La discrimination des burakumin au Japon

La discrimination à l’encontre des burakumin dans le Japon contemporain s’est construite au fil des siècles. Elle s’avère particulièrement difficile à enrayer tant les formes que prend la marginalisation de ces Intouchables nippons se modifient d’une époque à l’autre.

La discrimination à l’encontre des burakumin au Japon est un phénomène assez méconnu en France. Considéré comme une violation des droits de l’homme, ce problème est débattu au sein d’instances internationales chargées de les protéger. La prolifération des actes et des propos discriminatoires sur internet a poussé le gouvernement japonais à adopter en décembre 2016 une « loi pour faire disparaître la discrimination à l’encontre des buraku  » (Buraku sabetsu kaishō hō). Pourtant, même si elle marque une reconnaissance officielle de la persistance de la discrimination malgré les mesures de discrimination positive mises en place de 1969 à 2002, la législation japonaise est jugée insuffisante pour la combattre. La particularité de l’exclusion qui vise les membres de cette minorité réside dans le fait qu’ils ne présentent aucune différence phénotypique, ethnique, religieuse ou même linguistique avec les autres Japonais. Alors que cette inégalité de traitement est bien moins visible au sein de la société que dans les années 1960, elle peine à être enrayée et se manifeste de façon cachée dans le domaine de l’emploi, du mariage et dans les situations de la vie quotidienne. Sujet tabou au sein de la société japonaise, dont on évite de parler et de débattre, il n’en demeure pas moins un objet de polémique comme en attestent les propos discriminatoires récents de l’ancien présentateur télévisé Hasegawa Yutaka, soutenu par le Japan innovation Party pour sa candidature aux élections à la Chambre des conseillers (l’équivalent du Sénat), à laquelle il a finalement renoncé. Selon le journal Asahi, lors d’une conférence au mois de février à Tokyo, il a déclaré à propos des couches discriminées du Japon prémoderne – considérées par la majorité des Japonais comme les ancêtres des burakumin – qu’elles seraient d’une existence inférieure à l’espèce humaine, enclines au crime et à la violence. Ces propos témoignent de la réalité des préjugés vis-à-vis des buraku et de leurs habitants qui circulent aussi bien au sein des classes supérieures que des classes populaires. Les justifications de cette discrimination sont changeantes en fonction des époques, ce qui conduit à nous interroger sur les raisons de son maintien. Mais cette catégorisation pose avant tout des problèmes de définition dont les contours sont flous et arbitraires …  English
 
Pour lire l’intégralité de l’article de  Caroline Taïeb , le 6 septembre 2019 sur le site de la vie des idees
 
Caroline Taïeb est doctorante en sociologie à l’EHESS et à l’université du Kansai au Japon. Elle est rattachée à l’Équipe de recherche sur les inégalités sociales (ERIS) du Centre Maurice Halbwachs (EHESS/ENS/CNRS) et au Centre de recherches sur le Japon (CRJ) de l’EHESS. Ses travaux portent sur la question du racisme au Japon et plus spécifiquement sur l’état de la discrimination à l’encontre des burakumin. Diplômée d’une maîtrise d’Études européennes de l’université Paris III et d’un master 2 en Études japonaises de l’université Paris VII, elle a été boursière du gouvernement japonais de 2012 à 2014 et de 2015 à 2017. Dans le cadre de sa thèse de doctorat, elle a mené une enquête qualitative et quantitative auprès des non-burakumin dans la ville d’Amagasaki et des entretiens semi-directifs auprès d’une centaine de burakumin dans plusieurs buraku du pays. En avril 2017, elle a été lauréate du concours du 8/9 des Hautes Études sur la thématique « Droit et société ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.