“Juge” de Marcel Lemonde

“Vouloir juger est sans doute incompréhensible et il vaut mieux abandonner l’idée de savoir pourquoi on peut avoir envie de devenir magistrat, en se bornant à constater que, depuis la suite des temps, les hommes réunis en société ont éprouvé le besoin de créer une administration appelée « justice » et qu’ils ont toujours trouvé des volontaires pour la faire fonctionner.”

“Témoigner. Raconter aussi simplement que possible, “sans faire le malin” comme disait Pouchkine. Dire au lecteur : voilà. Voilà ce qu’était la vie d’un magistrat parmi d’autres, d’abord en France puis pour finir dans le domaine international. Le faire sérieusement, car le sujet est grave, mais sans confondre la Justice (avec un grand J) et le juge.

En quarante ans de magistrature, je n’ai jamais rencontré le “bon juge”. Tout simplement parce qu’il n’existe pas. En revanche, il m’est arrivé de croiser un certain nombre de magitrats “pas trop mauvais”. Ceux-là, toujours, s’efforçaient de réussir ce numéro d’équilibriste consistant à prendre leur tâche au sérieux sans se prendre eux-mêmes au sérieux.” M.L.

Au terme de sa carrière, entre 1975 et 2015, le juge Marcel Lemonde se livre à un examen rétrospectif qui s’accompagne d’une réflexion plus large sur la justice et ses bouleversements, au cours d’une période où l’on a assisté à l’émergence d’un véritable pouvoir judiciaire en France et à la naissance d’une nouvelle justice pénale internationale.

Né en 1946, docteur en droit, Marcel Lemonde est président de chambre honoraire à la cour d’appel de Paris. Après un bref passage dans la police, il a successivement exercé les fonctions de juge d’instruction (notamment à Lyon, où il fut chargé du dossier d’Action directe), président de tribunal correctionnel puis de cour d’assises, président de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bastia et sous-directeur à l’Ecole Nationale de la Magistrature. Il a enfin été nommé juge d’intstruction international auprès du tribunal créé à Phnom Penh pour juger les responsables Khmers rouges, avant de terminer son activité comme consultant, notamment en Turquie pour le Conseil de l’Europe.

 À paraître le 16 janvier 2020 • 340 pages

https://www.fauves-editions.fr/

https://www.facebook.com/FauvesEditions/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.