1834, le massacre de la rue Transnonain : 12 civils tués par l’armée

« Rue Transnonain, le 15 avril 1834 », lithographie d’Honoré Daumier, 1834 – source : WikiCommons

Le 14 avril 1834, lors d’une émeute populaire à Paris, un officier est tué par un coup de feu semble-t-il tiré depuis un immeuble. En réponse, l’armée massacre sans distinction ses habitants : hommes, femmes et enfants. Une « bavure » qui choque et indigne l’opinion.

Avril 1834. La monarchie de Juillet, née de la révolution de 1830, avait suscité de grands espoirs, mais elle est de plus en plus contestée. Alors qu’à Lyon les Canuts s’insurgent pour la seconde fois, les milieux républicains parisiens se lèvent contre les lois restrictives sur la liberté d’association qui viennent d’être adoptées par le pouvoir et visent à les bâillonner.

Le 13 avril au soir, des barricades sont dressées dans les rues de la capitale. Adolphe Thiers, ministre de l’Intérieur, a déjà fait arrêter les meneurs, mais pour stopper le soulèvement il ordonne au général Bugeaud une répression implacable…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Pierre Ancery – modifié le 05/12/2019 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...