Marche ou grève – Le mythe du Grand Soir

Au tournant du 20e siècle, le développement de l’idée de “Grand Soir” rencontre l’idée de grève générale. Le terme appartient au lexique des luttes et de l’anarchisme de la Belle Époque. • Crédits : Getty

Alors que le taux de syndicalisation est à un niveau particulièrement faible et que les manifestations demeurent le mode privilégié de revendication, que reste-t-il du mythe du Grand soir ? Gilets jaunes, réforme des retraites… Sont-ils nourris par les mêmes références ?

Nous achevons notre série consacrée à la grève au lendemain de la grande mobilisation qui a paralysé une partie du pays hier. Entre 800 000 et 1,5 millions de personnes sont descendues dans les rues. Une fronde sociale qui fait ressurgir chez certains l’espoir d’un renversement de l’ordre établi. Des rêves de Grand Soir qui peuplent les imaginaires depuis l’invention de la grève générale… Comme l’écrit l’historienne Michelle Perrot, « il a fallu mai 68 pour nous rappeler un bref moment que la grève peut être autre chose qu’un scénario économique bien conduit mais explosion de désirs latents, de rêves refoulés, libération du geste et de la parole, fête du peuple assemblé ».

Écouter (58 min) →

 


Vous aimerez aussi...