Christophe Guillaumot raconte son « monde de flic »

Soirée Point Seuil sur la Péniche La Plateforme.

Commandant de police au SRPJ de Toulouse où il dirige la brigade des courses et jeux, Christophe Guillaumot publie un nouveau polar , « Que tombe le silence « , qui met en scène ses personnages de prédilection et une Ville rose bien poisseuse.

On entendrait presque, en fond sonore, le « Way down in the hole » des Blind Boys of Alabama — qui sert de générique à la série  » The Wire  » — pendant que Christophe Guillaumot égrène les faits marquants de son parcours de policier et d’auteur. « Né en Haute-Savoie , j’ai passé toute ma jeunesse à Vesoul en Haute-Saône dans le froid et la grisaille ! (rires) Puis je suis parti à l’ école de police de Toulouse où j’ai rencontré Renato Talatini qui m’a inspiré le personnage du Kanak en 1991. J’ avais 21 ans . Puis on est tous partis sur Paris, moi sur Pigalle, puis j’ai fait les réseaux ferrés , les pickpockets dans le métro, les braquages à Grenoble , puis Châteauroux en ordre public et retour à Toulouse. » Bientôt quinqua, le commandant de police en charge de la brigade des courses et jeux à la SRPJ de Toulouse ne fait pourtant pas le marlou : « J’ai découvert la lecture à 25 ans et je me suis mis à dévorer les grands classiques . Puis j’ai participé à un concours de nouvelles en 2005 que j’ai remporté avec mon récit « Le Cerbère  » et, à partir de là, je me suis dit que je pourrais écrire un roman policier . » C’est ainsi que, d’un jet, avec la force des premières œuvres qui ne s’interdisent rien, paraît  » Chasses à l’homme  » qui lui vaudra de remporter le Prix du Quai des Orfèvres remis en présence du héros de son père, Jean-Paul Belmondo , parrain de l’année 2009…

Pour lire l’intégralité de l’article sur le site de La depeche


Vous aimerez aussi...