Le viol : histoire d’un crime

Le viol de Lucrèce par Tarquin – Le Titien (vers 1571) • Crédits : Wikipedia

La répression du viol par la Justice a évolué, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, vers plus de lucidité et de sévérité, traduisant le changement de regard de la science et de l’opinion publique sur les ravages d’une sexualité dépravée autant que sur les relations entre les hommes et les femmes.

Rediffusion de l’émission du 12.01.2013

Le 16 décembre dernier, une jeune étudiante indienne a été victime d’un viol collectif dans un autobus de New Delhi pendant que son compagnon, qui tâchait de la protéger, était frappé avec une barre de fer. La police a mis longtemps à venir les secourir et à l’hôpital les médecins les ont traités avec une condescendance ostensible. La jeune femme est morte de ses blessures deux semaines plus tard à Singapour où elle avait été transportée. Un puissant mouvement de protestation depuis lors, parcourt le pays. Un mouvement qui est sans précédent et qui réveille le féminisme. Il ne réclame pas la protection des femmes mais d’abord leur liberté de se mouvoir sans danger dans l’espace public.

Or il se trouve que ces événements font un écho douloureux au manifeste retentissant qu’en France 313 femmes ont signé derrière Clémentine Autain dans Le Nouvel Observateur du 22 novembre pour dire avec éclat qu’elles avaient été elles-mêmes violées et que la réponse de la société, notamment par le fait de la police et de la justice, demeurait en dépit des progrès de la législation, gravement insuffisante, alors qu’il y aurait en France, nous dit-on, un viol toutes les sept minutes. Georges Vigarello , mon invité ce matin, a publié naguère en 1998, une Histoire du viol , qui a été saluée à l’époque et depuis lors comme une contribution majeure et très neuve, à la connaissance de ce crime et de ses effets depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. Nous allons voir ensemble que la manière dont la société, de siècle en siècle, l’a considéré, châtié, ignoré, éventuellement refoulé ou excusé, que cette manière est destinée à apprendre beaucoup dans le long terme sur les relations entre les hommes et les femmes, le poids des hiérarchies sociales, la place de cette violence parmi toutes les autres, notamment durant les guerres, et en définitive à faire comprendre comment un impératif moral tout simplement élémentaire a pu être étouffé par les préjugés, les hypocrisies, et, derrière le fragile vernis de la civilisation, les cynismes souvent complaisamment tolérés…

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de France culture

CONCORDANCE DES TEMPS par Jean-Noël Jeanneney
LE SAMEDI DE 10H00 À 11H00

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search