Malik Oussekine, fauché dans la nuit

Plusieurs milliers de personnes manifestent silencieusement, à Paris le 6 décembre 1986, de la place de la Sorbonne à l’hôpital Cochin où repose le corps de Malik Oussekine; © AFP / MICHEL GANGNE

Le nom d’une victime de violences policières reste gravé dans notre mémoire. Celui de Malik Oussekine, 22 ans, tabassé dans une rue du Quartier Latin par des policiers voltigeurs, un soir de décembre 1986, à la fin d’une manifestation. Invité David Dufresne journaliste et auteur de « Dernière sommation » chez Grasset.

Notre invité David Dufresne

David Dufresne est journaliste indépendant, il travaille actuellement à Médiapart. Il tient à jour depuis le 4 décembre 2018 sur son fil twitter toutes les infos et vidéos de #ViolencesPolicieres dans les mouvements sociaux #GiletsJaunes #ReformeRetraites et interpelle le ministère de l’intérieur  Allo @Place_ Beauvau. c’est pour un signalement. Il a a reçu le Grand Prix du Journalisme 2019 aux Assises internationales du Journalisme.

De cette collecte d’informations il en a fait un premier roman : Dernière sommation paru chez Grasset en octobre dernier. Il raconte que, pendant les manifestations étudiantes contre le projet Devaquet, lui ou son double, Etienne Dardel, était dans le quartier latin la nuit du 6 décembre 1986, caché dans un hall d’immeuble pour échapper au peloton des voltigeurs à moto. Quand quelques mètres plus loin, des policiers rouèrent de coups et de matraque Malik Oussekine….

A signaler également, évoquant la mémoire de Malik Oussekine, son premier film Quand la France s’embrase, réalisé en 2007 avec Christophe Bouquet sur les émeutes de 2005 à Clichy sous bois puis les manifestations étudiantes anti CPE. 

Cette émission est une rediffusion du 11 mai 2015. Pour retrouver les ressources documentaires et la programmation musicale, c’est ici

ALLER PLUS LOIN ► Malik Oussekine, 30 ans après, autopsie d’une bavure

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de l’émission France inter

AFFAIRES SENSIBLES du mercredi 15 janvier 2020 par Fabrice Drouelle


Vous aimerez aussi...