L’Âge des ombres : Complots, conspirations et sociétés secrètes au XIXe siècle (Jean-Noël Tardy)

Tardy couvertureParution de Jean-Noël Tardy, L’Âge des ombres : Complots, conspirations et sociétés secrètes au XIXe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2015, 672 p. ISBN : 978-2251445397

Résumé

De la Seconde Restauration à la répression de la Commune de Paris, la vie politique française présente l’étrange paradoxe d’une instabilité extrême, entre révolutions et coups d’état, qui n’entrave pas la diffusion d’une certaine modernité politique, celle du régime représentatif, du suffrage universel masculin et du respect des libertés politiques.
Dans l’histoire de la politique moderne, les improbables conspirations tramées par de petites minorités organisées contre un État de plus en plus puissant apparaissent bien étranges. Pourtant elles passaient pour des événements importants, déplorables ou héroïques, relevant pleinement du politique comme le démontrent la popularité des quatre sergents de la Rochelle ou d’un Armand Barbès, les carrières d’un Philippe Buonarroti ou d’un Louis-Auguste Blanqui, l’équipée de la duchesse de Berry ou les tentatives malheureuses de Louis-Napoléon Bonaparte avant qu’il ne devienne Napoléon III.
Événements mystérieux – dans tous les sens du terme – les complots, imaginés, espérés ou redoutés, quelquefois menés à exécution, coïncident avec le succès du Romantisme et la relance d’une politisation populaire favorisée par la mémoire de la Révolution française. C’est à l’exploration d’un monde délégitimé, largement tombé dans l’oubli, que ce livre est consacré.
Il retrace le parcours comme les aspirations de ces acteurs particuliers que sont les conspirateurs et les replace au sein de l’imaginaire politique de leur époque. La conspiration y tient une place essentielle mais fondamentalement bifide : héroïsée, son histoire rejoint les mythes révolutionnaires, diabolisée, son récit se raffine jusqu’aux plus noires théories du complot qui prolifèrent aujourd’hui.

Agrégé et docteur en histoire, Jean-Noël Tardy est membre associé du Centre d’Histoire du XIXe siècle (Paris 1-Paris 4). Il enseigne dans le secondaire et à l’IEP de Paris.

Table des matières

Abréviations

Introduction
Conspiration et histoire événementielle
L’ère du soupçon
Conspiration, conjuration, complot : la confusion des termes
La conspiration comme fiction
Enquête sur des enquêtes

Chapitre liminaire – Les territoires du secret
Les territoires du secret : les héritages obscurs du siècle des Lumières
Culture catholique du secret et conspiration
Les franc-maçonneries
Sociétés secrètes populaires
Voyageurs et aventuriers

Première partie
Conspirer pour la liberté

Chapitre I – La charbonnerie. Une expérience fondatrice

Justifier la conspiration
L’opposition libérale et le complot
Conspiration, trahison ou résistance à l’oppression
La conspiration dans l’histoire
Des Stuarts et des Bourbons
Le romantisme libéral précoce d’Augustin Thierry : les communes médiévales

Prélude à la charbonnerie : la conspiration d’août 1820
Prologue grenoblois
Paris, centre de la conspiration
Les Écoles et Victor Cousin
Paris : les garnisons militaires
Au coeur du complot : Le Bazar français
L’échec du complot
À Paris
La province spectatrice ?

Organiser la conspiration : la fondation de la charbonnerie française
Une société secrète sans identité politique ?
Le choix de la centralisation
Rendre la conspiration démocratique : la Charbonnerie fédérée

Politique et religion : imaginaires de la société secrète

Identités sociales d’une société secrète
La charbonnerie : société secrète de la bourgeoisie ?
Un capitalisme conspirateur ?
La charbonnerie, conspiration des capacités

L’implantation de la charbonnerie. Aperçus de l’opposition clandestine en province
Un organigramme qui couvre la presque totalité du territoire
Les carbonari de l’Est
Les carbonari de l’Ouest

Chapitre II – L’échec de la conspiration libérale

La charbonnerie minée de l’intérieur : le soupçon et le doute
La surveillance du territoire en échec ?
L’appât du gain : corruption interne et trahisons
Le soupçon et la peur

Punir sous le régime de la Charte
Le procès politique sous le régime de la Charte : une bataille indécise
Vers une nouvelle Terreur blanche ?
Puissants et misérables de la conspiration

Les enjeux symboliques de la répression
L’honneur perdu de l’armée : l’affaire Caron
Le roman noir des ultras
La revanche symbolique des condamnés à mort

La désillusion espagnole
Lutte nationale et internationale
L’internationalisme libéral en échec
Le coup de tonnerre de la Bidassoa
Le discrédit

Dépasser la conspiration ?
Les carbonari et l’expérience de l’échec
La dénonciation des pouvoirs occultes : la Congrégation et l’État congréganiste
Une politique de la transparence
Le saint-simonisme, une charbonnerie religieuse ?

Deuxième partie
La conspiration à l’âge romantique (1827-1848)

Chapitre III – La monarchie de juillet face aux complots. Une stabilisation libérale ?

De la transparence comme légitimité
La révolution de Juillet ou le triomphe du droit sur le complot
Une légitimité brouillée
Une légitimité retrouvée ? Les attentats contre Louis-Philippe
L’envers d’une histoire officielle. La légende noire de la famille d’Orléans

Du rejet du complot à la répression des conspirateurs
La réforme du Code pénal
Fantasmes du complot et conspirations frénétiques : la conspiration carlorépublicaine (1831-1832)

Un régime en état de siège ? Oppositions politiques et conspirations (1830-1836)
Le légitimisme au péril de la conspiration
Le retour aux sociétés secrètes
Une succession d’échecs
Le discrédit
La conspiration, essence du bonapartisme ?
Louis-Napoléon Bonaparte et les carbonarismes italiens et français
Boulogne ou l’idéalisme en échec
Les républicains et la conspiration : une attitude ambiguë
Les républicains après 1830 : organisations publiques et secrètes
La conspiration contre la Sainte-Alliance
La place des « hommes d’action »

Chapitre IV – La conjuration des égaux. Conspiration, communisme et politisation populaire sous la monarchie de juillet

Le père fondateur : Buonarroti
L’auteur de La Conspiration pour l’Égalité
L’homme des sociétés secrètes
La diffusion du projet de Buonarroti

L’entrée des ouvriers parisiens dans les conspirations
La diffusion du babouvisme : Sainte-Pélagie, séminaire de conspirations
Les modes d’organisation des nouvelles sociétés secrètes
Dictature révolutionnaire : les ouvriers et le culte du Sauveur

Les échecs parisiens. La crise d’un modèle
Les limites d’une organisation clandestine : le 12 mai 1839
Les sociétés secrètes coupées du mouvement social ?
Divisions et infiltrations : déclin ou enracinement des sociétés secrètes parisiennes ?

Lyon capitale de la conspiration populaire ?
Mouvement social et mouvement politique
Les sociétés secrètes lyonnaises : un développement original
Lyon et les sociétés secrètes du Midi de la France
L’hégémonie lyonnaise (1840-1844)
Marseille et le Vaucluse
Lyon et Toulouse

Les conspirations ouvrières, sujet de discorde entre socialistes et républicains
Critiques du babouvisme
Cabet contre les conspirateurs
La riposte à Cabet

Le gouvernement et le complot contre la propriété : de l’inquiétude à la répression
La conspiration des bas-fonds
La négation de la politisation populaire
Du complot criminel au complot contre la propriété

Chapitre V – Romantisme révolutionnaire

Des conspirations de papier
Transgressions littéraires et politiques
Les conspirateurs, héros des scènes parisiennes
Une nouvelle dramaturgie de la conspiration ?
Portrait de l’écrivain en conspirateur (1827-1835)
Censures, épuisement et renouveau

L’imaginaire romantique de la conspiration
Le génie politique
Justicier ou révolutionnaire ? Les conspirateurs romantiques et la question sociale
Le cadre imaginaire des conspirations : géographie, topographie, décors
Nationalismes et conspiration : l’Italie et l’Irlande
Un moment privilégié : le bal masqué
Topographie imaginaire : le monde souterrain des conspirateurs

Des conspirateurs romantiques ?
L’engagement dans les sociétés secrètes
Les ressorts de l’engagement
Les modalités de l’engagement
L’initiation
La clandestinité : une contrainte difficile à assumer
Le secret, idéologie professionnelle du conspirateur
Double vie ? Le conspirateur en famille
Un secret ostentatoire. Paradoxes de la société secrète politique
La société secrète, groupe religieux de substitution ?
Les charbonneries
Les sociétés secrètes parisiennes et les dissidences religieuses
Le Christ violent et les catacombes
Violence et sacrifice
Professionnalisation ou dévoiement du conspirateur ? Les chefs des groupes clandestins après 1840

Troisième partie
La crise de la conspiration romantique

Chapitre VI – La république des complots

Les vétérans des sociétés secrètes en République : l’impossible unité
Les vainqueurs de février ?
Une unité inexistante
Les défaites
Une image dégradée
Ambition et chasse aux places
Les conspirateurs du crime
Portraits politiques de conspirateurs
Le conspirateur fanatique : Blanqui
Caussidière : le conspirateur débonnaire ?
Le conspirateur taré : Pornin
Les mutations littéraires de la figure du conspirateur

Le temps des coups d’État
Écarter la participation populaire
Conspiration et coup d’État

La France des sociétés secrètes : de la charbonnerie aux Mariannes de la République
Lyon, place forte des sociétés secrètes
La diffusion des sociétés secrètes
Répression et terreur bonapartiste
L’infiltration
L’épreuve de force

Chapitre VII – Le conspirateur romantique en procès

La répression impériale
La justice politique sous l’Empire
Géographie de la répression politique
Paris
Une nouvelle géographie des sociétés secrètes ?
Le contrôle policier
Dénonciations, rumeurs, affabulation : une société malade du complot ?

Critiques politiques de la conspiration et des conspirateurs
Les critiques bonapartistes de la conspiration
Un conspirateur inattendu en procès : Louis- Napoléon Bonaparte
Critique socialiste : dépasser les sociétés secrètes

Des fictions dépolitisées ? La conspiration dans la littérature du Second Empire
Des écrivains dépolitisés ?
L’imprimé et la scène sous surveillance
Des complots sans politique ? La production romanesque sous le Second Empire
Des conspirateurs peu sérieux : les conspirations dans les opérettes du Second Empire
Survivances romantiques

Chapitre VIII – La conspiration à l’âge positif

La recomposition d’une sphère politique clandestine
De nouvelles initiatives
Les nouveaux centres des conspirations : Londres, Bruxelles, Genève
Rationaliser la conspiration
Charisme et domination
Rivalités et luttes d’influences

Assassiner Napoléon III : tyrannicide ou attentat moderne ?
Conspirateurs et tyrannicides : affinités et divergences
Explosif et machines infernales : symptôme de la modernité ?
L’attentat du 14 janvier 1858
Spectacle et mort de masse
La conspiration
Des motivations complexes

Les sociétés secrètes en France
Le jacobinisme ou le choix de la publicité
Paris et la conspiration blanquiste
La quête de publicité
Les blanquistes dans la libre-pensée et la maçonnerie
La recherche de la classe ouvrière
Lyon et le Sud-Est

La réaction catholique : la conspiration contre Dieu
L’histoire subvertie
Le complot maçonnique
Satan conspirateur
Le complot juif ?
Conclusion
Le dernier carbonaro
La vague et l’écume : conspirations et politisation populaire
Épuisement et renouvellement des imaginaires politiques

Notices biographiques
Sources archivistiques et manuscrites
Sources imprimées
Bibliographie critique
Index des noms de personnes
Remerciements


Vous aimerez aussi...