Guillaume Seznec coupable, forcément coupable, d’après l’historien Michel Pierre

L’impossible innocence, Histoire de l’affaire Seznec • Crédits : Michel Pierre @ Editions Tallandier

Rencontre avec l’historien, Michel Pierre, pour la parution de son essai « L’impossible innocence, histoire de l’affaire Seznec »

Tewfik Hakem s’entretient avec l’historien, Michel Pierre, à l’occasion de la parution de son essai L’impossible innocencehistoire de l’affaire Seznec, aux éditions Tallandier.

Depuis près d’un siècle, l’affaire Seznec est devenue le roman-feuilleton le plus long de l’histoire judiciaire française. L’auteur reprend le dossier accablant ayant mené à la condamnation de Guillaume Seznec, depuis ce fameux 25 mai 1923. Pierre Quéméneur, négociant en bois et conseiller général du Finistère, et son ami Guillaume Seznec, possesseur d’une scierie à Morlaix, font un voyage vers Paris pour y négocier une Cadillac provenant des stocks laissés par l’US Army après 1918. Trois jours plus tard, Seznec rentre seul en Bretagne, et nul ne revit jamais son compagnon de voyage. L’enquête sur cette disparition le fait passer de témoin à suspect puis de suspect à accusé. À l’automne 1924, la Cour d’Assises de Quimper le condamne aux travaux forcés à perpétuité. Un ensemble de présomptions avérées et concordantes le désigne coupable d’avoir tué Pierre Quéméneur. Personne ne peut imaginer que va bientôt débuter la chronique séculaire d’une folie médiatique tendant à persuader l’opinion publique de l’innocence du condamné.

 
 Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de France culture

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search