En Tunisie, la peau noire est toujours un facteur de discriminations

En Tunisie, plus de la moitié des migrant·es originaires d’Afrique subsaharienne ont déjà subi un acte raciste. | jurien huggins via Unsplash

Qu’elle soit issue d’une émigration récente ou installée depuis des générations en Tunisie, la population noire subit toutes sortes de violences.

De l’importance du vocabulaire. En Tunisie, certains mots utilisés pour désigner les Noir·es révèlent l’étendue du travail qui reste à faire pour changer les mentalités. «Oussif», esclave, «kahlouch», équivalent de noirauds, de nègres, ne choquent pas forcément et font même partie du langage populaire. Beaucoup considèrent tout simplement que ces expressions ne sont pas racistes…

Pour lire l’intégralité de l’article de Matthias Raynal du 13 janvier 2020 sur le site de Slate


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.