282 – Portrait du jour : Lucie Delvert : “Les soirées chez l’Ambassadeur : tout un roman !”

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 282ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit avec infiniment de plaisir la romancière Lucie Delvert

Diplômée en géographie tropicale, Lucie Delvert est enseignante en collège.

Elle est mariée depuis plus de quinze ans à un diplomate français dont elle suit les affectations dans le monde entier.

La Tanzanie, la Thaïlande, New-York, Rome, Pointe-Noire au Congo, des postes vécus à raison de trois à quatre années à chaque fois qui se racontent en quatre livres dans l’ordre chronologique, comme des aventures, dontL’Allée de Manguiers (2019) est le premier volet de la série “La femme du diplomate”…

Bienvenue Lucie sur le très discret et prisé carnet criminocorpus. Ph. P

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Les soirées chez l’Ambassadeur : tout un roman !

 

Enseignante en histoire et géographie, Lucie Delvert est mariée à un diplomate. Son premier roman “L’Allée de Manguiers” vient d’être publié aux éditions balland. C’est le premier opus d’une série aventurière. Elle y raconte la vie de terrain des “Affaires Etrangères” de l’intérieur, sa richesse et ses aberrations.

Comment êtes-vous entrée en écriture ?

L’écriture est une rencontre fortuite qui occupe maintenant une part importante de ma vie.

Je me suis mise à écrire en décembre 2018, il y a un an à peine. Transportée aux Urgences sans raison et davantage sur un quiproquo, j’ai observé mon environnement pendant mes quatre heures d’attente et j’ai écrit sans écrire, traçant des pages mentales dans le vide de l’ennui. Rentrée chez moi, je n’ai plus réussi à m’arrêter, un, puis deux, puis trois, les romans se sont imposés avec l’écriture comme une obsession que je peine à dompter aujourd’hui mais dont je canalise mieux la folie.

Comment avez-vous procédé pour être éditée ?

L’écriture est une rencontre fortuite qui occupe maintenant une part importante de ma vie.

Je me suis mise à écrire en décembre 2018, il y a un an à peine. Transportée aux Urgences sans raison et davantage sur un quiproquo, j’ai observé mon environnement pendant mes quatre heures d’attente et j’ai écrit sans écrire, traçant des pages mentales dans le vide de l’ennui. Rentrée chez moi, je n’ai plus réussi à m’arrêter, un, puis deux, puis trois, les romans se sont imposés avec l’écriture comme une obsession que je peine à dompter aujourd’hui mais dont je canalise mieux la folie.

Les situations et les personnages sont-ils réels ?

J’écris, j’espère avoir un style et une musique mais je n’ai pas beaucoup d’imagination alors oui tout est vrai. La vie en poste amène des situations atypiques, les événements, péripéties et aventures n’ont pas eu besoin d’être exagérés…

Vous évoluez dans un univers diplomatique, quelle est sa richesse, ses limites sa dimension romanesque ?

La diplomatie à l’étranger est un privilège. Elle permet d’entrer dans tous les univers et de croiser dans la même journée un ministre, un responsable d’ONG, un artiste, un grand patron ou l’homme de la rue. 

Mais je ne suis pas certaine qu’elle présente une dimension romanesque en elle-même, ce sont les situations qu’elle rencontre ou démêle qui le sont, et les rencontres, les échanges, constituent un travail de terrain. 

Cela n’empêche pas ses travers que je croque avec plaisir, qui aime bien châtie bien…

Comment gérez-vous la relation à la confidentialité ?

Je ne suis pas moi-même agent des Affaires étrangères et je ne suis donc pas soumise à grand-chose. Les faits sont vérifiables, à plat et sans critique personnelle. La personne la plus risible dans ce monde atypique, c’est mon personnage.

Et puis je n’ai aucun grief contre cette grande et belle maison des Affaires étrangères qui est un peu devenue ma famille.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

A y regarder de près, ces aventures racontées donnent à voir le travail de terrain de ses agents et servent son image plus que l’inverse.

Jeanne est étudiante en géographie tropicale. En Tanzanie, elle découvre l’Afrique et les expatriés, enfin un en particulier. Il est diplomate, il est aussi perdu qu’elle et ils se trouvent à 7000 kilomètres de chez eux. Au fil d’aventures dramatiques ou touchantes, ils construisent une histoire peu banale. Femme ordinaire qui croise des mondes extraordinaires, Jeanne part à la rencontre de pays, de peuples, de cultures, d’expatriés aussi, plongeant dans le monde de la diplomatie, avec ses subtilités et ses aberrations. Dépaysement assuré !

Editeur Balland

Date de parution 24/10/2019

Collection Litterature

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS