« Cinq cartes brûlées » de Sophie Loubière

Date de parution le 16 janvier 2020 – Laurence Graissac grandit aux côtés de son frère, Thierry, qui prend toujours un malin plaisir à la harceler et à l’humilier. Du pavillon sinistre de son enfance à Saint-Flour, elle garde des blessures à vif, comme les signes d’une existence balayée par le destin. Mais Laurence a bien l’intention de devenir la femme qu’elle ne s’est jamais autorisée à être, quel qu’en soit le prix à payer. Le jour où le discret docteur Bashert, en proie à une addiction au jeu, croise sa route, la donne pourrait enfin changer…

Thriller psychologique d’une rare intensité, Cinq cartes brûlées va vous plonger au coeur de la manipulation mentale. De celle dont on ne revient jamais indemne.

Sophie Loubière est romancière, scénariste et journaliste. Née en 1966 à Nancy, fille d’un animateur socio-culturel et d’une éducatrice, elle reçoit de ses parents le goût de la lecture, du spectacle et de l’engagement. Elle suit des études littéraires (Lettres Modernes) et de cinéma, prend des cours d’art dramatique et vogue sur les ondes des radios locales privées où elle déborde de créativité. En 1993, à la faveur d’un concours de producteurs radio, elle intègre les programmes de France Inter. Elle y expérimente différents concepts innovants d’émissions et de chroniques où se mêlent billets d’humeur, interviews intimistes, littérature, musique et cinéma. Deux ans plus tard, elle reçoit le prix du Meilleur jeune auteur radio SACD pour ses fictions sonores Les petits polars de Claude Chabrol. Jean-Bernard Pouy publie son premier roman en 1999 dans la collection Le Poulpe qu’il dirige alors. Suivront quatre ouvrages dont deux en littérature blanche sous la direction de Richard Millet chez Balland Je ne suis pas raisonnable et Pour en finir avec les hommes (Et la choucroute), ainsi qu’un recueil de nouvelles chez Librio. En 2011, elle rejoint Fleuve Noir avec L’enfant aux cailloux. Ce thriller psychologique lui vaut une renommée internationale : traduit en langue anglaise dans une vingtaine de pays, l’ouvrage est plusieurs fois primé. Deux ans plus tard paraît Black Coffee, premier volet de sa trilogie américaine au décor envoûtant, l’US route 66. En 2015, c’est un fait historique stupéfiant de la seconde guerre mondiale mettant en scène des soldats SS enrôlés dans les Balkans qu’elle révèle dans A la mesure de nos silences.

Entre deux parutions, Sophie Loubière retrouve l’univers sonore pour l’enregistrement de livres audio ou l’écriture de fictions. Scénariste, elle vient d’achever N7 une série policière inédite pour la TV. En plus de son activité d’auteur, elle s’engage régulièrement dans des actions oeuvrant à la promotion et au soutien des auteurs et de la culture. Elle est aussi férue de musiques de films.

Dans son nouveau roman Cinq cartes brûlées elle se glisse dans la peau d’une fillette hors norme et aborde différents types d’addictions, s’inspirant d’un fait divers glaçant. Sa façon d’explorer par-delà les frontières les abîmes de l’âme humaine, les secrets de famille et la maltraitance des sentiments apporte un nouveau ton au genre policier, en France comme à l’étranger.

A PROPOS DU ROMAN L’enfant aux cailloux :

« Avec des écrivains comme Sophie Loubière, Fred Vargas et Pierre Lemaitre, le polar français est en pleine ascension. » Financial Times

« Un petit bijou d’invention, d’humour et de suspense. Du Marcel Aymé revu par Agatha Christie. » F.O.G. (Nouvel Obs)

« Avec une écriture cursive et d’une grande limpidité, Sophie Loubière a écrit là son meilleur roman, subtil, captivant, trompeur et son scénario rappelle les grandes dames du roman psychologique qui ont nom Mildred Davis et Ursula Curtiss.(…) L’une des révélations de l’année 2011. » Claude Mesplede

« Thriller psychologique haletant, L’enfant aux cailloux est aussi le magnifique portrait d’une grand-mère passionnément aimante, vieille dame indigne, plus fouineuse et intrusive qu’une Miss Marple. Un roman que vous ne lâcherez pas.» Françoise Chandernagor

A PROPOS DU ROMAN Black coffee :

« Dans ce dédale de sensations à fleur de cœur et de peau, Sophie Loubière déroule sa pelote via la peinture d’une Amérique plus désabusée qu’à son tour.» Xavier Bonnet (Rolling Stone)

« Une authentique réussite qui donne envie de prendre à son tour la route 66. »  L’Humanité

https://www.lisez.com/fleuve-editions/17

 


Vous aimerez aussi...