Criminalités, délinquances et déviances dans le Journal de Rouen (juillet 1940-juin 1944), Marion Faucher, mémoire de master, 2015 (compte-rendu par J-C Vimont)

Compte-rendu du mémoire de Master de Marion Faucher, Criminalités, délinquances et déviances dans le Journal de Rouen (juillet 1940-juin 1944), sous la direction de Jean-Yves Frétigné, Université de Rouen, Juin 2015, 202 p.

Jean-Michel Bessette, dans sa Sociologie du crime (1982) estimait que c’était à l’occasion des crises et bouleversements que l’on avait le plus de chance de cerner les rouages et les racines d’une société. Marion Faucher s’est inspirée de cet auteur pour analyser la délinquance pendant la période de l’Occupation dans l’agglomération rouennaise. Elle a croisé les données publiées dans les pages intérieures du Journal de Rouen – quotidien local pétainiste voire même collaborationniste dont les trois directeurs, les Lafond, furent respectivement condamnés en mars 1945 aux travaux forcés à perpétuité, à vingt ans de travaux forcés et à cinq années de prison – avec les archives de la police judiciaire rouennaise et celles des tribunaux correctionnels et criminels.

Dans un premier temps, elle montre comment les circonstances de l’Occupation, de la guerre et de la montée en puissance de la Résistance ont influé sur la délinquance, avec en arrière plan la question essentielle de la criminalisation de certains comportements par les autorités en place. Les délits et crimes « ordinaires » – crimes passionnels, trafics de stupéfiants, cambriolages, vols de convoitise – sont évoqués avec le souci de ne pas négliger le poids des contraintes de l’heure. L’adultère à l’origine de violences ou de tentatives de crimes, l’alcoolisme provoquant des maltraitances existaient avant guerre, mais la législation répressive de Vichy, les pères absents, la misère psychologique et morale ont certainement joué un rôle dans une proportion notable de ces affaires. C’est encore plus flagrant pour la délinquance des mineurs en nette croissance pendant ces années. Les chapardages, les vols de confiseries ou de lapins provoquèrent une inflation des condamnations au point de provoquer une modification importante de la prise en charge des mineurs délinquants. Fin 1943 et en 1944, les holdups commis dans des fermes ou chez des particuliers par des individus se prétendant policiers – la « fausse poule » selon l’expression de l’époque – ou résistants connurent une inflation notable. La presse aux ordres en profitait pour amalgamer ces faits aux actions des maquis et confondait le tout sous le vocable commode « d’actions terroristes », criminalisant ainsi le combat politique et militaire, participant à la construction d’une représentation d’une guerre civile entre « bons » et « mauvais » français et suscitant dans l’opinion angoisses et craintes.

Les désordres occasionnés par les séquelles de la guerre – notamment l’exode et les bombardements – la misère matérielle et les problèmes de ravitaillement suscitèrent une délinquance de temps de guerre très importante, allant du pillage de maisons abandonnées à l’abattage clandestin d’animaux. Pendant longtemps, les aspects délictuels de l’exode du printemps 40 et des lendemains de bombardements furent négligés. L’étude montre l’inflation des condamnations prononcées à l’automne 1940 réprimant les pillages de l’exode : plus de 700 affaires évoquées dès le 22 septembre 1940. Les juges s’efforcèrent d’atténuer les peines lorsque les vols n’avaient été qu’alimentaires et sanctionnèrent lourdement les bandes qui avaient profité des désordres pour cambrioler. La prison Bonne Nouvelle à Rouen qui avait été laissée portes ouvertes lors de la débâcle – et elle-même pillée à l’occasion – se remplit très vite de ces délinquants occasionnels. La ville fut à plusieurs reprises frappée par les bombardements. Il y eut des arrestations « d’écumeurs de décombres ».

Les restrictions et pénuries provoquèrent des vols d’animaux de basse cour, des pillages de jardins, des vols dans les wagons, des détournements de cols destinés aux prisonniers de guerre, des coupes de bois et des abattages d’arbres, des vols de charbons et de combustibles. C’est le climat décrit par Julien Sarrazin dans Contrescarpe à propos d’Amiens. Le marché gris et le marché noir provoquèrent amendes et peines de prison, selon l’ampleur des trafics. En 1941, des charcutiers furent sanctionnés pour avoir confectionné et vendu des pâtés confectionnés à l’aide de viandes jugées impropres à la consommation par les services vétérinaires allemands et détournées par les tueurs des abattoirs. Les abattages clandestins alimentèrent les trafics locaux et interrégionaux. La Normandie était au cœur de filières d’approvisionnement de la capitale. Des individus furent arrêtés avec des valises lourdement chargées. Les exemples locaux font immanquablement songer à La traversée de Paris. Les bicyclettes furent une denrée rare et donc convoitée. La réglementation du ravitaillement occasionna de nombreux trafics : usages de tickets périmés, falsifications de tickets, faux tickets et vols de carnets de tickets. Les holdups commis dans des mairies pour voler des tickets permirent l’approvisionnement de réfractaires et de maquisards.

Les actions de la Résistance furent assimilées par les autorités d’Occupation, par l’Etat français et ses juges ordinaires ou spéciaux, par les quotidiens et hebdomadaires soumis à la censure à des crimes de droit commun, à des crimes « terroristes ». On eut recours à dix reprises à la guillotine dans la cour de la prison de la Santé à Paris pour châtier des résistants communistes après le déclenchement de la lutte armée durant la seconde moitié de l’année 1941.

Très tôt dans l’agglomération rouennaise, des patriotes furent exécutés pour avoir sectionné des câbles téléphoniques, des tuyaux de jonction entre wagons. Des habitants le furent également pour détention d’armes, fréquemment à la suite de dénonciations. Dans la nuit du 28 au 29 novembre 1941, une bombe fut lancée dans les locaux de la librairie allemande, installée rue Jeanne d’Arc à Rouen. Des attentats individuels contre des membres des officiers de l’armée allemande provoquèrent des vagues d’arrestations dans les communes ouvrières de l’agglomération où les habitants étaient soupçonnés de sympathies communistes. Ce fut le cas en décembre 1941 après les tirs de deux cyclistes à l’encontre d’un adjudant de la Kreiskommandantur. Le 24 avril 1942, un marin allemand fut abattu par deux cyclistes. En relation et en représailles après cette action, soixante-et-onze Juifs furent arrêtés et acheminés à Drancy. Le 2 janvier 1943, un attentat fut perpétré à Rouen par la Résistance contre le lieutenant Staedler. Le préfet régional André Parmentier organisa une nouvelle rafle parmi les Juifs de l’agglomération : plus de deux cents personnes furent convoyées à Drancy. Le 3 mars 1943, deux autres membres de l’armée d’occupation furent abattus à Rouen. Au mois d’octobre de cette même année, des résistants jetèrent une bombe dans un cinéma réservé aux troupes allemandes. Les résistants qui hébergeaient des prisonniers évadés, les membres de filières d’évasion de pilotes britanniques abattus furent également traqués.

Les entraves aux libertés individuelles furent nombreuses et suscitèrent d’autres formes de répression, notamment à l’encontre de ceux qui ne respectaient pas le couvre-feu, n’occultaient pas les lumières, écoutaient la BBC, insultaient le chef de l’Etat ou arboraient du tricolore lors des 14 juillet.

Le livre de Marc Boninchi a permis de mieux comprendre la genèse des lois dites d’ordre de moral des gouvernements du maréchal Pétain. Elles générèrent de nouvelles incriminations ou aggravèrent les sanctions de plus anciennes. Dans l’agglomération le Journal de Rouen se fit l’écho de cette inflexion répressive touchant la sphère du privé. Ce fut le cas en matière de répression de l’adultère après la circulaire du ministre Joseph Barthélémy du 25 avril 1942 et la loi du 23 décembre de cette même année. Les mois de prison remplacèrent les amendes lorsque l’honneur d’un prisonnier de guerre était en jeu. Lors d’un procès devant la cour d’assises en mai 1942, un mari trompé qui avait tué son épouse d’un coup de bouteille lors d’une querelle fut acquitté. Les lois du 14 septembre 1941 et du 15 février 1942 accrurent la répression en matière d’avortement. Les peines d’emprisonnement ferme se substituèrent au sursis, les durées des peines s’allongèrent. Le quotidien normand signala des dizaines d’affaires d’avortements qui impliquaient fréquemment des complices et des proches. Une loi du 2 septembre 1941 correctionnalisa le crime d’infanticide pour une répression plus efficace et afin d’éviter les acquittements prononcés par les jurés. Le sursis ne pouvait plus être prononcé par les juges. Plusieurs femmes subirent ce durcissement de la répression. Par contre, le quotidien n’apportait guère d’informations sur la répression des abandons de famille, de la prostitution, de l’homosexualité et du proxénétisme. Plusieurs lois s’efforcèrent d’entraver l’alcoolisme. Les juges se montrèrent plus sévères à l’égard des délits commis sous l’empire de l’alcool et à l’égard des trafics de boissons illicites.

Marion Faucher a également étudié le fonctionnement des tribunaux pendant l’occupation. Le fonctionnement des tribunaux spéciaux et sections spéciales en province est méconnu. Une Section spéciale fut mise en place auprès de la cour d’appel de Rouen en application de la loi du 14 août 1941. Elle jugea principalement des communistes. Avant cette loi, ces militants étaient traduits devant le tribunal correctionnel et étaient sanctionnés de quelques mois de prison pour possession de tracts ou de numéros de L’Humanité clandestine. Le parti communiste ayant déclenché la lutte armée après l’invasion de l’URSS, la Section spéciale rouennaise aggrava la répression des « menées » communistes : cinq années de prison pour distribution de tracts et activité communiste (jugement du 11 septembre 1941), de une à cinq années de prison pour neuf individus accusés d’avoir reconstitué une cellule communiste (jugement du 17 septembre 1941), six années de travaux forcés pour le secrétaire de la cellule communiste de Pont-Audemer (jugement du 5 décembre 1941)… En 1942, les peines de travaux forcés remplacèrent les peines d’emprisonnement. Les compétences des Sections spéciales furent élargies par la loi du 5 juin 1943. Elles pouvaient juger les complices de ceux qui s’en prenaient à la sûreté de l’Etat. En novembre 1943, une institutrice fut condamnée pour recel de malfaiteur pour avoir porté secours à un résistant qui avait tiré sur un membre du PPF à Elbeuf. Le jeune résistant communiste auteur de l’attentat fut condamné à la peine de mort par contumace, la sentence la plus lourde de la Section spéciale rouennaise.

La loi du 24 avril 1941 institua des tribunaux spéciaux auprès de la cour d’appel pour juger les agressions nocturnes. Leur compétence fut élargie par la loi du 11 septembre 1941. Les auteurs de vols d’animaux la nuit dans des champs relevaient désormais de cette juridiction d’exception. Deux autres lois du 7 août 1942 et du 31 décembre 1942 visaient ceux qui détenaient des armes et des explosifs, ceux qui aidaient des détenus à s’évader, et les trafiquants de marché noir. La peine de mort pouvait être prononcée. Les affaires jugées à Rouen concernaient principalement des vols d’animaux et des abattages clandestins : peines de prisons et de travaux forcés. En 1944, des auteurs d’agressions à main armée pour voler des habitants furent condamnés à vingt années de travaux forcés.

Le tribunal correctionnel sanctionna principalement les nombreux vols commis pendant ces années de difficultés matérielles. Au milieu de l’année 1943, la prison de Rouen comptait 645 détenus dans le quartier français et 149 dans le quartier allemand. Une affaire présentée devant la cour d’assises en 1943 aboutit à deux condamnations à mort et à deux exécutions. Il s’agissait d’un assassinat. Le Journal de Rouen présenta cette affaire comme un règlement de compte entre trafiquants de marché noir. Les interrogatoires des accusés menés par les policiers mentionnaient une affaire d’espionnage, un crime pour châtier une trahison auprès de la sûreté allemande. Ces aspects furent cachés aux lecteurs du quotidien. Cette dimension politique n’a pas été retenue par les historiens de la Résistance.

La délinquance et les sanctions des tribunaux furent utilisées par le quotidien pour étayer ses argumentations en faveur de la collaboration et de la Révolution nationale. Les affaires d’avortements, d’infanticides, d’alcoolisme étaient accompagnées de commentaires sur la protection de la famille et de la natalité. Les représentations convenues de la mère de famille impliquaient la dénonciation des femmes « débauchées » coupables d’adultère. Comme toute la presse de l’époque, le quotidien fustigea et criminalisa les actions de la Résistance. Il encouragea les appels à la délation, mais dut reconnaître qu’il existait également des dénonciations calomnieuses. L’étude de Marion Faucher repère également les silences du journal. Censure ? Autocensure ? Il n’est bien sûr rien dit des délits et crimes commis par des soldats allemands. De nombreuses actions de la Résistance sont passées sous silence. Ce fut le cas des actions des élèves du lycée Corneille qui apposaient des graffitis et disposaient d’armes. Les nombreux cambriolages de mairies pour dérober des tickets d’alimentation sont passés sous silence. Durant les derniers mois de l’occupation le journal occulta la montée en puissance de la Résistance.

En croisant les sources disponibles, la recherche permet de dépasser la représentation orientée de la délinquance offerte par un organe de presse aux ordres. Le Journal de Rouen était libéral au XIXème siècle sous l’autorité de la famille Brière, jusqu’en 1900. Il devint républicain conservateur durant la première moitié du XXème siècle. Le soutien à la Révolution nationale et à ses principes se manifesta concrètement par la participation des Lafond à l’organisation « Les Amis du Maréchal » dont le quotidien publia à plusieurs reprises des listes de membres et des bulletins d’adhésion. Aux côtés du rédacteur en chef de La Vigie de Dieppe, Louis-Marie Poulain, ils jouèrent un rôle notable à la tête de l’organisation professionnelle de la presse normande. Les éditoriaux de Michel Lafond et de Pierre Villette, également chroniqueur dans l’hebdomadaire Je suis partout, sous le nom de Dorsay, incitaient à la collaboration.

L’étude permet de mesurer les inflexions de la criminalité durant les années de guerre. Elle pose également la question des ruptures entre les pratiques répressives républicaines et celles de l’Etat français dans des domaines où les continuités idéologiques sont apparentes (la défense de la natalité, la lutte contre l’alcoolisme…). Cette étude complète heureusement des recherches antérieures menées sur le Journal de Rouen. Elle prolonge deux études précieuses sur la prison Bonne Nouvelle pendant l’occupation et sur les jugements de la cour d’assises de Rouen à la même époque.

Jean-Claude Vimont (université de Rouen)


Vous aimerez aussi...