286 – Portrait du jour : avec Pauline Perrier les étoiles dansent au firmament

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 286ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit avec infiniment de plaisir une amie du carnet Pauline Perrier auteure du roman Là-haut dansent les étoiles. Pauline est également rédactrice web et blogueuse littéraire

C’est notre amie Anne Combe , le plus beau sourire de Nîmes”, romancière , auteure d’un premier polar Comédie pour un mort, qui a assuré l’intervew de Pauline.

Bienvenue Pauline sur le très discret et prisé carnet criminocorpus. Ph. P

_____________________________________________________________________

Portrait de Pauline Perrier

Pour ce portrait, la rédaction du carnet Criminocorpus a choisi de mettre en lumière une jeune écrivaine, Pauline Perrier, qui est également rédactrice web et blogueuse littéraire. A seulement 24 ans, cette auteure très prometteuse a écrit trois romans empreints d’une douceur et d’une sensibilité qui signent un univers littéraire déjà bien établi. Son dernier ouvrage, Là-haut dansent les étoiles , raconte l’ascension d’un frère et d’une sœur dans le milieu de la musique et nous plonge en plein cœur de la Russie, au sein d’une famille d’oligarques où seules comptent les apparences. Un magnifique roman qui parle de la construction de soi, de l’exil et du succès, mais aussi de notre rapport à l’image et de ses dérives.

Dans ce roman, l’auteure souffle sur les pages un vent de douceur, et l’on est emporté avec Alexz et Alana sur la route qui mène au succès, là où dansent les étoiles.

– Pauline, dans ton blog dédié à l’écriture et aux voyages, tu te décris comme « écrivain la nuit, simple moldue le jour et web-rédactrice freelance un peu perchée »… Cela donne envie d’en savoir plus sur toi, notamment sur la place de l’écriture dans ta vie et sur ce qui nourrit ton imaginaire.

« J’ai commencé à écrire très jeune et ce sont les sagas telles que Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, Harry Potter ou Graal qui ont nourri mon imaginaire dans les premiers temps. Aujourd’hui, mon imaginaire se nourrit de mes voyages, de ma vision assez critique de notre société et des idéaux que je ne peux appliquer au quotidien, car trop déconnectés de la réalité. Je m’interroge beaucoup sur l’identité, la façon dont on trouve sa place dans le monde, le passage à l’âge adulte – qui n’est pour moi qu’une vaste mise en scène. Mes personnages sont souvent jeunes et marginaux, sans doute parce que c’est ce que je suis. Mais ça ne m’intéresse pas de m’adresser à ceux qui pensent être déjà sûrs de tout. J’aime parler aux rêveurs, à ceux qui veulent changer le monde, à ceux qui voudraient chevaucher des dragons et faire la révolution tous les quatre matins. Pourtant, je suis quelqu’un de très tranquille et plutôt calme, mais j’aime l’idée de créer tous ces mondes agités. J’écris de tout, ça va de la dystopie au roman contemporain en passant par la littérature jeunesse. Je ne veux pas m’enfermer dans une case, ni écrire pour fidéliser un public. Je veux m’amuser, transmettre des messages qui ont de l’importance à mes yeux. »

– Tu as signé ce roman Pauline. Pourquoi  ?

« J’ai écrit ce roman quand j’avais 15 ans. Je n’aurais jamais pensé le publier un jour – ni même publier un seul roman, d’ailleurs – et je n’en reviens pas des retours extrêmement positifs qu’il rencontre. A l’origine, je partageais quelques chapitres sur le net pour faire patienter mes lecteurs en attendant la sortie de mon prochain roman, mais lorsque j’ai eu l’opportunité de le publier, j’ai voulu faire honneur à l’adolescente qui rêvassait dans sa chambre sans se douter une seconde que ses personnages rencontreraient des lecteurs un jour. C’est pourquoi j’ai simplement signé « Pauline ». Et aussi pour marquer une certaine rupture avec des écrits plus « jeunesse » que j’ai pu créer, et ceux qui sont en préparation ».

– Dans Là-haut dansent les étoiles, la symbolique du voyage est très forte. Tu as choisi respectivement deux capitales, Moscou et Londres, pour raconter le destin de deux jeunes prodiges, Alexz et Alana Latchkov, dont l’exil constitue la seule voie de sortie, après des années marquées par des souvenirs douloureux et des mensonges familiaux. Peux-tu nous en dire davantage sur le choix de ces lieux que tu sembles bien connaître et sur les personnages d’Alexz et Alana dont la relation est très fusionnelle ?

« Je viens d’un petit village et, au moment où j’ai écrit cette histoire, je n’avais pas encore beaucoup voyagé. Londres m’attirait pour son côté décalé, rock, et Moscou m’attirait car ça me semblait extrêmement loin – donc mieux ! Aujourd’hui, j’ai visité une vingtaine de pays, dont Moscou, où j’ai marché sur les pas de mes personnages, et Londres, où j’ai eu l’occasion de me rendre une paire de fois. Quand j’ai repris cette histoire, j’ai donc pu injecter mes ressentis, et j’ai été surprise de voir combien ils collaient avec l’idée que je m’étais faite de ces villes pendant mon adolescence. Londres s’est imposée comme la ville de la libération pour Alexz et Alana car c’est ce qu’est cette ville : un vivier créatif. Quant à ces deux personnages, ce sont sans doute ceux pour qui j’ai le plus d’affection – pour le moment, même si j’ai tout de même d’autres chouchous. Cela fait presque 10 ans qu’ils m’habitent et je n’ai jamais réussi à m’en débarrasser. Je suis vraiment contente d’avoir pu reprendre cette histoire avec un regard plus mature et beaucoup de recul, j’ai pu leur offrir la conclusion qu’ils méritaient, leur redonner un nouveau souffle dans les mains des lecteurs. J’ai gardé les clichés qui fondaient initialement l’histoire (enfants adoptés, famille riche, attrait pour la gloire) mais j’ai pu jouer avec et en faire quelque chose dont je suis très fière. Ado, j’étais assez solitaire, pour ne pas dire esseulée, et je pense que cette relation fusionnelle qui caractérise le frère et la sœur est un peu la protection dont j’aurais rêvé à cet âge. Mais si je la fantasmais un peu alors, l’histoire est aujourd’hui beaucoup plus sombre. On voit très bien l’emprise que le frère a sur sa sœur, et la difficulté pour celle-ci de s’en défaire, de se forger sa propre identité, terrifiée à l’idée de déplaire à celui qui est sa seule famille. La fusion, c’est joli sur le papier, mais ça finit par vous consumer tout entier. Le roman le montre très bien ».

– Au fil des pages, on comprend le mal dont souffre Alana, personnage solaire auquel on s’attache et que l’on aurait envie de protéger, à l’instar de son frère qui veille en permanence sur elle.

Qu’est ce qui t’as poussée à écrire sur l’anorexie mentale, cette maladie qui touche près de 3,5 % des lycéennes et étudiantes, chiffre que tu rappelles à la fin de ton ouvrage ?

« Beaucoup de jeunes filles rencontrent des troubles alimentaires au cours de l’adolescence, avec plus ou moins de gravité. Sérieusement, combien d’adolescentes parlent de régime au lycée, voire même au collège ? J’ai eu de la chance d’être ado au moment où les réseaux sociaux n’étaient pas encore aussi présents dans nos vies. D’ailleurs, je n’ai eu un téléphone qu’à 15 ans, et si ça me semblait terriblement injuste à l’époque, je suis contente que mes parents aient attendu mon entrée au lycée. Déjà parce que ça m’a permis de m’ennuyer, et donc de développer mon imaginaire, mais surtout parce que ça m’a épargné pas mal de conneries. C’est vrai, quand on a Instagram au bout des doigts, on peut vite sombrer dans les dérives des réseaux sociaux. On est constamment inondés d’images surréalistes, de filtres qui changent tellement notre perception de nous – en mieux – qu’on peine à s’accepter sans artifices une fois devant la glace. Des nanas postent des photos avec des jus détox qu’elles ne consomment probablement même pas, ou vantent les mérites de régimes entièrement liquides alors que leur silhouette n’est souvent liée qu’à une nature généreuse, et beaucoup de filles qui manquent de confiance en elles foncent tête baissée pour consommer ces produits, espérant obtenir le même corps. Elles sont prêtes à se bousiller la santé pour perdre quelques kilos et se fondre un peu plus dans le moule. C’est vraiment triste. J’avais envie d’écrire sur ça parce que je voulais montrer les dangers de ces pratiques. Moi aussi, j’ai été ado. Moi aussi, j’ai détesté mon corps, et je n’ai vraiment pas été tendre avec. J’ai eu pas mal de soucis de santé, alors je le percevais comme un fardeau, et je voulais à tout prix m’en débarrasser. Ce genre de trouble, ça ne disparaît jamais vraiment, surtout si on pense tout contrôler seule. Je ne me suis pas réveillée un matin en me disant « tiens, je vais écrire un livre sur ça ». Alana s’est imposée à moi. Elle m’a permis d’analyser ces comportements, de m’arrêter un instant et de dire « ok, ce que les filles de mon âge font, et ce que je fais, ce n’est pas sain. Tu as deux jambes et deux bras valides, un cerveau qui fonctionne, alors secoue-toi et prends soin de tout ça. » J’imagine que toutes les ados flirtent avec les limites un jour ou l’autre, mais ce livre, il montre combien il est facile de basculer. J’espère qu’il permettra aux lectrices qui l’auront entre les mains de prendre conscience de ce qui se cache derrière tout cet engrenage. Moi aussi, je suis accro à mon téléphone, mais c’est bien de prendre un peu de recul et de se rappeler que certaines filles vendraient leur mère pour quelques likes, et que ces images dont on nous gave, ce ne sont que des images, pas une norme, ni un but à atteindre ».

Tu travailles et vis de ta plume par le biais notamment d’autres activités littéraires. Peux-tu nous en dire plus ? Quelle vision as-tu du métier d’écrivain ?

« Les écrivains ont toujours eu beaucoup de mal à vivre de leur plume. De nos jours, il n’y a plus de mécènes, et l’activité n’est pas devenue plus lucrative pour autant. Car si l’auteur est le seul géniteur de ses œuvres, il est le dernier maillon de la chaîne à être rémunéré quand son œuvre est publiée. Mais comme c’est extrêmement difficile d’accéder à la publication, on ne peut pas vraiment faire la fine bouche une fois qu’on y parvient. Voilà, ça, c’est pour l’état des lieux. Maintenant, une fois qu’on sait où on met les pieds et qu’on garde bien à l’esprit qu’on ne peut vivre confortablement de ses droits à moins de conquérir des millions de lecteurs, il faut prendre de l’aventure ce qu’elle a à nous apporter. Et se montrer créatif. C’est notre qualité première, après tout, non ? Alors c’est ce que j’ai fait. Depuis mes 14 ans, je sais que je veux devenir romancière. Alors j’ai travaillé d’arrache-pied pour produire des romans capables d’accéder à la publication, et pour y arriver le plus tôt possible. J’ai fait des stages en maison d’édition, je me suis énormément documentée pour comprendre ce que les éditeurs attendaient. Cela m’a demandé beaucoup de nuits blanches, mais j’ai publié le premier à 21 ans, et depuis je vois comment je progresse et comment les opportunités s’enchaînent. En attendant de conquérir des millions de lecteurs pour pouvoir plaquer ce que j’appelle « la vie réelle » et monter un élevage de Corgis dans un chalet en pleine forêt, je suis devenue rédactrice web. J’ai monté ma micro-entreprise à 21 ans également, en parallèle de mes études, et j’ai commencé à écrire quelques articles payés au lance-pierre. Peu à peu, j’ai appris comment gérer mon affaire, comment trouver des clients et comment adopter une éthique de travail vertueuse pour moi et pour tout l’écosystème des travailleurs indépendants. J’ai également eu la chance de partir à Chiang Mai, en Thaïlande, pour un stage de 7 mois où j’ai énormément appris aux côtés d’un manager motivant et inspirant. Aujourd’hui, cela fait un an que je dirige une petite maison d’édition numérique que nous avons lancée ensemble. Nous avons initié le projet au moment où je terminais mon Master 2, j’ai donc quitté les études supérieures avec une affaire qui marchait et un emploi du temps ultra flexible. Aujourd’hui, en parallèle de la maison d’édition, j’écris pour l’Aéroport de Blagnac, pour quelques clients ponctuels, j’ai enseigné un module dans l’option du Master que je suivais l’année d’avant – alors que je n’ai pas encore eu ma remise de diplômes ! – et j’accompagne quelques auteurs dans l’écriture de leur roman. Je les aiguille en cours d’écriture et corrige les manuscrits avant leur envoi en maison d’édition. Tout cela me permet de vivre de ma plume de tout un tas de manières différentes, tout en conservant la flexibilité de voyager et d’écrire pour moi quand l’envie se présente. Cela me permet de nourrir ma créativité. J’ai accepté les règles du milieu de l’édition et j’ai trouvé d’autres moyens d’exercer mon talent tout en le rentabilisant. Ainsi, écrire des romans reste un véritable plaisir, sans que cela soit moins professionnel pour autant. Je vois vraiment l’écrivain comme un faiseur de rêves, qui doit se faire plaisir avant tout. Je verrai comment les choses évoluent, mais je ne sais pas si courir les salons pour gagner en notoriété m’intéresserait vraiment. J’adore faire des dédicaces et rencontrer des lecteurs, ce sont toujours des moments riches en émotions, mais j’ai encore du mal à me rendre compte qu’on me lit et je finis toujours pas bégayer. J’aime bien ma situation telle qu’elle est. J’écris ce qui me plaît, sans m’enfermer dans un genre pour plaire au public à tout prix, comme le font certains auteurs qui finissent par reprendre la même trame à l’infini, et je peux tout de même vivre de ma plume via des chemins alternatifs ».

– Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à de jeunes auteurs ?

« De ne surtout pas écrire pour être lu. Certains auteurs veulent qu’on les lise à tout prix, même s’ils n’ont qu’un chapitre. Ce qu’ils veulent, c’est de l’approbation et, pour moi, c’est le meilleur moyen de se planter. Ecrivez pour vous, prenez le temps de développer vos personnages et votre univers. Ecrire, c’est un acte profondément intime. Il faut fouiller ses tripes, se mesurer à son égo et lutter contre cette petite voix qui nous dit « tu es nulle, pourquoi t’acharnes-tu ? » Ce n’est pas aux autres d’endormir ces doutes, c’est à vous de vous prouver que vous en êtes capable. Ecrivez sur ce qui vous plaît, ce qui vous anime, et avant d’envisager de publier, demandez-vous si ça mérite vraiment qu’on coupe des arbres pour cela. Aussi, donnez de la matière à vos personnages. N’en faites pas des projections de ce que vous aimeriez être ou des personnes que vous voudriez avoir autour de vous. Il n’y a rien de plus insupportable qu’un personnage tout en superlatifs. Oh, et par pitié, arrêtez avec les triangles amoureux à toutes les sauces : ça ne mérite vraiment pas qu’on tue des arbres ».

– Un mot sur ton prochain roman ?

« Il sera plus intime que ceux déjà écrits. C’est un roman contemporain qui sortira au printemps dans toutes les librairies, grâce aux éditions City qui m’ont fait confiance. Il parle d’émancipation, d’ambition, d’amour – déçu –, d’amitié et de la complexité des liens familiaux. Le tout avec beaucoup d’humour ! »

La musique qui a accompagné l’écriture de Là-haut dansent les étoiles :

https://www.youtube.com/watch?v=ciwtfzEKG-Y&list=LLhDdoD6YDWunIAobv7anscQ&index=31&t=0s

Résumé de Là-haut dansent les étoiles :

Elle ne vit que pour chanter. Il ne vit que pour la protéger.

Ils sont frère et sœur et poursuivent le même rêve : tout quitter pour devenir musiciens.

Adoptés très jeunes par un couple russe fortuné, Alexzander et Alana n’ont jamais trouvé leurs marques dans la bulle dorée où ils ont grandi. De Moscou à Londres, ils tentent de se construire une identité propre grâce à leur talent. Mais si Alexz retient quelques bribes de leur passé tumultueux, Alana, elle, n’a aucune idée de ce qu’était sa vie avant la Russie. A seulement dix-sept ans, la jeune fille s’accroche désespérément à l’image parfaite qu’elle renvoie sur les réseaux sociaux. Et lorsqu’un célèbre producteur lui propose d’embarquer sur la tournée du chanteur en vogue du moment, le rêve vire rapidement au cauchemar. Entre mensonges familiaux, souvenirs douloureux et difficultés à se construire, la route vers la gloire s’annonce semée d’embûches. Surtout quand Alexz est relégué dans l’ombre et qu’Alana sombre lentement dans l’anorexie. Le succès pourrait-il leur être fatal ?

Pour se procurer l’ouvrage

https://www.amazon.fr/dp/1706673264/&keywords=young+adult

La romancière Anne Combe – crédit photo Margaux Horel

A propos d’Anne Combe qui a réalisé cet interview pour le carnet crimocorpus

Anne vit à Nîmes, dans le Gard. Elle a travaillé pendant près de dix ans dans le secteur de la communication d’entreprise avant de se consacrer à l’écriture et à sa vie de famille. Auteure d’albums jeunesse, elle signe avec succès son premier roman, Comédie pour un mort . Elle organise, chaque mois, les rencontres littéraires Paroles d’auteurs à Nîmes pour valoriser des écrivains de sa région…

_____________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS