« La dernière couverture « de Matthieu Dixon


MAI 2018 – Une de ses photos en première page d’un magazine, affichée sur tous les kiosques, pour Raphaël, jeune reporter, c’est le graal. Mais en travaillant avec Bernard, célèbre photographe devenu son mentor, il comprend très vite que les choses ne sont jamais aussi simples et que les apparences sont parfois trompeuses. En enquêtant sur la mort de celui-ci, tragiquement disparu dans le crash de son hélicoptère, Raphaël va se retrouver seul, en première ligne, à devoir jongler entre rumeurs, paranoïa, bizness, corruption, hommes de l’ombre et affaires d’État. Seul aussi à devoir slalomer entre intégrité et vérité…

« Un pur joyau noir… Accrochez-vous, c’est une bombe, du vrai polar pur et dur, serré comme un ristretto, servi sans sucre ni crème. Amer, quoi ! » Black Novel.

Depuis quelques années, les confidences d’anciens journalistes fleurissent, dévoilant leur implication comme informateurs auprès des services de renseignement. Ces révélations sur le tard viennent confirmer un secret de polichinelle : le métier de journaliste est probablement la meilleure couverture pour un informateur. Comme Noam Chomsky l’a fort bien décrit, le divertissement est une des stratégies de la manipulation des masses. On en sait davantage aujourd’hui par l’information qu’un journal choisit de ne pas divulguer que par sa une. Et que dire de cette majorité des médias qui appartiennent à une poignée de milliardaires ? Que dire de ces journaux qui dépendent des revenus d’une publicité générés par des industriels sur lesquels ils écrivent ? En enquêtant sur la mort de Bernard, Raphaël nous permet de revisiter l’histoire journalistique des trente dernières années. Grâce à différents flashbacks, nous explorons l’inconscient collectif – l’accident de la princesse Diana et de Dodi Al-Fayed, le suicide de Pierre Bérégovoy, les écoutes téléphoniques… Des événements qui ont suscité de nombreuses questions sur le rôle des journalistes, des paparazzi. Matthieu Dixon s’inspire également d’affaires ou de personnages ayant existé tel l’Angolagate, Ziad Takieddine ou encore James Andanson, un des paparazzi les plus sollicités des années 80-90, se vantant volontiers de travailler pour les services secrets français et britanniques… L’objectif de ce thriller politique est bien de transmettre un message, de lancer une alerte sur notre société et plus particulièrement sa sphère politico / journalistique.

Matthieu Dixon est né en 1977. Après un bac scientifique, il déménage à Paris pour des études d’audiovisuelles pendant lesquelles il découvre le fameux Manufacturing Consent de Noam Chomsky et Edward Herman. Cette œuvre va profondément le marquer et ouvrir son esprit sur les stratégies de manipulation des masses. Dès lors il va porter un regard particulièrement circonspect sur le monde des médias dans lequel il va travailler. Alternativement, chargé de production, producteur, réalisateur, monteur, il exerce son regard critique sur l’Image et la fascination qu’elle exerce. En 2009, il prend un tournant en se consacrant plus directement à ce qui le passionne : l’écriture. Il participe ainsi à l’écriture de séries pour enfants, de mélodrame et de comédie romantique en tant que scénariste. Depuis longtemps, Matthieu Dixon se passionne pour les histoires politiques et les scandales d’état. Il était donc naturel que sa plume vienne rencontrer quelques célèbres cadavres de la République. Il partage actuellement sa vie entre la France et l’Angleterre.

http://polar.jigal.com/

 


Vous aimerez aussi...