Gemmes-sur-Loire et du docteur Truelle, médecin-chef de l’asile clinique Sainte-Anne. Tous trois récusent formellement la thèse de la folie hystérique ou épileptique : ils concluent que les deux sœurs sont saines d’esprit.
Le procès s’ouvre aux assises du Mans, après huit mois d’instruction, le 29 septembre 1933. Il ne dure que deux jours, au cours desquels, les défenseurs, Pierre Chautemps et Germaine Brière tentent de plaider la folie : le docteur Logre, l’un des experts psychiatriques les plus célèbres de son temps, ne parvient cependant pas à convaincre le jury qui condamne Christine à la peine capitale et Léa à dix ans de travaux forcés assortis d’une interdiction de territoire de vingt ans.

A la fin de l’année 1933, Jacques Lacan signe un article sur les sœurs Papin : il voit dans l’affaire une illustration de sa thèse parue en 0932 sur la psychose paranoïaque.
Le 22 janvier 1934, le président Albert Lebrun gracie Christine et commue sa peine en travaux forcés à perpétuité. Transférée dans un asile d’aliénés après un court séjour à la prison centrale de Rennes, Christine meurt en 1937. Léa après avoir purgé sa peine, s’installe chez sa sœur ainée Clémence et meurt le 24 juillet 2001 sans s’être jamais mariée ni avoir eu d’enfant.

L’affaire Papin s’est déroulée dans un contexte d’angoisse liée à la montée du nazisme en Allemagne, et a fait l’objet d’interprétations diverses selon les différentes grilles d’analyse proposées par les experts criminologues : jeunesse délinquante et en danger moral, besoin d’accélérer la mise en place d’une politique de prophylaxie criminelle, influence du milieu social et responsabilité de la classe dominante, insuffisance de protection des enfants au sein de la famille…L’analogie avec l’affaire Violette Nozière s’impose, jusque dans le rôle important joué par la presse, depuis la découverte du crime jusqu’au procès et au verdict… cette même presse qui contre-enquête dès le 5 novembre 1933 sous la plume de Maurice Coriem dans Police Magazine.

Chronologie :

8 mars 1905 : Naissance de Christine Papin.
15 septembre 1911 : Naissance de Léa Papin.
1926 : Au printemps de cette année, Christine et Léa entrent au service de la famille Lancelin.
1931 : Plainte des sœurs Papin auprès d’Arsène Le Feuvre, maire du Mans, pour persécution et séquestration. Premiers doutes sur leur santé mentale.
2 février 1933 : Découverte d’un double meurtre 6, rue Bruyère au Mans. Christine (28 ans) et Léa (21 ans) Papin interpellées sur place avouent spontanément leur culpabilité.
29 septembre 1933 : Ouverture du procès. Les médecins aliénistes Schutzenberger, Truelle et Baruk affirment la pleine responsabilité des sœurs Papin.
30 septembre 1933 :  Verdict : Condamnation à mort pour Christine, et à 10 ans de travaux forcés et 20 ans d’interdiction de séjour pour Léa.
22 janvier 1934 : Le président Albert Lebrun gracie Christine et commue la peine en travaux forcés à perpétuité. Christine est transférée à la prison centrale de Rennes
1937 : Mort de Christine dans un asile public d’aliénés.
1943 : Léa Papin libérée rejoint sa mère Clémence à Nantes.
24 juillet 2001 : Léa meurt à l’âge de 89 ans, sans s’être jamais mariée ni avoir eu d’enfant.

Documents disponibles :

Articles dans les journaux de l’époque :

Article dans Le Journal du 3 février 1933 racontant les circonstances du double crime, la découverte des corps par la police, et l’arrestation des deux sœurs.
Article dans Le Journal du 4 février 1933: ” Le cynisme des deux bonnes qui au Mans tuèrent leurs patronnes avec une férocité inouïe”.
suite de l’article dans Le Journal du 4 février 1933: page 4 :”Les aveux des deux bonnes qui tuèrent au Mans leurs deux patronnes”.
Article dans La Volonté du 4 février 1933: “Au Mans, deux bonnes tuent sauvagement leur patronne et sa fille”.
Article dans Le Quotidien du 7 février 1933: “Le double meurtre du Mans”.
Article dans Le Petit Journal du 9 février 1933: “Christine Papin exprime son repentir ».
Article dans Le Petit Journal du 29 septembre 1933 : “Le procès des sœurs Papin qui tuèrent leur patronne motive aujourd’hui au Mans de sévères mesures d’ordre”.
Article dans Le Petit Journal du 29 septembre 1933 (suite): “Le procès aujourd’hui au Mans des sœurs Papin qui sauvagement tuèrent leurs patronnes”.
Article dans Le Journal du 30 septembre 1933: ” Condamnation à mort de Christine Papin qui assassina sauvagement ses patronnes”.
Article dans Le Journal du 30 septembre 1933 (suite): ” Le procès aux assises du Mans des sœurs Papin qui tuèrent et mutilèrent leurs patronnes”.
Article dans L’Humanité du 1er octobre 1933 : “Les sœurs Papin se pourvoient en cassation”.
Article dans L’Humanité du 1er octobre 1933 (suite) : “Après le féroce réquisitoire du procureur général, Christine Papin condamnée à mort”.
Article dans La Tribune de l’Aube et de la Haute-Marne : “Les sœurs Papin devant la cour d’assises du Mans”.
Article dans L’Eclaireur de l’Est du 3 février 1933: ” Dernière heure: deux bonnes assassinent leur patronne et sa fille”.

Articles dans les magazines de l’époque :

Article dans Police Magazine n° 166 du 12 février 1933: ” Les arracheuses d’yeux”.
Article dans Police Magazine n° 150 du 8 octobre 1933 : ” Le procès des sœurs Papin”.
Article du magazine Voilà n°134 du 14 octobre 1933, “Le reportage de la semaine par Claude Blanchard – Justice et Folie”.
Article dans Police Magazine n°154 du 5 novembre 1933, “Après le procès des sœurs Papin, a-t-on condamné deux folles? ” par Maurice Coriem.
Article dans Police Magazine n°155 du 12 novembre 1933, “Après le procès des sœurs Papin, a-t-on condamné deux folles? ” par Maurice Coriem.(suite du précédent).
Article dans Police Magazine n°156 du 19 novembre 1933, “Après le procès des sœurs Papin, a-t-on condamné deux folles? ” par Maurice Coriem.(suite du précédent).
Article dans Police Magazine n°157 du 26 novembre 1933, “Après le procès des sœurs Papin, a-t-on condamné deux folles? ” par Maurice Coriem.(suite et fin).

Documents divers :

https://criminocorpus.org/media/filer_public/70/c7/70c7728d-c0c9-41ee-8dfd-5b917496a2a7/pz-1002-01-02.jpg

couverture du livre de Paulette Houdyer
Sœurs Papin : documents divers (1938) — Page 2, Collection Zoumeroff/Criminocorpus [en ligne]  https://criminocorpus.org/fr/ref/114/57157/

 

 

Bibliographie :

BEAURAIN, Christophe, Étude de la psychose paranoïaque à travers trois films: “Ludwig II, L’Enfer, et Les Blessures assassines.”, Lille, 2002.
BERGERET, Jean et MAUREY, Gilbert, Etudes psychothérapiques (Bruxelles), ISSN 0246-7887. Violences, Paris, Bayard, 1994.
CHEVALLIER, Yves et UBERSFELD, Anne, En voilà du propre ! : Jean Genet et “Les Bonnes.”, Paris, 1998.
CHAUVAUD, Frédéric, « Le crime des « bonnes » », L’Histoire, n° 342 mai 2009, p. 82-87.
DARBLADE-MAMOUNI, Sophie, L’affaire Papin, Paris, De Vecchi, 2006.
DUPRE, Francis, (dir.), La Solution du passage à l’acte: le double crime des sœurs Papin, Toulouse, Érès, 1984.
GENET, Jean, Les bonnes, version définitive (1968), Paris, Gallimard, 2001.
GOURMEL, Gérard, L’ombre rouge: dits et non-dits dans l’affaire Papin, Le Mans, Cénomane, 2000.
HOUDYER, Paulette, L’Affaire Papin, Le Mans, Cénomane, 1988.
KOHN, Max, « La recherche de la vérité dans un crime : les sœurs Papin », Recherches en psychanalyse 2/2004 (no 2), p. 97-108, [en ligne], www.cairn.info/revue-recherches-en-psychanalyse-2004-2-page-97.htm.
LE GUILLANT, Louis, « L’affaire des sœurs Papin », Les temps modernes, novembre 1963.
LACAN, Jacques, « Motifs du crime paranoïaque : le crime des sœurs Papin », Le Minotaure, n° 3/4 – 1933-34, avec la mention : « Au docteur Georges Dumas, en respectueuse amitié », puis, dans Obliques, 1972, n° 2, pp. 100-103.
LACAN, JACQUES, De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, Paris, Seuil, coll. « Le champ freudien », 1975, pp. 25-28.
LESUEUR, Véronique, Femmes et criminelles: des sœurs Papin à Simone Weber, une histoire sanglante des faits divers, Paris, Le Pré-aux-clercs, 2002.
MOCA, Julien, et CHRISTOPHER, L’affaire des sœurs Papin, Riom, De Borée, 2010.

Films, pièces, romans :

CHABROL, Claude, La Cérémonie, film français adapté du roman de Ruth Rendell, 1995.
DENIS, Jean-Pierre (réal.), Les blessures assassines, coffret collector. AMLF vidéo [éd.] [Fox Pathé Europa [distrib.], 2002.
HOUDYER, Paulette, Le Diable dans la peau, roman, Paris Julliard, 1966.
MECKLER, Nancy, Sister My sister, film britannique, 1994.
PAPATAKIS, Nikos, Les Abysses, film français, 1963
VENTURA, Claude, En quête des sœurs Papin, docufiction français, 2000.

 



Citer ce billet
spapin1932 (2016, 15 octobre). Meurtrières monstrueuses, malades paranoïaques ou esclaves modernes ? Le double crime des sœurs Papin ( par Gérard Ifker ). Criminocorpus. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndb3

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search