Interview. Bénédicte Rousset : « L’écriture est à mi-chemin entre la jouissance et la torture »

Après Rue sombre (2017), Piège à Bragny (2018) et Le Lis des teinturiers (2018), Bénédicte Rousset publie Romilda, un polar dont l’intrigue se construit autour de l’assassinat de la petite Rosa Barloti un après-midi de juin 1912, dans le village de Piolenc dans le Vaucluse. Plus de cent ans après, ce drame non-résolu à l’époque refait surface en 2018, suite à des fouilles qui font remonter à la surface le squelette d’une enfant. L’enquête est confiée à l’équipe du commissaire Adrian Berthier, personnage présent dans tous les autres romans de l’auteure. Parallèlement, Romilda, une traductrice littéraire trentenaire, fait la découverte inattendue dans la cave de la maison parentale d’un paquet de lettres anciennes qui semblent offrir une clé sérieuse dans le déroulement de l’enquête. Que va-t-elle découvrir et comment va réagir Ange Barloti, héritier de la lignée corse ayant juré vengeance après la disparition tragique de Rosa ? Le suspense reste entier jusqu’à la fin de ce livre très bien écrit et riche en personnages très forts…

Pour en savoir plus sur le site de https://lettrescapitales.com/interview-benedicte-rousset

Très jeune, c’est dans l’imprimerie de son père que Bénédicte Rousset a découvert les romans, pièces de théâtre et poèmes rédigés par ses ancêtres, dont un félibre : Gabriel Bernard.

Fille et petite-fille d’institutrices, enseignante dans un collège du Vaucluse, l’auteur perpétue le lien à l’écriture comme une histoire de famille.

Passionnée par les intrigues policières, elle aime puiser son inspiration aussi bien dans les œuvres de Maupassant et Yasmina Khadra, que dans la littérature italienne (Buzzati, Sciascia, Pirandello la fascinent !)…

111 – Portrait du jour : Bénédicte Rousset, l’auteure talentueuse du roman “Le Lis des teinturiers” :

https://criminocorpus.hypotheses.org/78756


Vous aimerez aussi...