André Vitel, le dernier mineur guillotiné en France sur une place publique, à Rouen, le 2 mai 1939.Des documents inédits (Jean-Claude Vimont)

En étudiant le cas de Bruno T., dernier mineur frappé de la peine de mort en 1975 et gracié par le président Giscard d’Estaing, nous avions recherché des sentences plus anciennes où des jeunes de moins de dix-huit ans avaient été condamnés et exécutés. Les journalistes de l’époque citaient plusieurs cas et ne s’accordaient pas sur une date précise. Le nom d’André Vitel n’était pas mentionné. Il correspondait pourtant au profil recherché. Il était dans sa dix-septième année lorsqu’il commit son crime, fut jugé et exécuté. Reprendre cette affaire a été possible grâce aux documents réunis par Florian Duprie dans un mémoire de master, La cour d’assises de Seine-Inférieure de 1939 à 1945, que j’avais dirigé et qui fut soutenu en 2010 à l’Université de Rouen. Les quotidiens de l’époque publièrent des chroniques judiciaires sur cette affaire. Simon Eddy avait mentionné ce délinquant dans Les grandes affaires criminelles de Seine-Maritime en 2006. Les dossiers de la cour d’assises de Seine-Inférieure pour l’année 1939 sont conservés aux archives départementales sous les cotes 2 U 2283-2287.

En cette fin des années trente, la pénalité appliquée aux mineurs de justice était en question. Les « bagnes d’enfants » avaient été dénoncés. La colonie privée de Mettray ferma ses portes. On réforma timidement quelques maisons d’éducation surveillée. Pouvait-on envisager une quelconque indulgence pour un jeune assassin ? Ses crimes avaient révulsé la population du port normand. Les périls de l’heure étaient grands. La guerre menaçait. Des espions étaient condamnés à mort. Les tueurs de la Cagoule avaient été découverts et arrêtés. Les réfugiés espagnols affluaient dans les « camps de concentration » rapidement aménagés dans le Sud de la France. La presse de droite et d’extrême droite fustigeait « les indésirables étrangers rouges ».

Depuis la loi du 12 avril 1906, la majorité pénale était fixée à dix-huit ans. Elle était précédemment fixée à seize ans. Dans son article 2, la loi indiquait que, lors de la comparution d’un mineur, le président du tribunal devait toujours poser la question : « l’accusé a-t-il agi avec discernement ? » Si ce n’était pas le cas, il devait être acquitté, mais il pouvait être conduit dans une colonie pénitentiaire. Si c’était le cas, il subissait des peines moins sévères que des accusés adultes. Les travaux forcés à perpétuité étaient substitués à la peine de mort. Ces dispositions furent complétées par la loi du 22 juillet 1912 sur les tribunaux pour enfants et adolescents. Cependant, la Loi de 1912 ne faisait pas allusion aux mineurs de 16-18 ans, catégorie créée par la loi de 1906. Il n’était pas prévu d’atténuation de peine s’ils étaient reconnus discernants. leur sort était donc comparable à celui d’un majeur pénal. C’était le cas d’André Vitel.

André Vitel assassina l’épouse de son demi-frère, madame Pierre Vitel, née Alice Anne, et son enfant, Michel Vitel, le 8 juin 1938 au Havre, rue Frédérick-Lemaitre. Il venait d’avoir dix-sept ans. Né le 22 mai 1921, il était garçon d’office sur le steamer le Cuba.

« Avec une rare sauvagerie »

Au début du mois de juin 1938, Pierre Vitel son demi-frère, marin, venait d’embarquer sur le paquebot Normandie qui avait appareillé pour New York. André Vitel se présenta chez Alice Anne, sa belle- sœur, âgée de vingt-neuf ans, et prit une collation. Il aurait exigé de l’argent qu’elle lui aurait refusé. Subitement, Vitel lui asséna plusieurs coups de fer à repasser et de bouteille. Il l’acheva à coups de couteau. Puis il étouffa l’enfant, âgé de six semaines et qui criait dans son landau, en lui mettant des coussins sur la tête. Il installa deux chaises par-dessus. Il déroba ensuite un millier de francs. Lors de son procès, le président de la cour d’assises offrit le tableau suivant de la scène du crime afin d’accréditer la thèse de la préméditation : « Après avoir fracassé la tête de votre belle-sœur, vous l’avez frappé à terre avec un premier couteau ; puis, avec un deuxième, vous lui avez tranché le cou jusqu’à la colonne vertébrale. Le sang coulait à flot autour de la tête à demi-décapitée. Alors vous faites votre toilette et, prévoyant tout, vous mettez des gants pour chercher les 1000 francs d’économies du ménage. Vous videz le verre de vin sur la table. Vous faites un paquet de vos effets sanglants. Mais un enfant crie, l’enfant dont vous venez de supprimer la maman. La dernière des brutes eut épargné ce bébé de six semaines. Vous l’asphyxiez avec calme et méthode…» Une voisine avait remarqué ce jeune homme à proximité de la demeure. Il fut arrêté dès le lendemain du crime et avoua son forfait devant les policiers. Le commissaire de police du 2ème arrondissement du Havre fit effectuer une autopsie des deux corps puis procéda à une reconstitution. Des photographies judiciaires furent jointes au dossier d’instruction.

manif007

Interrogatoire d’André Vitel par les policiers du Havre, le lendemain de ses crimes, le 8 juin 1938. Premiers aveux. Le président des assises citera cette pièce lors du procès car la préméditation était reconnue. Ce que nia Vitel à l’audience. Archives départementales de Seine-Maritime.

Vitel n’expliqua jamais les raisons de ses crimes. Lors de son procès, il affirma ne pas avoir prémédité ces actes et ne pas savoir ce qui l’avait pris, avoir agi sous l’empire d’une force qu’il ne pouvait définir. Les journalistes offrirent leurs propres interprétations. Le quotidien socialiste Le Populaire écrivait le 18 février 1939 : «On sait qu’il a assouvi une vieille rancune. Il en voulait à son frère et à sa belle-sœur d’être des travailleurs et, par-là, d’être heureux à leur foyer, quand lui, paresseux, subissant ses mauvais instincts, n’avait fait qu’un dévoyé ».

Photographie de la scène du crime. La victime, madame Pierre Vitel, dans sa cuisine. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie de la scène du crime. La victime, madame Pierre Vitel, dans sa cuisine. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie de la scène de crime. la cuisine après l'homicide. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie de la scène de crime. la cuisine après l’homicide. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie de la scène de crime. Le désordre dans la cuisine. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie de la scène de crime. Le désordre dans la cuisine. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie de la scène du crime. La cuisine. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie de la scène du crime. La cuisine. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie de la scène du crime. Le landeau de l'enfant assassiné. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie de la scène du crime. Le landeau de l’enfant assassiné. Archives départementales de Seine-Maritime

Autopsie du corps de madame Pierre Vitel. Archives départementales de Seine-Maritime

Autopsie du corps de madame Pierre Vitel. Archives départementales de Seine-Maritime

Autopsie du corps de l'enfant Vitel. Archives départementales de Seine-Maritime

Autopsie du corps de l’enfant Michel Vitel. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie réalisée lors de la reconstitution du crime. Un des rares clichés d'André Vitel. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie réalisée lors de la reconstitution du crime. Un des rares clichés d’André Vitel. Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie réalisée lors de la reconstitution du crime. Archives départementales de la Seine-Maritime

Photographie réalisée lors de la reconstitution du crime. Archives départementales de la Seine-Maritime

Un procès expéditif

On aurait pu penser que les questions de minorité pénale, d’atténuation de resonsabilité, d’absence de discernement seraient au cœur des débats judiciaires. Paris-Soir, le 18 février 1939, fut l’un des rares quotidiens à souligner cet enjeu : « Tout l’intérêt de l’affaire est de savoir si le jeune âge de Vitel le sauvera de la guillotine». Le procès eut lieu le 17 février devant la cour d’assises de Rouen. Dès le début de l’audience, son demi-frère, Pierre Vitel, le traita de crapule. La mère et grand-mère des victimes l’apostropha également en tendant le poing : « Misérable ! » Selon Le Populaire du 18 février 1939, il demeura impassible : « Le meurtrier les regarde froidement, indifférent au chagrin qui les écrase, et durant toute l’audience il gardera la même attitude cynique et révoltante ». Son défenseur, maître Cresson du Cormier, affirma qu’il n’y avait pas eu préméditation, que Vitel n’avait pas eu l’intention de tuer sa belle-sœur en venant chez elle. Il tenta d’apitoyer le jury en insistant sur la jeunesse de l’accusé. L’avocat de la partie civile, André Marie, avait insisté sur le degré d’horreur du double meurtre. L’avocat général Vigneron réclama la peine de mort, seule sanction à la mesure de ce « monstrueux forfait ». « Une bête qu’il fallait abattre », ajouta-t-il. Il fut condamné le 17 février 1939 au soir par les jurés de la cour d’assises de la Seine-Inférieure à la peine de mort. La foule accueillit le verdict aux cris de «Hou ! Hou ! A mort ! » et les gendarmes durent soustraire le condamné à la fureur d’une foule qui souhaitait le lyncher.

Questions posées aux jurés de la cour d'assises et réponses des jurés. Archives départementales de Seine-Maritime

Questions posées aux jurés de la cour d’assises et réponses des jurés. Archives départementales de Seine-Maritime

manif015

Son pourvoi devant la chambre criminelle de la cour de cassation fut rejeté le 6 avril 1939. « La jeunesse du condamné ne suffit pas à lui mériter la grâce présidentielle», écrivait le correspondant rouennais de Ce Soir.

« Sur le pavé froid, le condamné paraît encore plus enfant »

Plusieurs journalistes ont décrit les dernières heures du condamné. Celui de Ce Soir écrivait  le 3 mai 1939 : « Peu avant l’aube, l’aspect de la place de Bonne Nouvelle est lugubre. Il faut franchir un premier cordon de gardes, puis un second, puis un autre encore, et montrer chaque fois patte blanche. Enfin, devant nous la « machine » se dresse. Autour d’elle, des silhouettes se déplacent silencieusement, à cent mètres, magistrats et policiers, nerveux, consultent leur montre. Il est 3h45, le cortège franchit la porte de fer de la maison d’arrêt ». Le quotidien revenait ensuite sur les dernières heures précédant l’exécution. Le groupe d’officiels se dirigeant vers la cellule du condamné, marchant dans un corridor recouvert de sacs pour étouffer les bruits des pas. Une « pudeur officielle », selon le reporter. Le procureur général réveilla Vitel, lui apprit que son recours en grâce était rejeté et ajouta : « Soyez un homme ». Il se serait habillé lentement, puis se serait jeté sur son lit, la tête entre les mains. L’aumônier de la prison, l’abbé Farcy prit en charge le jeune homme, l’adolescent selon l’expression du journal. Deux gardiens le vêtirent d’une chemise bleue et d’un pantalon rayé. Dans un geste d’humeur, il aurait jeté ses chaussures à l’extrémité de sa cellule. Les gardiens l’entravèrent. Ce Soir : « Sur ses lèvres exsangues, un sourire se dessine. « N’ayez crainte, dit-il, je ne me barrerai pas ». Il se dirigea ensuite vers la chapelle et assista à l’office. Au greffe, désentravé, il but un verre de rhum et fuma une cigarette. Les aides du bourreau Jules-Henri Desfourneaux, nouvel exécuteur des hautes œuvres, échancrèrent sa chemise, lui lièrent mains et pieds. Desfourneaux exerçait pour la première fois en tant qu’exécuteur des hautes œuvres. Peu après, il devait exécuter Max Bloch, dernier supplicié en public à Paris, boulevard Arago près de la maison d’arrêt de la Santé, puis Eugène Weidmann, à Versailles, dernière exécution publique en métropole.

André Vitel fut placé dans un fourgon et conduit sur la place. Son demi-frère et la mère de sa victime, assise dans un fauteuil, étaient présents. Il était 4 h 50. L’Ouest Eclair du 3 mai : « Vitel, meurtrier monstrueux, est mort sans une parole de regret, sans demander le moindre pardon. Son dernier regard fut un lourd regard de haine». Ce Soir du 3 mai : « Sur le pavé froid, le condamné paraît encore plus enfant. Une seconde d’étonnement. Puis sans un mot, sans un cri, Vitel est entraîné par les aides. Vivement, on le pousse… » L’exécution avait eu lieu vingt jours avant son dix-huitième anniversaire.

Capture d’écran 2015-06-21 à 07.17.29

Exécution d'André Vitel. procès verbal du surveillant chef de la maison d'arrêt et de correction de Rouen. Archives départementales de la Seine-Maritime

Exécution d’André Vitel. procès verbal du surveillant chef de la maison d’arrêt et de correction de Rouen. Archives départementales de la Seine-Maritime

manif018

Exécution d'André Vitel. Procès verbal du greffier. Archives départementales de Seine-Maritime

Exécution d’André Vitel. Procès verbal du greffier. Archives départementales de Seine-Maritime


Vous aimerez aussi...