Marcel Petiot, le « monstre » de la rue Le Sueur (par Justine Girard)

Présentation :

La collection de Philippe Zoummeroff, visible au sein de la bibliothèque numérique de Criminocorpus rassemble une centaine d’entretiens vidéos relatifs à la Justice et à son histoire et plus de 6000 documents iconographiques (pièces d’archives et imprimés rares, gravures, manuscrits, correspondances, affiches, complaintes, photographies et de nombreuses coupures de presse…) allant du XVIe au XXe siècle. Philippe Zoummeroff est un ancien industriel et l’un des collectionneurs et mécènes les plus actifs de France. Les recherches pour constituer sa bibliothèque criminologique concernant des journaux et périodiques, des documents de police, des photographies, des manuscrits de grands criminels ont duré une dizaine d’années. Philippe Zoummeroff a ainsi acheté de nombreux journaux concernant les grandes affaires criminelles entre quarante et vingt euros ; il a eu en sa possession plus de deux mille documents de presse. N’ayant pas trouvé d’associé pour créer une bibliothèque spécialisée sur les questions de Justice, Philippe Zoummeroff décida de réaliser son propre site web pour valoriser ses archives : collection-privee.org avant de choisir Criminocorpus pour l’hébergement de sa bibliothèque criminologique. Le comité de rédaction de Criminocorpus en acceptant d’héberger la collection au sein de sa bibliothèque numérique a pris l’engagement d’assurer la pérennité des données numérisées et celui de maintenir l’identification de ces données au sein d’une collection particulière portant le nom de son créateur. Parmi ces documents, un ensemble de coupures de presse relatives à l’affaire Petiot a été numérisées par l’équipe de Criminocorpus. Cette campagne de numérisation s’est accompagnée par le nommage des clichés par un système de cotation suivant la désignation des lots à la vente et plusieurs modifications d’ordre technique et esthétique. Après ce travail de mise en ligne des documents numérisés effectué en 2014, un travail de valorisation de ces documents a été mis en place à partir du mois d’avril 2015. Ce travail a consisté en une indexation précise de chaque document ainsi que des descriptions personnalisées, des mises en lien de ces documents avec des ressources complémentaires comme celles présentes au sein de la bibliothèque numérique de Criminocorpus. Une carte interactive sur l’affaire Petiot réalisée avec Google Maps et une chronologie détaillée de l’affaire sont également disponibles comme sources d’informations complémentaires.

Carte interactive « Marcel Petiot, le « monstre » de la rue Le Sueur »

Criminocorpus vous invite à suivre la visite guidée de l’affaire Petiot à travers les lieux emblématiques qui ont ponctué son histoire.

Documents :

L’ensemble de coupure de presse relatives à l’affaire Petiot faisant parti de la collection Philippe Zoummeroff et disponible dans la bibliothèque numérique de Criminocorpus est constituée de huit journaux, parus entre 1944 et 1946. Ces journaux sont Le Franc-tireur, Le Grand Écho du Nord, Nord Éclair, Le Réveil du Nord, Combat, La France socialiste, Les Allobroges, Le Dauphiné Libéré, Front national, La Montagne. Des articles de trois revues Paris jour, Noir et blanc et Actu portant également sur l’affaire Petiot seront prochainement mise en ligne. Le journal Le Franc-tireur qui est un des titres plus représentés parmi elles. Le Franc-tireur, créé par Antoine Avinin et Jean-Pierre Lévy, est un journal clandestin né à Lyon en 1941 de l’un des plus importants mouvements de résistance de la zone sud qui compta dans ses rangs l’historien Marc Bloch. Cet organe du Mouvement de libération nationale, a promu l’image d’une nation française regroupée, prête à se lever contre l’ennemi et les collaborateurs. Le Franc-tireur éditera trente-sept numéros clandestins avant de devenir un quotidien important à la Libération ; le tirage atteint alors 165000 exemplaires par jour ; jusqu’à sa disparition en 1957. Le journal prend alors le nom de Paris-Journal puis de Paris-Jour en 1959. Un autre titre Le Réveil du Nord fondé par Claude Cazes et Édouard Delesalle en 1889, il est également fortement présent au sein de la collection. En 1900, Édouard Delesalle étant radié du Parti Socialiste, le journal devient moins radical politiquement. Le Réveil du Nord devient plus tard Nord Matin attribué au parti Socialiste. Combat qui est un quotidien issu du journal du même nom fondé clandestinement par Henri Frenay en 1941 est également bien représenté dans la collection. Il parut à Paris dès la Libération, en 1944. Il fut longtemps considéré comme un journal politique et polémique représentant les divers courants de la gauche française. Animé par Pascal Pia et Albert Camus, il a attiré nombre de collaborateurs prestigieux (Raymond Aron, André Gide…). En 1953, Henri Smadja en prend la direction et élargit la formule initiale en donnant une place importante aux critiques littéraires, aux spectacles et aux arts. Il cesse de paraître en août 1974.

La découverte des crimes de la rue Le Sueur
Le onze mars 1944, cela fait plusieurs jours que les voisins du 21 rue Le Sueur dans le XVIe arrondissement de Paris se plaignent d’odeurs nauséabondes qui s’échappent des cheminées de l’hôtel particulier à l’abandon depuis plusieurs mois. Les pompiers sont appelés en renfort par les policiers prévenus par les voisins qui pensent qu’un feu déverse des vapeurs toxiques. Une concierge donne le numéro de téléphone du propriétaire, un certain Docteur Marcel Petiot. Ce dernier promet d’arriver très vite mais ne pouvant plus attendre devant l’ampleur de la fumée, les pompiers pénètrent dans l’immeuble et découvrent au sous-sol de l’hôtel particulier une vision d’horreur. Il y a des cadavres entiers ou en morceaux qui jonchent le sol, certains sont en train de brûler dans des calorifères, d’autres sont à même le sol, en état de décomposition avancée attaqués par de la chaux vive. La nouvelle de l’affreuse découverte fait vite le tour du quartier puis de la ville.

« Le docteur Petiot a disparu », Le Soleil de Marseille, lundi 13 mars 1944

« Le docteur Petiot a disparu », Le Soleil de Marseille, lundi 13 mars 1944 Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus

C’est le Commissaire Georges Massu, l’homme aux 3 257 arrestations en 33 ans de services qui quelques années auparavant a fait tomber la bande à Bonnot qui est chargé de cette enquête exceptionnelle. On ne connaît pas le nombre exact de victimes, encore moins leur identité et le principal suspect, le propriétaire, est introuvable. Un événement comme la macabre découverte du onze mars 1944 accède au statut de fait-divers que si il présente quelques rebondissements autorisant sa mise en récit, c’est bien le cas ici, une fumée pestilentielle mystérieuse, un propriétaire introuvable et enfin la découverte de plusieurs dizaines de cadavres mutilés. La presse s’empare de ce « grand » fait-divers dans lequel la violence, la mort, le mystère sont présents pour former le bon « cocktail » accrocheur pour le public, friand de ces informations car il y retrouve inconsciemment à travers la transgression des normes sociales établies, ses passions inavouées. De plus, dans ce contexte d’occupation, la presse française est soumise à la censure allemande, ne peut que donner des nouvelles convenues de la guerre et des restrictions de toutes sortes, informations de la vie quotidienne dont les français sont lassés. Ainsi les journalistes couvrent intensément l’affaire Petiot car un fait-divers avec autant de rebondissements et de mystères, c’est pour beaucoup du jamais vu depuis l’affaire Landru.

Le passé sulfureux de Marcel Petiot
Avec l’arrestation de la femme du Docteur, de son frère ainsi qu’un ami de la famille, Nézondet, la presse par le biais des comptes rendus de police, en apprend plus sur la vie et la personnalité du suspect numéro un dans l’affaire du 21, rue Le Sueur. Marcel Petiot est né le 17 janvier 1897 à Auxerre, il est le fils de Félix Petiot, employé des postes, et de Marthe Bourdon. Il a une enfance et une adolescence perturbée, a été renvoyé de plusieurs écoles pour indiscipline ayant une certaine propension à la violence. Engagé volontaire dans la Grande Guerre, il est blessé en 1917 et fait plusieurs séjours dans différents hôpitaux psychiatriques à cause de sa mélancolie maladive. Ses troubles psychiatriques ne l’empêchent pas de devenir médecin, les anciens combattants bénéficiant d’un accès facile aux études. Il obtient son diplôme de médecine de la Faculté de Paris en 1921, avec une mention très bien pour son travail de thèse. Très vite, il ouvre son cabinet médical à Villeneuve-sur-Yonne. Il devient maire de cette ville en 1926 grâce à sa réputation de médecin généreux avec ses patients, sa cleptomanie compulsive et la disparition mystérieuse de sa bonne, Louisette, ne le desservant pas dans cette élection.

« On a identifié la première victime de Petiot son amie Louisette », Le Réveil du Nord, dimanche 26 mars 1944

« On a identifié la première victime de Petiot : son amie Louisette », Le Réveil du Nord, dimanche 26 mars 1944 Collection Philippe Zoummeroff/ Bibliothèque Criminocorpus

Marcel Petiot se marie en 1927 avec Georgette Lablais et à un fils en 1928, semble mener une vie tranquille mais il est condamné pour détournement de fonds municipaux en 1930 et évite la prison grâce à son avocat Maître René Floriot. Il est révoqué de ses fonctions de maire en 1931 mais parvient tout de même à être élu conseiller général de l’Yonne, avant d’être définitivement privé de tout mandat électif en 1934 à cause d’un vol d’électricité. En 1931, il décide d’emménager à Paris dans le IXe arrondissement avec sa femme et son fils au 66 rue de Caumartin. Son cabinet médical est florissant, le Docteur faisant publier des réclames louant ses méthodes de guérisons révolutionnaires dans les journaux pour attirer sa clientèle, ce qui est très rare à l’époque.

annonce

Prospectus du docteur Marcel Petiot (1933) (Recto), Archives départementales du Cantal

annonce 2

Prospectus du docteur Marcel Petiot (1933) (Verso), Archives départementales du Cantal

En 1936, il est arrêté pour le vol d’un livre dans une librairie, déclaré irresponsable de ses actes et donc interné dans une clinique psychiatrique pendant plusieurs mois. En 1941, il achète un hôtel particulier au 21 rue Le Sueur à Paris dans lequel il fait de grands travaux et aménage un cabinet médical. Les différents contentieux que Petiot a eu avec la Justice, ses nombreux séjours en hôpitaux psychiatriques, les rumeurs qui courent sur lui sortent rapidement dans la presse et façonnent les premiers traits de la personnalité « monstrueuse » d’un homme manipulateur, sans scrupules et dangereux pour quiconque a le malheur de croiser sa route.

La fuite du Docteur Petiot
Plusieurs jours après la découverte du charnier de la rue Le Sueur, la presse communique régulièrement de nouvelles informations concernant la fuite du Docteur mais aussi autour de ces crimes après des investigations de la police dans l’hôtel particulier et dans l’entourage de Marcel Petiot. La disparition du Docteur Petiot donne lieu à de nombreuses rumeurs qui sont diffusées dans les journaux, on croit le voir partout dans Paris mais aussi en Province jusqu’à la frontière franco-espagnole ou même en Afrique du Nord.

« Petiot arrêté à la frontière espagnole », Le Réveil du Nord, samedi 22 avril 1944

« Petiot arrêté à la frontière espagnole ? », Le Réveil du Nord, samedi 22 avril 1944 Collection Philippe Zoummeroff/ Bibliothèque Criminocorpus

La rumeur alimentée par le manque d’informations sur la localisation du suspect numéro un et la découverte des détails horribles sur les crimes de l’assassin entretiennent la peur publique. La découverte dans l’hôtel particulier du « boudoir des supplices »dans lequel était assassiné les victimes, l’agonie étant épiée par Marcel Petiot à l’aide d’un judas augmente l’échelle de l’horreur tout comme la découverte de cadavres dans la Seine possédant les mêmes lésions que ceux de la rue Le Sueur. Un débarras contenant 72 valises et 655 kilos d’objets divers (1 760 pièces d’habillement : 90 robes, 26 sacs à main, 28 complets d’hommes, 57 paires de chaussettes, 33 cravates, 43 paires de chaussures, 120 jupes, 21 manteaux de laine, etc.) va aussi être découvert illustrant ainsi le nombre important de victimes tombées dans les griffes de Marcel Petiot. Les journalistes jouent au fil de leurs éditions sur des détails ignobles alimentant d’une part l’imaginaire des lecteurs concernant la cache sordide du « monstre » et d’autre part le feuilleton macabre commencé le onze mars 1944. Le scénario des meurtres se dessine plus clairement avec l’arrestation des rabatteurs de Marcel Petiot. Sous le nom de « Docteur Eugène », Petiot organise ainsi à partir de 1942, un réseau d’exfiltration résistant et recrute des rabatteurs, un coiffeur, Raoul Fourrier, un artiste de music-hall, Edmond Pintard et une juive roumaine Eryane Kahan. La promesse d’un passage en Argentine pour des Juifs en proie aux lois Pétainistes, à la Gestapo ou des malfrats, des réfractaires au Service du Travail Obligatoire voulant se faire oublier a attiré beaucoup de postulants depuis 1942 mais aucune de ces personnes ne va arriver en Amérique du Sud. Au début, les candidats le plus souvent des juifs ou malfrats sont des personnes seules puis des couples et même des familles entières, ils vont tous disparaître rue Le Sueur. Pintard rabattait les futures victimes dans plusieurs cafés de la capitale et les emmenait à Fourrrier qui les mettaient en rapport avec le « Docteur Eugène » après estimation de leur richesse. La consigne étant ensuite pour tous les candidats de venir rue Le Sueur avec toutes leurs économies, leurs bijoux, de vendre ou de confier leur mobilier au « Docteur Eugène », d’emporter avec eux un minimum de linge. Une cache sordide, un réseau de rabatteurs bien organisé, des victimes dépouillées, humiliées et mutilées sont autant de facteurs rendant l’arrestation de Petiot en fuite depuis plusieurs semaines primordiale.

Arrestation de Marcel Petiot dans les rangs des FFI

Le onze mars 1944, Marcel Petiot alerté de la présence des pompiers et de policiers devant son hôtel particulier de la rue Le Sueur se présente devant l’immeuble en se faisant passer pour son frère pour obtenir des renseignements. Voyant que les autorités vont rapidement découvrir la cause de la fumée nauséabonde qui s’échappe de ses cheminées, Marcel Petiot s’éclipse. Pendant sa cavale et sous le nom de Henri Valeri, il va entrer dans la Résistance et va obtenir le grade de capitaine, Marcel Petiot se fait facilement accepter dans la Résistance et force l’admiration de ses camarades car il est connu du milieu comme ayant passé plusieurs mois aux mains des allemands à la prison de Fresnes, subissant de nombreuses tortures, ne lâchant aucune information sur son prétendu réseau ce qui a permis sa libération, fautes de preuves en janvier 1944. Les services allemands se sont en effet intéressés à Petiot alias « Docteur Eugène » et son réseau « Fly Tox » qui a envoyé inopinément des Juifs et des malfrats en Argentine, sans se douter que les malheureux n’ont jamais quitté le 21 rue Le Sueur. C’est pour cette raison que les allemands ont envoyé un de leur prisonnier, un juif résistant Yvan Dreyfus tenter d’infiltrer « Fly-tox » contre sa liberté en se faisant passer par un candidat au voyage pour faire tomber le réseau du « Docteur Eugène ». Yvan Dreyfus va comme les autres candidats à l’exil, disparaître dans l’hôtel particulier du 21 rue Le Sueur. C’est à sa sortie de prison en février 1944 que Marcel Petiot va décider de faire disparaître les cadavres de ses victimes pour effacer les preuves de ses crimes. Après la Libération de Paris, il se présente sous l’identité du Docteur Wetterwald à la caserne FFI de Valmy, il y devient lieutenant et mène de nombreux interrogatoires de présumés collaborateurs. Le 19 septembre 1944, Jacques Yonnet publie dans le journal Résistance, un article titré « Petiot, soldat du Reich » dans lequel il accuse Marcel Petiot d’être un collaborateur espérant ainsi le faire se manifester publiquement en piquant son orgueil au vif. C’est ce qui va se passer, le Docteur se fend d’un droit de réponse et écrit une lettre manuscrite au journal. Des graphologues authentifient alors avec certitude l’écriture de Marcel Petiot. Se disant résistant ayant entre autre participé à la Libération de Paris, la police en déduit qu’il est toujours caché dans la capitale au sein même de la Résistance Française. Des membres des Forces Françaises de l’Intérieur interpellent Marcel Petiot le 31 octobre 1944 à la sortie de la station de métro Saint-Mandé. Ils retrouvent dans ses poches, trente mille francs, un automatique 9 mm, des cartes des milices patriotiques, de l’association France-URSS, du parti communiste français, des faux papiers au nom de Wetterwald et de Valéry, des ordres de missions et de perquisition en blanc et une carte d’alimentation au nom du petit René Kneller, un des clients avec ses parents du réseau « Fly-tox ». La cavale du « monstre » est terminée, il va maintenant devoir s’expliquer.

« Le docteur Petiot est arrêté », Franc-Tireur, vendredi 03 novembre 1944

« Le docteur Petiot est arrêté », Franc-Tireur, vendredi 03 novembre 1944 Collection Philippe Zoummeroff/ Bibliothèque Criminocorpus

La difficile instruction du dossier Petiot
La nouvelle de l’arrestation du Docteur Petiot est communiquée dans la presse à partir du vendredi trois novembre 1944. Marcel Petiot a déjà subi plusieurs interrogatoires et la presse a de la matière pour alimenter ses articles même si les déclarations de Marcel Petiot laissent pour le moment assez perplexes les policiers et les journalistes. En effet, dans ses premières déclarations, Marcel Petiot avoue spontanément être le responsable de la mort de quelques 62 personnes mais il indique que ses prétendues victimes n’en sont pas puisque que ce sont selon lui uniquement « des boches et des salauds ».

« Le docteur Petiot a subi son premier interrogatoire », Ce Soir, samedi 04 novembre 1944

« Le docteur Petiot a subi son premier interrogatoire », Ce Soir, samedi 04 novembre 1944 Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus

Les cadavres retrouvés par les policiers sont le fait de ses « copains » qui ont dû les déposer dans la cave de l’hôtel particulier pendant qu’il était à la prison de Fresnes. Sa défense se résume en l’accomplissement de son devoir patriotique, c’est un bon résistant qui est fier de ses actes justifiés en temps de guerre. L’instruction va durer seize mois pendant lesquels Marcel Petiot campe sur ses positions, refuse de donner des détails sur ses motivations, les véritables identités de ses victimes, l’organisation de son « usine à mort » enfin il fait tout pour que le dossier d’instruction soit le plus instable possible pour l’accusation. Comme l’instruction ne révèle pas de nouveaux rebondissements, la presse délaisse l’affaire. Le 30 octobre 1945, Marcel Petiot déclare : « J’ai décidé de ne plus répondre à aucune question, sauf en public » poussant ainsi le juge d’instruction à le renvoyer devant la chambre des accusations avec un réquisitoire définitif tendant au jugement de Marcel Petiot en Cour d’Assises.

Le procès à rebondissements du « monstre » en 1946
Au premier jour de son procès, le 18 mars 1946, Marcel Petiot, jugé par la Cour d’Assises de la Seine pour vingt-sept assassinats, apparaît dans la presse sous le surnom de « Docteur Satan ». Depuis le procès Pétain qui s’est tenu du 23 juillet au 15 août 1945, c’est le premier grand procès de l’après-guerre, le banc des journalistes déborde de chroniqueurs judiciaires, de photographes de presse et même d’opérateurs des actualités cinématographiques, c’est pratiquement la dernière fois que leur présence est tolérée dans l’enceinte. Tout criminel dans les médias comme dans l’imaginaire collectif de la population dès qu’il devient une figure emblématique, qu’il accède au statut de personnage médiatique doit obtenir une étiquette résumée en une formule choc pour rester dans les esprits. Ainsi Petiot est le « Docteur Satan », un « monstre » manipulateur et sans scrupules mais ce masque, cette étiquette peut se dérober devant l’image d’un homme charmeur, un bon mari et un élément important de la Résistance Française notamment par le biais des témoignages de ces anciens administrés de Villeneuve-sur-Yonne et de ces compagnons de cellules à Fresnes. Le masque du « monstre » apparaît cependant durant le procès quand Marcel Petiot refuse de dévoiler l’identité des membres de son prétendu réseau « Fly-Tox », la vérité sur l’identité des victimes et les circonstances exactes de leur mort.

« Pseudo-résistant, Petiot refuse de brûler ses pseudos-complices », Les Allobroges, mercredi 20 mars 1946

« Pseudo-résistant, Petiot refuse de « brûler » ses pseudos-complices », Les Allobroges, mercredi 20 mars 1946 Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus

La monstruosité de Marcel Petiot est aussi visible tout au long du procès avec la présence à ses côtés de la pyramide de valises de ses victimes présumées rappelant aux yeux de tous les disparitions dans des conditions macabres de ces personnes qui avait mis toute leur confiance dans le Docteur pour continuer de vivre en sécurité. Durant tout le long du procès qui a duré près de trois semaines, Petiot en campant sur ses positions de bon patriote qui a fait son devoir montre le visage d’un manipulateur qui se complaît dans ses mensonges au détriment de la douleur des parties civiles. Ce qui pourrait servir la défense du Docteur comme ses actions de résistant, de bon mari et père de famille le dessert car comme rapporté dans différents journaux, le bon mari a exprimé son amour à sa famille avec les biens de ses victimes, sa femme et son frère revêtant les vêtements des malheureux candidats au voyage. La famille Petiot a mené un bon train de vie en pleine Occupation grâce à la spoliation des biens numéraires et meubles des victimes de Marcel. Les journalistes vont s’efforcer de montrer sa « monstruosité » intérieure à travers son attitude et sa personnalité insolente durant le procès. Dans les différents journaux qui communique des comptes rendus détaillés des audiences du procès, la conduite de l’accusé ou se mêle tantôt arrogance, irrespect de la Cour et manipulation des débats à sa convenance s’affiche en Une.

« Aux assises de la Seine… Et Petiot l'assassin dirige les débats », Franc-Tireur, mardi 19 mars 1946

« Aux assises de la Seine… Et Petiot l’assassin dirige les débats », Franc-Tireur, mardi 19 mars 1946 Collection Philippe Zoummeroff/ Bibliothèque Criminocorpus

Le procès du Docteur Petiot est qualifié par les journalistes de « spectacle le plus couru de la saison ». De nombreuses personnes souhaitent approcher le « monstre » de près, tenter de percer ses secrets. L’écrivaine Colette décrit une « ambiance malsaine » dans le public constitué en grande partie de bourgeois friands de sensations fortes et de détails morbides. Une certaine partie de la presse notamment la nouvelle presse issue de la Résistance veut se détourner dans ses colonnes de la notoriété de Petiot attirant les foules avant même le début du procès, Georges Altman, journaliste au journal Les Allobroges parle de Petiot en « inutile vedette ». Pour ces journalistes, la presse Française ne doit pas retomber dans ses travers d’avant-guerre en sur-représentant dans ses colonnes, des criminels et le compte rendu de leurs méfaits en faisant leur publicité, en s’attachant à la description de détails morbides pour augmenter les tirages et donc les bénéfices. La presse doit être dans le renouveau qu’elle a déjà entamé avec l’épuration dans ses rangs depuis 1944. Une autre partie de la presse profite allègrement de l’ouverture des prétoires aux journalistes pour photographier Marcel Petiot sous tous les angles et rapporter à ses lecteurs des scènes d’audience pendant lesquelles l’accusé se donne en spectacle. Le « monstre » est représenté dans la presse comme un accusé meneur des débats qui souhaite conduire son procès comme il l’entend, ne permettant pas d’interruption dans ses propos ou choisissant les thèmes des débats. La restitution des dialogues dans les comptes rendus d’audiences des journaux donne vie au « monstre » qui apparaît à travers ses interjections et ses menaces envers la Cour encore plus ignoble et méprisable aux yeux des journalistes :

« Ça fait trois fois que je réclame la parole », « Je vous répondrais peut être par une paire de gifles ».

Quand la Cour va se déplacer au 21 rue Le Sueur pendant le procès pour tenter de faire progresser les débats, Marcel Petiot va se comporter en vedette, dirigeant la visite de son ancien hôtel particulier comme un guide de musée nullement impressionné par la foule et les nombreux journalistes qui se pressent autour de lui comme le rapporte les Actualités françaises de l’époque.

« Petiot devant ses juges », Actualités françaises, 29/03/1946

Après trois semaines de procès, des dizaines d’audiences, l’audition de dizaines de témoins, le quatre avril 1946 ont lieu les réquisitoires. Sans surprises, l’Avocat Général Dupin demande comme condamnation, la peine de mort devant un Marcel Petiot et son avocat qui épuisés, dorment dans leur box. Ayant repris ses esprits, Maître Floriot se lance dans une plaidoirie de six heures pendant laquelle il tente l’impossible, convaincre les jurés de sauver la tête de son client. Après un délibéré de deux heures, les jurés répondent oui aux 132 des 135 questions posés par le Président Leser. Marcel Petiot est reconnu coupable par vingt-six fois d’homicide volontaire avec vol, guet-apens et préméditation et est donc condamné à mort. A l’issu du procès, il est aussi condamné à verser des dommages et intérêts allant de 10000 à 880000 francs à certaines parties civiles. Pour son ultime réplique avant de quitter la scène médiatico-judiciaire, Marcel Petiot quand il signe son pourvoi en cassation, dernier recours pour tenter de « casser » le verdict le condamnant à mort, s’écrie « Il faudra me venger ! ».

« Il faudra me venger ! s’écrit Petiot condamné à mort », Nord-Soir, samedi 06 avril 1946

«  » Il faudra me venger ! » s’écrit Petiot condamné à mort », Nord-Soir, samedi 06 avril 1946 Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus

L’exécution
L’exécution de Marcel Petiot a lieu le 25 mai 1946 à 5h05 dans la cour d’honneur de la prison de la Santé à Paris. Les journalistes s’attachent à décrire les derniers instants du « monstre » dans leurs articles de la manière la plus précise qui soit grâce aux témoignages des témoins comme le docteur Charles Paul, le médecin légiste qui suit l’affaire depuis ses débuts. En effet, depuis 1939 et l’exécution d’Eugène Weidmann, la mise à mort des condamnés ne s’exécute plus en public mais à l’abri des regards dans la cour des prisons. Petiot est réveillé vers quatre heures du matin, il est très calme. Le docteur Paul a en effet déclaré à propos des dernières minutes de vie de Marcel Petiot :

« Pour la première fois de ma vie, j’ai vu un homme descendre du quartier des condamnés à mort avec un naturel parfait. ».

Il écrit des lettres d’adieux pour sa femme et son fils. Puis, après avoir fumé une dernière cigarette se tournant vers les différents témoins, il déclare « Messieurs, je suis à votre disposition ». À l’Avocat Général Pierre Dupin qui lui demande, au moment d’aller au supplice, s’il a quelque chose à déclarer, il répond : « Je suis un voyageur qui emporte ses bagages ».

« Petiot a été exécuté », La Montagne, dimanche 26 - lundi 27 mai 1946

« Petiot a été exécuté », La Montagne, dimanche 26 – lundi 27 mai 1946 Collection Philippe Zoummeroff/ Bibliothèque Criminocorpus

Postérité mémorielle de Marcel Petiot, le « Docteur Satan »

Marcel Petiot est mort sans avoir révélé tous les mystères qui entouraient et entourent toujours la découverte du charnier de son hôtel particulier au 21 rue Le Sueur. Pourquoi avoir tué toute ces personnes ? Comment s’y est-il pris ? Qu’a t’il fait de toute la fortune amassée grâce à ses crimes ? L’affaire Petiot est encore aujourd’hui source d’horreur et de mystères, la personnalité monstrueuse du « Docteur Satan » fascinant toujours les amateurs de faits-divers plusieurs décennies après les faits. Les crimes du « monstre » de la rue Le Sueur ont été le sujet de nombreuses études et même de films notamment celui de 1990 réalisé par Christian de Chalonge appelé simplement Docteur Petiot avec Michel Serrault dans le rôle-titre. Des dizaines d’ouvrages ont été écrit sur l’affaire et son auteur, parmi eux on peut même compter des bandes dessinées. A la télévision, Marcel Petiot a été le sujet de nombreuses émissions comme l’Ombre d’un doute du 09 février 2015 portant sur des faits divers connus ou sur l’histoire de France à travers des personnalités qui ont marquées leur temps comme Marcel Petiot à son époque. Petiot est aujourd’hui souvent cité dans différentes études et médias en comparaison avec Henri Désiré Landru qui a commis le même type de crimes pendant la Première Guerre Mondiale en tuant des personnes vulnérables pour profiter de leur biens, dans la presse mettant aussi en lumière deux des « monstres » les plus terrifiants du premier XXe siècle français.

Chronologie :

17 janvier 1897 : Naissance de Marcel André Henri Félix Petiot à Auxerre, fils de Félix Petiot, employé des postes, et de Marthe Bourdon.
1914 : Exclusion de son lycée pour vol.
1915 : Obtention de son Baccalauréat.
11 janvier 1916 : Marcel Petiot s’engage au 89e régiment d’infanterie à Sens.
20 mars 1917 : Blessure au pied par un éclat de grenade.
1917 : Marcel Petiot effectue un séjour dans une clinique psychiatrique du Loiret pour cause de « neurasthénie, dégénérescence mentale, dépression mélancolique, obsession et mélancolie ».
15 décembre 1921 : Soutenance de sa thèse de docteur en médecine intitulée «Contribution à l’étude de la paralysie ascendante aiguë (maladie de Landry). Ses relations avec l’encéphalite épidémique».
1922 : Installation de son cabinet médical, rue Carnot à Villeneuve-sur-Yonne.
1925 : Se fait élire au Conseil Municipal de la ville de Villeneuve-sur-Yonne.
1926 : Disparition de sa bonne et maîtresse, Louise « Louisette » Delaveau.
25 juillet 1926 : Marcel Petiot est élu maire de Villeneuve-sur-Yonne sous une étiquette de gauche.
04 juin 1927 : Mariage avec Georgette Valentine Lablais, fille d’un charcutier prospère d’Auxerre.
29 janvier 1930 : Marcel Petiot est condamné à une peine avec sursis pour détournement de fonds municipaux par le tribunal correctionnel de Sens.
18 octobre 1931 : Marcel Petiot est élu au Conseil général de l’Yonne.
1931 : Départ pour Paris, installation de son cabinet médical et de la famille Petiot au 66 rue de Caumartin.
1935 : Marcel Petiot est soupçonné de prescrire illégalement de l’héroïne à des toxicomanes, il est arrêté, puis finalement relâché faute de preuves.
04 avril 1936 : Vol d’un livre à la librairie Gibert à Paris.
01 août 1936 au 20 février 1937 : Internement à la clinique psychiatrique d’Ivry.
Septembre 1941 : Marcel Petiot achète un hôtel particulier rue Le Sueur dans le 16e arrondissement de Paris.
02 janvier 1942 : Disparition de Joachim Gushinow, fourreur juif, voisin de Marcel Petiot.
22 mars 1942 : Disparition de Jean-Marc Van Bever dont le témoignage dans le cadre d’une affaire de stupéfiants pouvait nuire au docteur Petiot.
25 mars 1942 : Disparition de Marthe Kayt pour les mêmes raisons et dans le cadre d’une affaire similaire.
Juin 1942 : Denise Hotin, qui cherche à obtenir un certificat de non-avortement auprès du docteur Petiot, disparait à son tour.
20 juin 1942 : Disparition du docteur Paul Braunberger, médecin juif.
19 juillet 1942 : Disparition de la famille juive Kneller, les deux parents et leur fils de huit ans, René.
Fin 1942 – début 1943 : Disparition des époux Woolf et la mère du mari, des époux Basch ainsi que quatre membres de leur famille respective, des époux Schoenker (aussi appelés Stevens) et des époux Arnsberg (aussi appelés Anspach). Tous sont juifs.
Mars 1943 : Disparition de Joseph Réocreux dit le Jo-le-Boxeur, de François Albertini dit François-le-Corse et des trois prostituées les accompagnants.
Disparition d’Adrien Estébétéguy dit le Basque et de Joseph Piereshi dit Zé accompagnés de deux prostituées.
19 – 20 mai 1943 : Disparition d’Yvan Dreyfus, prisonnier juif de la Gestapo de la rue des Saussaies jouant le rôle d’informateur pour infiltrer le réseau du docteur Eugène alias Marcel Petiot.
24 mai 1943 : Arrestation de Marcel Petiot par la Gestapo qui entraîne sa détention à la prison de Fresnes.
13 janvier 1944 : Libération de Marcel Petiot de la prison de Fresnes.
19 février 1944 : Marcel Petiot fait livrer avec l’aide de son frère de la chaux vive rue Le Sueur.
11 mars 1944 : Les cheminées de l’hôtel particulier de la rue Le Sueur prennent feu entraînant la fuite de Marcel Petiot.
Septembre 1944 : Marcel Petiot sous le nom de Wetterwald est incorporé au service de l’épuration et de sécurité de la caserne de Valmy tenue par les Forces Françaises de l’Intérieur.
19 septembre 1944 : Parution dans le journal Résistance de l’article du journaliste Jacques Yonnet « Petiot, soldat du Reich ».
18 octobre 1944 : Parution du droit de réponse de Marcel Petiot dans le journal Résistance.
31 octobre 1944 : Arrestation de Marcel Petiot à la station Saint-Mandé du métro de Paris, située à la limite des communes de Saint-Mandé et de Vincennes.
03 novembre 1944 : Médiatisation dans la presse de l’arrestation de Marcel Petiot.
31 décembre 1945 : Réquisitoire définitif tendant au jugement de Marcel Petiot en Cour d’Assises.
18 mars 1946 : Ouverture du procès Petiot aux Assises de la Seine sous la présidence de Michel Leser.
22 mars 1946 : Visite de la Cour au sein de l’hôtel particulier rue Le Sueur.
03 avril 1946 : Réquisitoire de l’avocat général Pierre Dupin.
04 avril 1946 : Plaidoirie de Maître René Floriot, défenseur de l’accusé et condamnation à mort de Marcel Petiot.
23 mai 1946 : Le Président Gouin refuse une révision du procès.
25 mai 1946 : Exécution de Marcel Petiot à la prison de la Santé à 05h05.

Bibliographie :

1) Contexte historique
LABORIE Pierre, Les Français sous Vichy et l’Occupation, Toulouse, Milan, 2003, 64 p.
MARCOT François (dir), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, 1198 p.
MICHEL Henri, Histoire de la Résistance en France, Paris, Que sais-je, PUF, (10e édition) 1987, 128 p.
ROUSSO Henry, Les Années noires – Vivre sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2006, 192 p.
WIEVIORKA Olivier, Histoire de la Résistance : 1940-1945, Paris, Perrin, ‎2013, 574 p.

2) Histoire de la presse et du fait-divers
Ouvrages généraux
ALBERT Pierre, Histoire de la Presse, Paris, Que sais-je, PUF, (7e édition) 1993, 128 p.
BERG GRAVENSTEN Eva, La quatrième arme : la presse française sous l’Occupation, Lausanne, Esprit ouvert, 2001, 238 p.
CHARON Jean-Marie, La presse quotidienne, Paris, La Découverte « Repères », 2007, 128 p.
CORROY Laurence et ROCHE Émilie, La presse en France depuis 1945, Paris, Éditions Ellipses, 2010, 144 p.
MARTIN Laurent, La presse écrite en France au XXe siècle, Paris, Le Livre de Poche, 2005, 256 p.
MOUILLAUD Maurice et TÉTU Jean-François, Le journal au quotidien, Lyon, P.U.L, 1989, 201 p.

La chronique judiciaire
AMBROISE-RENDU Anne-Claude, « Le chroniqueur, la justice et l’opinion publique : les faits divers à la fin du XIXe siècle », Histoire de la justice,  n° 20, 2010/1, p. 69-80.
BLANC Pierrette, « Chroniqueur judiciaire : entomologiste ou voyeur ? », Déviance et société, Vol. 2 n°1, 1978, p. 71-76.
CHAUVAUD Frédéric, « « Voir vite et juste », la nouvelle chronique judiciaire (1880-1940) », Histoire de la justice, n° 20, 2010/1, p. 81-91.

Le fait-divers, objet médiatique
Ouvrages généraux
AUCLAIR Georges, Le Mana quotidien. Structures et fonctions de la chronique de fait- divers, Paris, Anthropos, 1970, 274 p.
LITS Marc et DUBIED Annick, Le fait-divers, Paris, Presses Universitaire de France, 1999, 127 p.
M’SILI Marine, Le fait divers en République. Histoire sociale de 1870 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 2000, 311 p.
Articles
CHÂLES-COURTINE Sylvie, « La médiatisation des affaires criminelles », Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, n° 25, 2011, p. 4.
CHALES-COURTINE Sylvie, « La construction de figures criminelles dans les faits-divers du XIXe et XXe siècles », Médias et Culture, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 61-75.
DEMARTINI Anne-Emmanuelle, « L’affaire Nozière entre instruction judiciaire et médiatisation », Le Temps des médias, n° 15, 2010/2, p. 126-141.

Exposition virtuelle
EVENO Patrick, « La presse en France depuis la Libération », « La presse à la une. De la Gazette à Internet », exposition virtuelle de la Bibliothèque nationale de France (BnF), 2012.

3) L’Affaire Petiot
Ouvrages généraux
CÉSAIRE Frédérique, L’Affaire Petiot, Paris, De Vecchi, 2006, 200 p.
DOMINIQUE Jean-François, L’Affaire Petiot : médecin marron, gestapiste, guillotiné pour au moins vingt-sept assassinats, Paris, Ramsay, 1980, 260 p.
JACQUEMARD Serge, Petiot, docteur Satan, Paris, Fleuve Noir, 1993, 218 p.
QUETEL Claude, L’effrayant docteur Petiot. Fou ou coupable ?, Paris, Ed. Perrin, 2014, 213 p.
PETIOT Marcel, Le Hasard Vaincu, Paris, Imprimerie Amiard, 1946, 352 p.
SIGOT Jacques, 1946, Le procès de Marcel Petiot, le bon docteur de la rue Le Sueur, Montreuil-Bellay, Éditions CMD, 1995, 76 p.

Articles et chapitres d’ouvrages
ALLIOT David, « Marcel Petiot. Crimes et châtiments… », Le festin des loups – Collabos, profiteurs et opportunistes sous l’occupation, Paris, Librairie Vuibert, 2014, p. 199-209.
ANGELIER François, « Petiot, Marcel », Dictionnaire des assassins et des meurtriers, Paris, Calmann-Lévy, 2012, p. 466-472.
POTTECHER Frédéric, « Petiot », Les Grands procès de l’histoire, Tome 2, Paris, Fayard, 1981, p. 223-262.

Documents d’archives départementales
Archives départementales de l’Yonne
Acte de naissance de Marcel Petiot (page 6, n°15).

Archives départementales du Cantal
Prospectus du docteur Marcel Petiot (1933)

4) Sur Criminocorpus
Revue hypermédia d’histoire de la justice, des crimes et des peines
RENNEVILLE Marc, « La « collection Zoummeroff » sur Criminocorpus », Criminocorpus, Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 16 décembre 2014, consulté le 15 juin 2015.

Bibliothèque, collection Philippe Zoummeroff

« Le docteur Petiot a disparu », article du journal Le Soleil de Marseille, lundi 13 mars 1944.
« On a identifié la première victime de Petiot : son amie Louisette », article du journal Le Réveil du Nord, dimanche 26 mars 1944.
« Petiot insolent prétend diriger les débats », article du journal Les Allobroges, mardi 19 mars 1946.
« Petiot arrêté à la frontière espagnole ? », article du journal Le Réveil du Nord, samedi 22 avril 1944.
« Le docteur Petiot est arrêté », article du journal Franc-Tireur, vendredi 03 novembre 1944.
« Le docteur Petiot a subi son premier interrogatoire », article du journal Ce Soir, samedi 04 novembre 1944.
« Pseudo-résistant, Petiot refuse de « brûler » ses pseudos-complices », article du journal Les Allobroges, mercredi 20 mars 1946.
« Aux assises de la Seine… Et Petiot l’assassin dirige les débats », article du journal Franc-Tireur, mardi 19 mars 1946.
« « Il faudra me venger ! » s’écrit Petiot condamné à mort », article du journal Nord-Soir, samedi 06 avril 1946.
« Petiot a été exécuté », article du journal La Montagne, dimanche 26 – lundi 27 mai 1946.

Sources complémentaires

Landru : documents d’époque (1921), Criminocorpus.

Gestapo française : l’affaire Pierre Bonny Henri Lafont à travers la presse (1944), Criminocorpus. 

5) Sites internet
DUCRET Alix, « Petiot, le « Docteur Satan » », article sur le site internet Historia Nostra.
Tueursensérie, site internet sur les tueurs en série avec une page consacrée à Marcel Petiot.
TARISSE Christophe et AFP, « 70 ans après, le mystère du Docteur Petiot demeure », France 3 Bourgogne, 2014.
Présentation du tome 1 de la série Assassins des éditions Casterman sur le Docteur Petiot.

Vidéos
« Petiot devant ses juges », Actualités françaises, 29/03/1946.
« Outside French Court 1946 », British Pathé, 1946.
« L’affaire Petiot », Alain Decaux raconte, 01/12/1971.

L’ombre d’un doute diffusé le 09/02/2015 sur France 3 à 20H50.
« Petiot : le docteur Satan de l’Occupation »


Émission disponible en intégralité sur You tube.
Présentation de l’émission sur le site internet de la chaîne.

Film
« Docteur Petiot », film de Christian de Chalonge avec Michel Serrault, 1990.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search