LE CHATEAU DE SELLES A CAMBRAI, UNE PRISON QUI TRAVERSE LES AGES (XIVE – XVIIIE SIECLES) par Mathilde Lani.

Cet article reprend le mémoire de Master 1 réalisé par Mathilde Lani (Séminaire commun : Histoire du droit et de la justice ;  Université Catholique de Louvain-la-Neuve ; Faculté de Philosophie et Lettres ; Année académique 2014-2015). Il présente les aspects archéologiques du château de Selles. Il a été réalisé en liaison avec un autre mémoire historique réalisé par Laura Coquelet sur l’Officialité de Cambrai (non reproduit ici). Ce qui explique un avant-propos et une conclusion communs aux deux mémoires. J-C Vimont.

AVANT-PROPOS

L’étude du château de Selles et de l’officialité de Cambrai comprend deux volets. Nous avons décidé d’aborder le sujet chacune selon notre point de vue respectif d’historienne et d’historienne de l’art. Un volet traitera des sources écrites et l’autre principalement des sources matérielles. Ces deux travaux se rapportent néanmoins au même sujet et se complètent l’un l’autre, d’où l’intérêt de croiser les deux approches.

L’objectif principal de la partie historique traitée par Lara Coquelet est de tenter d’analyser, à travers les sentences de l’Officialité de Cambrai, pour la période 1438-1453, la perception du principe de l’enfermement et de la prison au début des Temps Modernes. Pour y parvenir, cette étude se consacrera uniquement à l’analyse et à l’interprétation des sources qui sont mises à disposition. Elle sera aussi constituée d’une remise en contexte en regard de l’histoire du diocèse de Cambrai, du principe des tribunaux ecclésiastiques et de l’officialité.

La partie archéologique de Mathilde Lani sera, quant à elle, consacrée au château de Selles et à son utilisation comme prison depuis le Moyen-âge jusqu’au XVIIIe siècle. Nous étudierons, principalement sur base des vestiges, la prison de Selles dans sa matérialité. Il s’agit de connaître plus précisément les cachots, leur localisation et leurs détenus. Le château de Selles a notamment servi de prison à l’Officialité de Cambrai et cette étude rentre donc directement en résonnance avec la partie de Lara Coquelet.

Lara COQUELET  et Mathilde LANI.

INTRODUCTION

Au XIIIe siècle, à l’emplacement du Palais de Justice de Cambrai et de la terrasse moderne sur laquelle il repose, se dressait le château de Selles (fig. 1). Celui-ci présentait un plan polygonal fermé ponctué de six tours. Aujourd’hui, les vestiges conservés, deux niveaux de souterrains et les deux premiers niveaux des tours, sont englobés dans un bastion construit au XVIe siècle. Cet ensemble a été classé au titre de monuments historiques en septembre 1981[1]. Le château est souvent mentionné pour le caractère unique de son dispositif de gaine à deux niveaux ainsi que pour les innombrables graffiti que ses souterrains recèlent. Ces témoignages sont pour la plupart l’œuvre de prisonniers. En effet, le château a servi de prison dès le XIVe siècle et a conservé sa fonction carcérale jusqu’au XVIIIe siècle. L’apparence extérieure du château a fortement changé au cours des siècles mais sa fonction s’est maintenue dans le temps.

Fig. 1. Château de Selles à Cambrai. Restitution de l’état du milieu XIIIe siècle. Dessin et aquarelle, Louis-Vanbauce, M et Louis, E. (MOTTE, V., 2010, p. 76).

Fig. 1. Château de Selles à Cambrai. Restitution de l’état du milieu XIIIe siècle. Dessin et aquarelle, Louis-Vanbauce, M et Louis, E. (MOTTE, V., 2010, p. 76).

Le présent travail étudie essentiellement le château en tant que prison. Il a pour objectif de documenter plus amplement les infrastructures de la prison, son fonctionnement et ses détenus. Dans un premier temps, nous aborderons l’histoire de l’édifice et nous identifierons les différentes périodes durant lesquelles celui-ci a servi de prison. Les sources et les travaux disponibles ne livrent que peu de détails concernant le fonctionnement du bâtiment en tant que prison. En effet, il est difficile de renseigner les pratiques en usage à la prison de Cambrai car on ne conserve aucune documentation comptable pour la prison de Selles, il n’y a donc pas de matérialité dans les textes[2]. Sur base des vestiges observables et de sources écrites, on tentera de déterminer comment le château a été utilisé à chaque époque et où étaient enfermés les prisonniers. Un dernier chapitre sera consacré aux graffiti et à ce qu’ils nous apprennent à propos des occupants des lieux. J’ai désiré consacrer une partie du travail aux graffiti car ils font partie intégrante des sources sur les prisonniers et le patrimoine carcéral. Néanmoins, ce sujet est très vaste et ne sera pas traité en profondeur ici. De plus, la documentation disponible est assez limitée pour le moment car les graffiti sont actuellement en cours d’étude.

Avant d’aller plus loin, je dois mentionner l’étude historique et monumentale du château de Selles réalisée par Virginie Motte[3]. Mon travail s’appuie en grande partie sur cette monographie récente et très complète. Je souhaite également remercier Virginie Motte de m’avoir fait découvrir le château et d’avoir partagé volontiers ses découvertes. Par ailleurs, il existe plusieurs ouvrages de référence sur le château de Selles et la ville de Cambrai mais la plupart sont un peu datés. Mentionnons, entre autres, le livre de Gustave et Edouard Delattre, sur lequel se base à peu près tous les auteurs postérieurs et qui contient un premier relevé des graffiti[4]. L’ensemble de la documentation récoltée à propos de mon sujet traite surtout des aspects architecturaux du château, de son histoire mais rarement de la prison de Selles dans sa matérialité. J’ai donc voulu confronter mes observations et mes hypothèses à d’autres exemples de châteaux réaffectés en prisons. Malheureusement, il ne semble exister aucune étude consacrée à un château ayant servi de prison et traitant des infrastructures ainsi que de l’organisation de l’espace carcéral. Le travail présente donc un grand nombre d’hypothèses qui ne peuvent pas encore être vérifiées. De plus, je n’ai pu avoir accès à l’entièreté des vestiges puisqu’une partie est toujours ensevelie. Certains endroits ont été dégagés et fouillés mais leur accès est interdit aux visiteurs[5]. De ce fait, les données recueillies concernent principalement les espaces visités, c’est-à-dire les parties non remblayées après 1543 (fig.2 et 3).

Fig. 2. Château de Selles. Plan. Niveau 1 (MOTTE, V., 2010, p. 37, modifié par LANI, M.).

Fig. 2. Château de Selles. Plan. Niveau 1 (MOTTE, V., 2010, p. 37, modifié par LANI, M.).

Fig. 3. Château de Selles. Plan. Niveau 2 (MOTTE, V., 2010, p. 37, modifié par LANI, M.).

Fig. 3. Château de Selles. Plan. Niveau 2 (MOTTE, V., 2010, p. 37, modifié par LANI, M.).

HISTOIRE DU CHÂTEAU DE SELLES

Histoire matérielle

Les scientifiques s’accordent de nos jours pour dire que le château fut édifié dans la première moitié du XIIIe siècle, sous le comte-évêque Gui de Laon ou au début de l’épiscopat de Nicolas de Fontaine, et non dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, comme l’affirmaient plusieurs auteurs auparavant[1]. Il présente un plan pentagonal flanqué de six tours rondes, plan typique des châteaux-forts du XIIIe siècle[2] (fig.2). Les tours sont voutées sur croisées d’ogives quadripartites avec des nervures retombant sur des culots à cinq pans. Les courtines du château, surmontées d’un chemin de ronde, ont la particularité d’être dotées de deux galeries intramurales sur la totalité de leur tracé[3]. Ce type de galerie est appelé « gaine ». La gaine inférieure était un couloir souterrain dès l’origine tandis que la gaine supérieure s’ouvrait par de larges arcades sur la cour médiévale dont le niveau était rehaussé par rapport au sol extérieur du château. Le couvrement des espaces est un détail qui aura son importance dans la suite de notre étude. Le premier niveau est recouvert d’une voute en plein cintre et le second présente un couvrement en berceaux transversaux juxtaposés[4]. Notons que d’autres exemples de gaines se développant sur toute la périphérie d’une enceinte existent : au château de Coudray-Salbart et à celui de Saint-Gobain, tout deux bâtit dans la première moitié du XIIIe siècle[5]. Il s’agit donc d’un dispositif en usage à l’époque bien que Selles reste un exemple unique, en France, de gaine à deux niveaux[6]. Ces gaines ont avant tout été conçues dans un but défensif. Les gaines sont percées d’archères à intervalle régulier et assurent un meilleur flanquement. Elles relient les salles des tours et permettent également une circulation horizontale plus rapide et efficace[7]. Ceci prouve bien que les galeries n’ont jamais été pensées en tant que prison, cette fonction leur a été attribuée par la suite et il s’agit bien d’une réaffectation. Si de nombreux châteaux ont servi de prisons, les gaines ne sont pas pour autant typiquement réaffectées à cet usage. Les gaines des deux exemples cités plus haut n’ont d’ailleurs pas fait office de prisons. Précisons que les gaines faisaient partie de l’espace « prison » mais n’étaient pas forcement un lieu de détention à proprement parler, contrairement à ce que peuvent laisser sous-entendre les écrits.

En 1477, le château est contrôlé par les français et subit plusieurs modifications ; certaines archères sont transformées en canonnières et des boulevards sont construits[8]. En 1543, Charles Quint annexe la ville de Cambrai à ses possessions et décida rapidement de construire une citadelle sur le Mont des Bœufs afin d’asseoir son autorité sur la ville[9]. Suite à cela, les fortifications de la ville furent modernisées. Le château, abritant désormais la garnison de Charles Quint, fut intégré au système général de défense et englobé dans les remparts modernes. La cour médiévale fut remblayée, les tours et les courtines arasées [10] (fig. 4). Tandis que le front nord des courtines est entièrement remblayé afin de mieux résister à l’artillerie, les souterrains du front sud sont conservés sous la terrasse actuelle[11]. En 1813, Les bâtiments sur la terrasse sont adaptés afin d’accueillir un hôpital militaire[12]. Enfin, Au XXe siècle, l’hôpital fut transformé afin d’accueillir le Palais de justice de Cambrai, toujours en fonction aujourd’hui[13].

Fig. 4. Château de Selles. Vue cavalière vers 1620. Plume sur papier lavé en bleu (MOTTE, V., 2010, p. 30).

Fig. 4. Château de Selles. Vue cavalière vers 1620. Plume sur papier lavé en bleu (MOTTE, V., 2010, p. 30).

Le passé carcéral du château

Si on en croit les textes, c’est vers la fin du XIVe siècle, plus d’un siècle après sa construction, que certaines parties furent affectées à l’usage de prison[14]. Les premières mentions de château en tant que lieu d’enfermement datent de 1388 et nous révèlent que « les échevins y enferment des individus dont le délit relevait de leur juridiction »[15]. Par ailleurs, un graffito dans la tour 3, mentionnant un prisonnier, porte la date de 1334 et permet donc de faire remonter les débuts de la prison de Selles au deuxième quart du XIVe siècle[16]. Á cette époque, les prisonniers de Selles dépendaient donc de la justice échevinale, le château restant cependant propriété de l’évêque. Nous ne possédons aucune information sur la localisation des espaces aménagés en prison. Les archives mentionnent uniquement le fait qu’un clerc était affecté à la garde des prisonniers[17].

À partir du début du XVe siècle et jusqu’au milieu du XVIe siècle, le château continua de servir de prison mais dorénavant, les prisonniers enfermés relevaient de l’officialité de Cambrai[18]. Pour cette période, les archives délivrent des indications plus précises sur les parties du château où se trouvaient les détenus. Dans les registres de l’Officialité, en parcourant les sentences, on distingue trois lieux d’enfermement. Les « judiciables » sont condamnés à passer leur peine soit au fond de la fosse (fundum fossae) soit sous les voutes (in arquatis) soit dans la tour (in quadam turri ejusdem castri)[19]. Nous reviendrons sur l’interprétation de ces mentions par rapport aux structures existantes dans le chapitre suivant. Il est important de noter que les sentences de l’Officialité sont identiques aux XVe et XVIe siècles[20].

À partir de 1563, lorsque les transformations modernes prennent fin, les vestiges conservés du château vont servir à la fois de prison et à la fois d’entrepôt de munitions[21].On sait notamment qu’à cette époque, les prisonniers criminels de la prison de la Feuillie vont être transférés dans les souterrains car les détenus ne sont « plus en sécurité » en ses murs[22]. Les raisons de cette insécurité ne sont pas précisées. Peut-être faut-il comprendre que les prisonniers sont mieux gardés à la prison de Selles. Est-ce grâce aux infrastructures modernisées et donc plus efficaces ? D’après les comptes, des travaux d’adaptation ont bien été réalisés en vue d’utiliser les vestiges du château médiéval comme prison[23]. En effet, entre 1564 et 1565, les textes indiquent que les huisseries et les serrures ont été renforcées, des barreaux de fer ont été livrés et des murs de la prison remaçonnés.

En 1576, Alexandre Farnèse tenta d’assiéger Cambrai mais les français, sous le commandement de Balagny gardèrent la place. En 1595, la ville fut ensuite prise par les espagnoles, sous le commandement du comte de Fuentes. Puis, Louis XIV reprit Cambrai en 1676[24]. Faute de documentation, nous ne pouvons affirmer que les vestiges du château continuèrent à être un lieu de détention entre 1576 et 1676[25]. Cela reste une hypothèse plausible d’après les renseignements apportés par deux auteurs. En 1580, des soldats de Douai, faits prisonniers, sont emmenés à Cambrai et un graffito confirme leur présence dans les murs du château de Selles[26] (fig. 5). Par ailleurs, on peut lire dans des documents de 1582 que « les magistrats se réservèrent des lieux souterrains du château pour en faire des prisons »[27]. Ceci confirme que le château conserve sa fonction de prison au XVIe siècle mais nous ignorons pendant combien de temps, ensuite, les souterrains de la fortification servirent de prison civile.

Fig. 5. Château de Selles. Niveau 1. Section A. Relevé d’un graffito (DELATTRE, G. et DELATTRE, E., 1892, p. 51).

Fig. 5. Château de Selles. Niveau 1. Section A. Relevé d’un graffito (DELATTRE, G. et DELATTRE, E., 1892, p. 51).

Thelliez soutient que le château était encore utilisé comme prison au XVIIe car des archives de 1643 font allusion à la «roquette » de Selles[28]. Il assimile ce mot à un lieu de détention, mais à l’époque, le mot « roquette » était le nom donné à de petites forteresses[29]. Ces documents ne permettent donc en rien d’appuyer notre hypothèse. Par contre, après l’annexion définitive de Cambrai par les français en 1677, le château est utilisé comme prison pour les prisonniers de guerre et leurs femmes[30]. En outre, Thelliez mentionne un document de 1695 relatant le cas d’une femme détenue qui a mis son enfant au monde en prison[31].

En 1711, des prisonniers y étaient encore enfermés, comme nous l’apprend le témoignage de Fénelon, rendant visite aux soldats hollandais faits prisonniers après la prise du fort d’Arleux, place forte dans les environs de Douai[32]. Nous ne savons pas quand le château de Selles a perdu sa fonction carcérale mais d’après Eugène Bouly, « il est certain qu’à l’époque de la Révolution, il y avait longtemps que la justice ne se servait plus que de la prison de la Feuillie »[33]. La fonction carcérale du château de Selles s’est donc maintenue particulièrement longtemps dans le temps, en comparaison des autres exemples de châteaux réaffectés en prison sur le territoire français[34]. Á titre de comparaison, citons le château prison de Foix qui détenait des prisonniers dès le Moyen-âge mais qui fut surtout utilisé comme prison au XVIIe siècle et ce jusque dans la deuxième moitié du XIXe siècle[35].

LA PRISON DE SELLES DANS LES FAITS : COMMENT L’ESPACE EST-IL AMÉNAGÉ ?

Comme expliqué au début du chapitre précédant, les galeries intramurales n’avaient pas vocation de prison au départ. La réaffectation des gaines en prison n’est pas systématique et donc il n’y a pas un « programme standard » respecté. Les aménagements se sont faits de façon pragmatique sans suivre un modèle ou une volonté esthétique comme ce sera le cas à la période contemporaine. Aucune étude ne s’est encore penchée sur la manière dont l’espace était organisé en prison au château de Selles. Il semble d’ailleurs qu’aucun château n’ait été étudié sous cet angle. Nous allons donc essentiellement nous baser sur les données historiques apportées dans le chapitre précédant et les vestiges matériels pour documenter la localisation des cellules ainsi que les infrastructures de la prison de Selles. Le chapitre sera scindé en trois parties se focalisant chacune sur une période clé de l’histoire du château afin de mettre en évidence des états successifs. Une quatrième partie sera consacrée aux vestiges qui n’ont pu être rattachés à une de ces périodes.

Au XIVe siècle : la prison médiévale

Durant cette période, plus ancienne, les prisonniers se trouvaient très certainement dans la tour 3 et éventuellement dans la tour 4. Il est probable qu’il y ait eu des cellules en d’autres endroits, notamment dans les parties inaccessibles aujourd’hui, mais rien ne permet de l’affirmer. La grande concentration de graffiti dans ces deux tours tend intuitivement à les considérer comme les cellules les plus anciennes. Le caractère d’ensemble des graffiti de la tour 4 renvoie vraisemblablement au XIVe ou XVe siècle[36]. Dans le niveau supérieur de la tour 4 on trouve notamment la représentation de casques médiévaux en vogue au XIIIe et XIVe siècle[37] (fig. 6).

Fig. 6. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Relevé d’un graffito ((DELATTRE, G. et DELATTRE, E., 1892, p. 51).

Fig. 6. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Relevé d’un graffito ((DELATTRE, G. et DELATTRE, E., 1892, p. 51).

Un texte de 1334 gravé dans une archère de la salle supérieure de la tour 3 confirme également que des prisonniers y étaient bien détenus au XIVe siècle[38]. Les dernières phrases de ce témoignage peuvent être interprétées comme suis : « pour veiller et prier pour un bon compagnon et lui faire bonne compagnie, [moi donc], je vins en prison »[39]. Premièrement, ce texte prouve que le lieu servait donc déjà de prison. Ensuite, il a vraisemblablement été gravé par un homme qui est venu, en bon chrétien, tenir compagnie à une connaissance emprisonnée[40]. On serait donc en droit de se demander s’il s’agit bien d’une cellule puisqu’un visiteur, homme à priori libre, semble y avoir passé un certain temps, à en juger par l’aspect du graffito. Il n’y avait certainement pas de salle de visite à l’époque dans les prisons. L’auteur du graffito a probablement séjourné en prison pour tenir compagnie à son ami plutôt que de lui rendre une simple visite au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Nous savons aussi qu’au Moyen-âge, la prison était un endroit ouvert au monde extérieur, contrairement à aujourd’hui, et il était possible pour certaine personne d’aller en prison sur base volontaire[41]. De plus, si le visiteur voulait laisser une trace de sa visite en prison pourquoi le faire en dehors d’une cellule ? Á mon sens, même si le graffiti est de la main d’un visiteur, il indique bien l’emplacement d’une cellule de l’époque. La possibilité que l’auteur soit un condamné n’est pas exclue (« pris à Bruxelles »). L’auteur ayant gravé son nom, les archives de l’époque pourraient potentiellement éclairer les circonstances de son enfermement[42]. L’interprétation de ce texte, par Gérard Bavay, est une première tentative d’analyse mais ne fait pas l’unanimité. Emanuel Falzone a émis quant à lui l’hypothèse que l’auteur fut plutôt un prisonnier qui demandait ou voulait faire venir (« faire vins ») de la compagnie, un serviteur par exemple[43].

Nous pouvons également affirmer avec certitude, et ce pour toutes les périodes d’occupation postérieures, que deux espaces n’ont jamais servi de cellule : la tour 5 et la salle basse sous le plancher de la tour 2. En effet, la salle inférieure de la tour 5 ne communique pas avec la gaine, elle est complètement fermée sur elle-même à l’exception d’un orifice au sommet de la voute. La configuration des lieux, avec la trappe et l’anneau de fer pendu à la voute du deuxième étage, laisse entendre que cette salle servait peut-être d’entrepôt[44]. La salle supérieure ne pouvait donc pas servir de cellule à moins de bloquer l’accès à cet espace de stockage. On pourrait supputer la présence d’un cul de basse-fosse, comme c’était parfois le cas dans les prisons médiévales, mais l’absence totale de graffiti et de latrines contredit cette hypothèse[45]. Il en va de même pour l’espace sous le plancher de la salle inférieure de la tour 2 (fig. 7). Là aussi, il semble peu probable que cet espace ait un jour servi de cellule car on ne trouve aucun graffiti dans cette salle alors que l’ensemble des murs du château en sont recouverts.

Fig. 7. Château de Selles. Niveau 1. Tour 2. Vue plongeante vers l’espace sous le plancher disparu (LANI, M., 2014).

Fig. 7. Château de Selles. Niveau 1. Tour 2. Vue plongeante vers l’espace sous le plancher disparu (LANI, M., 2014).

Certaines baies témoignent encore du passé carcéral du château. On trouve des traces de cloisons dans les archères de la salle supérieure de la tour 3 ainsi que dans celle la salle inférieure de la tour 4 (fig. 8 et 9). La datation de ces éléments reste très hypothétique. Nous estimons que ceux-ci pourraient dater du Moyen-âge car les barreaux utilisés dans d’autres pièces sont vraisemblablement postérieurs. L’utilisation de barreaux au château de Selles est attestée aux Temps Modernes, les cloisons de bois pourraient être le système antérieur. S’il s’avérait que celles-ci soient plus tardives, nous ne pouvons savoir comment les archères étaient sécurisées au Moyen-âge. Si c’était par des barreaux, deux salles seulement auraient pu servir de cellules, dans la tour 4 et la tour 2, or nous avons vu qu’il y avait une cellule au XIVe siècle dans la salle supérieure de la tour 3 qui comporte justement des traces de cloisons. Une datation médiévale est donc préférée. Cependant, il est très difficile de suggérer une datation pour ces traces qui pourraient également être rattachées aux autres périodes. J’ajouterai que le texte de 1334 se trouve par delà les traces de cloisons de la tour 3. Cet élément nous indique donc un terminus post quem puisque l’auteur du graffito n’aurait pu avoir accès à cet endroit si la cloison fermait déjà l’archère. La présence de ces cloisons indique que ces salles n’étaient pas utilisées par des défenseurs mais servaient de cellules, ce qui conforte nos hypothèses pour la période médiévale.

Fig. 8. Château de Selles. Niveau 1. Tour 4. Archère de gauche en entrant dans la tour. Trace de cloison (LANI, M., 2014).

Fig. 8. Château de Selles. Niveau 1. Tour 4. Archère de gauche en entrant dans la tour. Trace de cloison (LANI, M., 2014).

Fig. 9. Château de Selles. Niveau 2. Tour 3. Archère de gauche en entrant dans la tour. Trace de cloison (LANI, M., 2014).

Fig. 9. Château de Selles. Niveau 2. Tour 3. Archère de gauche en entrant dans la tour. Trace de cloison (LANI, M., 2014).

Dès lors, la configuration médiévale du château semble se préciser davantage. Les cellules se limiteraient à deux salles dans les tours 3 et 4. Cependant, cette hypothèse n’est peut-être valable que pour une partie de la période médiévale. Il convient donc de rester prudent et de considérer plus largement les tours 3 et 4 comme les potentiels lieux d’enfermement au Moyen-âge. Notons aussi que la salle supérieure de la tour 2, abondamment couverte de graffiti[46], pouvait aussi être une cellule, sans oublier l’ensemble des endroits inexplorés du château. Il est fort probable cependant que la prison du Moyen-âge ne fut pas fort vaste et se limitait à une ou deux tours. En effet, la peine d’enfermement n’existe pas encore à cette époque et la prison est plutôt une mesure préventive[47]. La durée de la détention varie de quelques jours à quelques mois et si tout seigneur se devait de posséder les équipements nécessaires, il était mal vu de garder longuement les détenus. Dès cette époque, les prisons sont souvent aménagées dans des constructions à vocation militaire car elles sont plus sûres[48], le cas du château de Selles ne constitue donc en rien un cas atypique de prison.

1438-1543 : Prison de l’Officialité

La date de 1438 correspond à la date des plus anciens registres de sentences de l’officialité conservés[49]. Toutefois, le château servait peut-être déjà de prison à l’officialité avant cette date, sans qu’aucune trace écrite n’ait subsisté. On peut aisément supposer que le changement de statut de la prison de Selles s’accompagne d’une augmentation du nombre de détenus. Plus de cellules ont probablement été aménagées dans le château et ses souterrains. Entre 1438 et 1453, 24 personnes ont été condamnées à une peine d’enfermement au château de Selles. Á cela, il faut ajouter les prisonniers détenus préventivement, dans l’attente de leur procès, dont la durée du séjour pouvait être très variable[50]. Grâce aux registres de l’Officialité conservés, nous savons dans quel type de cellule chaque détenu a été enfermé. Comme nous l’avons dit précédemment, dans les archives, on distingue trois lieux différents pour la détention des prisonniers. Les travaux sur le château de Selles mentionnent unanimement les tours, le « fond de la fosse » et les « voûtes ». Ces mentions soulèvent pourtant de nombreuses interrogations lorsqu’on essaye de faire correspondre ces termes avec la réalité du château. En effet, le terme « voûtes » ne peut désigner ni les voutes des tours ni la voute en berceau du souterrain inférieur puisque les deux autres termes renvoient déjà avec certitude à ces lieux là. L’expression « sous les voutes » était parfois utilisée pour parler du cul de basse-fosse[51], mais nous savons que Selles ne possédait pas ce genre de cellule. Ces termes ne peuvent donc renvoyer qu’au niveau supérieur de galeries. Il faut repartir des mots latins pour trouver une signification valable. Le terme latin « in arquatis » a été traduit par « voutes » mais il peut également signifier « en forme d’arc » et s’apparenterait donc aux arcades du deuxième niveau ouvertes sur la cour médiévale[52]. Certains prisonniers de l’officialité n’étaient donc pas enfermés « sous les voûtes », comme on l’a longtemps affirmé, mais bien « sous les arcs », à hauteur de la cour, dans une galerie ouverte sur l’extérieur. Il n’est pas possible, à l’heure actuelle, de documenter la manière dont se présentaient ces cellules. Des bâtiments en bois dont les traces auraient disparues étaient peut-être accolés aux arcades. Pour l’intérieur de la cour, nous ne disposons encore d’aucune donnée, la possibilité de bâtiments en pierre n’est donc pas à écarter non plus[53].

Les termes « fundum fossae », communément traduits dans les travaux par « au fond de la fosse » renvoient à la gaine inférieure. Il serait étonnant de constater que des cellules se trouvaient dans ce couloir. L’aménagement d’une cellule en travers du couloir apparaît peu pratique puisque cela occasionnerait une perturbation dans la circulation horizontale de la gaine. Or, le château continue à abriter une garnison et à servir d’ouvrage de défense, la circulation devait rester efficace. En tenant compte de la disposition des escaliers et du fait que les salles des tours étaient des cellules, peu importe où nous tentons de situer une cellule, ou bien elle rend inaccessible une tour ou une partie du couloir, ou bien oblige à un long détour. Par ailleurs, les parois ne présentent aucunes traces indiquant l’emplacement d’une cellule. Dès lors, plusieurs hypothèses peuvent être envisagées. Premièrement, la réponse à cette énigme se trouve peut-être dans la partie du château encore enfouie. Deuxièmement, les occupants du château ont effectivement sacrifié une partie du couloir et le confort d’une circulation aisée, ou enfin, « fundum fossae » désigne les cellules du couloir inférieur, c’est-à-dire, les salles basses des tours. Cette dernière hypothèse peut être mise en relation avec des murets de briques aux abords de la tour 5 et de la tour 2 (fig. 2). Ils sont construits de part et d’autre des parois de la gaine inférieure et forment un rétrécissement permettant d’y intégrer une porte, comme le montre les logements visibles de chaque côté. Ces portes servaient peut-être de limite au «  fundum fossae », apparenté alors à cette zone du couloir inférieur où se trouvaient les cellules.

Une des sentences permet de distinguer un troisième lieu de détention : « in quadam turri ». Ceci se traduit donc par « la tour » contrairement à ce qu’on peut lire dans certains travaux. Il est vrai qu’il est très curieux de trouver un singulier et la tentation d’y voir un pluriel est grande. En effet, le château comporte plusieurs tours et nous avons vu que la plupart ont très probablement servi de cellule à une période donnée. Nous ne somme pas en mesure de savoir précisément de quelle tour il est question ici. Ceci nous amène à envisager deux hypothèses ; soit il n’y a qu’une tour utilisée comme cellule à cette époque, sans pouvoir la situer, soit le texte désigne une tour en particulier parmi les autres tours de la prison mais nous ne possédons plus les clés pour comprendre à laquelle il fait allusion. Au vu de tous les éléments apportés dans cette étude, il est difficile de croire que l’official n’utilisait qu’une tour du château pour enfermer les détenus. Si les salles inférieures des tours 2, 3 et 4 constituaient le « fundum fossae », peut-être qu’au niveau supérieur, une seule des salles des tours était affectée en cellule.

Malgré les indices donnés dans les archives concernant l’organisation de la prison de Selles entre le milieu du XVe et le milieu du XVIe siècle, la configuration du bâtiment reste encore floue. La présence d’archères-canonnières est un des éléments qui contribue à la confusion. Quatre archères ont été transformées en canonnières vers 1478[54]. Elles ont été transformées à des fins militaires ce qui prouve qu’elles étaient encore utilisées. Dès lors, les salles munies d’archères-canonnières, dans la tour 3 et 4 notamment, n’ont pu servir de cellules. Ceci contredit cependant nos hypothèses. Comme le suggère Gautier, il faut peut-être envisager qu’en temps de paix, ces tours servaient de prison tandis qu’en temps de guerre, elles étaient utilisées par les soldats[55]. Rappelons, en effet, que le château a été pris d’assaut à plusieurs reprises au cours de son histoire et qu’il a, de ce fait, toujours gardé sa fonction défensive. Le nombre de prisonniers n’était pas si important et il est possible qu’en temps de conflits, ceux-ci soient déplacés afin de libérer les lieux.

Le passé carcéral du lieu est également attesté par la présence de barreaux. Une baie a conservé ses barreaux dans la salle inférieure de la salle 2 tandis que des traces sont encore observables dans les archères de la salle supérieure de la tour 4 (fig. 7 et 10). Il est difficile de rattacher ces vestiges à un état ou un autre de la prison de Selles car les barreaux ne sont pas du même type. Dans la tour 4, l’archère était barrée par 3 larges barreaux tandis que dans la tour 2, ils sont plus nombreux et moins larges. Ceci suppose éventuellement deux datations différentes. Dans la tour 4, on trouve une archère-canonnière comportant ces traces aménagée vers 1478, date qui pourrait correspondre au terminus post quem des barreaux (fig. 11).

Fig. 10. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Archère du milieu. Détail des traces de barreaux (LANI, M., 2014).

Fig. 10. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Archère du milieu. Détail des traces de barreaux (LANI, M., 2014).

Fig. 11. Château de Selles. Niveau 1. Tour 4. Archère-canonnière (LANI, M., 2014).

Fig. 11. Château de Selles. Niveau 1. Tour 4. Archère-canonnière (LANI, M., 2014).

Au XVIe siècle, lors des transformations de la période espagnole, des archères ont été rebouchées[56], ce qui apparaît éventuellement comme un terminus ante quem. Néanmoins, le doute subsiste puisqu’en 1565, les comptes mentionnent le placement de barreaux[57]. Encore une fois, les vestiges enfouis permettraient peut-être de préciser nos hypothèses. Si les mêmes barreaux étaient découverts, ils seraient forcement antérieurs à 1543. Contrairement à la période médiévale, il est fort improbable qu’il n’y ait qu’une ou deux cellules dans les tours. On ne peut en déduire que les barreaux indiquent l’emplacement des cellules de l’époque à laquelle ils appartiennent. Même si on ne peut rattacher ces aménagements à une période en particulier, la présence de barreaux dans seulement deux cellules, alors qu’il en existait manifestement plus, est énigmatique. D’autant plus qu’à travers la littérature et les vestiges de prisons conservées, la pose de barreaux semble une norme pour sécuriser un bâtiment à fonction carcérale.

Au XVIe siècle, la tour polylobée a été complètement réaménagée dans un but défensif, elle n’accueillait donc pas de prisonniers. Ainsi, pour la période précédant les grands aménagements de la citadelle, les tours 2, 3 et 4 étaient potentiellement toutes occupées par des cellules, sans oublier l’existence éventuelle de cellules dans les tours non-dégagées. Cependant celles-ci n’étaient peut-être pas toutes occupées durant l’entièreté de la période analysée. Il y avait également des cellules dans les arcades de la gaine supérieure et éventuellement dans la gaine inférieure, sans toutefois pouvoir préciser davantage leur situation.

Par ailleurs, la lecture du Registre des sentences de l’officialité nous livre d’autres informations concernant les prisonniers et « la prison de l’Official »[58]. Les prisonniers enfermés à Selles sont majoritairement des clercs multirécidivistes[59]. Les prisonniers étaient enfermés pour des périodes allant de quatre mois à dix ans et certains étaient même condamnés à l’enfermement à vie[60]. Il ne semble pas à priori y avoir de correspondance entre la peine et le lieu où elle est purgée. Les condamnés, homme ou femme, pour une courte ou longue peine, sont envoyés le plus souvent « au fond de la fosse ». D’autres prisonniers purgeaient leur peine « sous les arcs ». La sentence prononcée à l’égard du prêtre Jean de Rotaria en 1453 est particulièrement intéressante[61]. Elle sous-entend qu’il y avait des règles précises qui présidaient au choix du lieu où le prisonnier devait être enfermé et le prêtre « par miséricorde » a été condamné non pas au fond de la fosse mais sous les arcs. Il semble donc que les cellules sous les arcades étaient considérées comme plus confortables. Celles-ci n’étaient pas sous terre, il y faisait surement moins humide et plus lumineux ce qui explique probablement en partie cette considération.

Une autre condamnation intéressante est celle d’une jeune femme condamnée, en 1446, à être isolée trois ans dans une tour du château[62]. Toutes les cellules n’étaient donc pas collectives comme c’était souvent le cas à l’époque. En outre, la détention de femmes suggère que certaines cellules leur étaient réservées. En effet, dès le Moyen-âge, les prisons présentaient traditionnellement un espace spécifique pour les détenues[63]. Les archives de l’officialité donnent peu d’indices à ce propos, les condamnations des femmes sont semblables aux autres. Seulement deux femmes ont été condamnées à une peine de prison et celles-ci ne sont pas envoyées « au fond de la fosse » comme la plupart des prisonniers mais l’une dans une tour et l’autre « sous les arcs ». Elles faisaient donc potentiellement l’objet d’un traitement de faveur. Mais l’échantillon de sentences de femmes est trop faible pour réellement signifier quelque chose. Du fait du peu de détenues à la prison de Selles, il n’y avait pas de cellule particulière assignée aux femmes. Ceci pourrait expliquer la condamnation d’une jeune femme à l’isolement ; cette mesure servait à la tenir écarter des hommes, soit pour son bien, soit, comme il s’agit d’une hérétique, pour le bien des autres détenus.

Après 1558 : Un ouvrage défensif moderne pour la garnison espagnole

Sous Philippe II, les vestiges du château de Selles vont être enfouis sous la terrasse d’artillerie construite vers 1560 et le site prend le nom de « roquette » de Selles. Comme nous l’avons vu plus haut, les gaines et les tours de la moitié nord du château sont remblayées (fig. 2 et 3). Précisons que le couloir d’accès à la salle supérieure de la tour 2 a été remblayé également, celle-ci était donc inaccessible. Pour cette période, les cellules peuvent donc se situer uniquement dans les tours 2, 3 et 4. En tout cas, la salle inférieure de la tour 3 était assurément une cellule comme en attestent deux graffiti de prisonniers, datant respectivement de 1548 et 1585[64]. En ces temps de guerre, où la place était occupée par des soldats, les détenus étaient, sans doute, des criminels de guerre.

Les murets de briques, déjà évoqués précédemment, pourraient également avoir été ajoutés à cette période-ci. Remarquons que ces constructions coïncident parfaitement avec la zone du couloir inférieur encore en usage après les travaux réalisés sous Philippe II, mis à part l’escalier permettant l’accès à la gaine. Elles pourraient correspondre à l’emplacement de portes sécurisant l’espace où les détenus étaient emprisonnés. Grâce aux archives, nous savons aussi que des aménagements ont été faits afin de moderniser les infrastructures carcérales et ces constructions pourraient en faire partie[65]. Si ces installations datent bien de cette période, comme il n’y a pas d’équivalent à l’étage, la prison se situait alors uniquement dans le couloir inférieur.

Ainsi que nous l’avons dit plus haut, il semblerait que ce soit peu après la construction de la terrasse d’artillerie moderne que certaines cellules aient été munies de barreaux. Leur présence est attestée dans la salle supérieure de la tour 4 et la salle inférieure de la tour 2 mais on ne peut prouver que ceux-ci correspondent aux barreaux mentionnés dans les comptes de 1565. De ce fait, leur datation reste incertaine malgré l’existence de traces écrites[66]. Les barreaux mentionnés dans les archives ont également pu être mis en œuvre dans les portes ou les éventuelles cloisons en bois non conservées. Nous ne saurons probablement jamais comment interpréter les documents conservés. Ceux-ci évoquent également le placement d’huisseries. Les vestiges de la prison de Selles conservent, au niveau 1 de la tour 4, une huisserie en place dans une des archères qu’on serait donc tenté de lier aux comptes de 1565 (fig. 12). Si les archères étaient fermées par ce type d’huisseries, cela pourrait expliquer pourquoi on ne retrouve pas de barreaux à toutes les cellules.

Fig. 12. Château de Selles. Niveau 1. Tour 4. Archère-canonnière face à l’entrée. Huisserie (LANI, M., 2014).

Fig. 12. Château de Selles. Niveau 1. Tour 4. Archère-canonnière face à l’entrée. Huisserie (LANI, M., 2014).

Grâce au témoignage de Fénelon, nous savons que, jusqu’au XVIIIe siècle, des cellules du château étaient encore occupées par des détenus. Pour cette période nous ne possédons aucune autre information concernant la prison de Selles, ses détenus ou ses infrastructures. Á la lecture de l’ouvrage de Madranges, on constate qu’il y a une forte recrudescence de châteaux et tours fortes réaffectés en prison au XVIIe et XVIIIe siècles en France[67]. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le château de Selles ait conservé sa fonction carcérale en ces temps là.

Quelques infrastructures non-datées

Dans ce dernier point, j’analyserai des éléments d’infrastructures liés à l’organisation de l’espace de la prison de Selles qui existaient potentiellement à toutes les périodes et n’ont donc pu être rattachés à une époque en particulier. Il sera question des traces de portes et des marques d’aménagements en matériau léger observés dans la salle supérieure de la tour 4.

Fig. 12. Château de Selles. Niveau 1. Tour 4. Archère-canonnière face à l’entrée. Huisserie (LANI, M., 2014).

Fig. 13. Château de Selles. Niveau 1. Tour 4. Archère-canonnière face à l’entrée. Huisserie (LANI, M., 2014).

Fig. 14. Château de Selles. Niveau 2. Couloire d’accès à la tour 4. Détail des gonds (LANI, M., 2014)

Fig. 14. Château de Selles. Niveau 2. Couloir d’accès à la tour 4. Détail des gonds (LANI, M., 2014)

Fig. 15. Château de Selles. Niveau 2. Couloire d’accès à la tour 4. Vestiges d’un système de fermeture des portes (LANI, M., 2014).

Fig. 15. Château de Selles. Niveau 2. Couloire d’accès à la tour 4. Vestiges d’un système de fermeture des portes (LANI, M., 2014).

Fig. 16. Château de Selles. Niveau 2. Couloire d’accès à la tour 3. Vestige de verrou (LANI, M., 2014).

Fig. 16. Château de Selles. Niveau 2. Couloire d’accès à la tour 3. Vestige de verrou (LANI, M., 2014).

Dans les couloirs menant aux salles des tours, on trouve systématiquement des traces d’un dispositif de fermeture. Les vestiges des portes se présentent sous deux formes différentes. On observe de larges logements de portes de part et d’autre du mur au niveau 1 et des gonds métalliques encore en place au niveau supérieur (fig. 13 et 14). Ces gonds sont accompagnés des traces de verrous sur le mur en vis-à-vis (fig. 15 et 16). L’existence de deux types de traces suppose que ces aménagements de portes ne sont pas tous contemporains. Certaines de ces traces remontent peut-être à 1565, date à laquelle les comptes mentionnent le renforcement d’huisseries et de verrous[68]. Certaines portes de prisons conservées, comme celles de la tour-prison de Riquewhir, permettent de concevoir l’aspect des portes de la prison de Selles (fig. 17). Les portes sont des éléments inconditionnels de tout espace de détention et elles devaient être présentes à toutes les époques où ces salles ont servi de cellules.

Fig. 17. Riquewhir. Tour des Voleurs. Ancienne porte de cachot (MADRANGES, P., 2013, p. 24).

Fig. 17. Riquewhir. Tour des Voleurs. Ancienne porte de cachot (MADRANGES, P., 2013, p. 24).

Fig. 18. Château de Selles. Plan de la tour 4. Localisation des traces de structures (MOTTE, V., 2010, p. 62, modifié par LANI, M.).

Fig. 18. Château de Selles. Plan de la tour 4. Localisation des traces de structures (MOTTE, V., 2010, p. 62, modifié par LANI, M.).

Fig. 19. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Traces de cloison (LANI, M., 2014)

Fig. 19. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Traces de cloison (LANI, M., 2014)

Fig. 20. Prison de l’auditoire de Joinville. XVIe siècle ( ?). Cellule avec cloison de bois (MADRANGES, P., 2013, p. 304).

Fig. 20. Prison de l’auditoire de Joinville. XVIe siècle ( ?). Cellule avec cloison de bois (MADRANGES, P., 2013, p. 304).

Dans les murs de la salle supérieure de la tour 4, deux types de traces indiquent que des structures en bois divisaient l’espace (fig.18). Plusieurs traces en hauteur et en vis-à-vis suggèrent qu’une cloison de bois traversait la moitié de la salle (fig.19). Il existe d’autres exemples de prisons utilisant des cloisons de bois pour délimiter l’espace du cachot, comme à la prison de l’auditoire de Joinville (fig. 20). Citons aussi la tour Chatimoine de Caen où, à chaque étage, des loges en bois séparaient les prisonniers[69]. La cloison délimitait peut-être un espace réservé aux défenseurs avec un accès aux escaliers menant au chemin de ronde. Elle daterait alors d’avant 1543. Il est également possible que la cloison délimite une cellule de taille réduite et que l’escalier, étant déjà hors d’usage, n’a pas eu d’impact sur l’emplacement de la cloison. Dès lors, qu’en était-il dans la tour 3 ? L’escalier était-il intégré à une cellule ou simplement condamné ? Trop peu de traces subsistent pour répondre à ces questions.

Fig. 21. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Trace de poutre, type 1 (LANI, M., 2014).

Fig. 21. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Trace de poutre, type 1 (LANI, M., 2014).

Le second type de traces correspond à des marques laissées par des poutres. On distingue deux ensembles de marques d’après leurs hauteurs et leurs formes. Quatre trous pouvant être reliés par deux diagonales signalent la présence d’un étage (fig. 21). Des graffiti situés sur la voute attestent de la présence d’un espace surélevé. Celui-ci surplombait peut-être toute la salle ou il se pourrait qu’il soit contemporain de la cloison et surmontait seulement la moitié, à la manière d’une mezzanine. On peut aisément imaginer que cet espace ait pu servir de couche aux détenus, cette cellule étant de taille réduite si telle était la fonction de la cloison. Aucun exemple de prison avec des aménagements de ce genre n’a été trouvé. Enfin, deux traces de poutres, un peu plus basses que les précédentes, se trouvent de part et d’autre de l’archère à droite de l’entrée (fig. 22). Ces traces sont plus difficiles à interpréter, les poutres se fichaient forcement dans une autre structure. Il est possible que ces deux poutres soient liées aux deux éléments mis en évidence précédemment mais leur fonction n’a pu être déterminée. L’analyse des traces observées sur les parois de la tour 4 montrent donc qu’une cloison, un étage et une troisième installation y ont été aménagés. Sur le schéma, ces structures s’entremêlent et il est difficile de déterminer si elles sont en lien les unes aux autres (fig. 18).

Fig. 22. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Traces de poutres, type 2 (LANI, M., 2014).

Fig. 22. Château de Selles. Niveau 2. Tour 4. Traces de poutres, type 2 (LANI, M., 2014).

LES GRAFFITI, MÉMOIRE DES PRISONNIERS

Les souterrains du château de Selles sont avant tout reconnus pour la richesse des graffiti qu’ils conservent. Ce patrimoine exceptionnel est une source à part entière pour l’histoire du château. Il apparaît donc essentiel, dans le cadre d’une étude sur la prison de Selles, de voir ce que ces témoignages gravés peuvent nous dire sur la prison et ses détenus. La documentation existante est mince par rapport au matériel à exploiter. Heureusement, les graffiti font, en ce moment même, l’objet d’un relevé en vue d’une étude plus approfondie. Dans ce chapitre, par souci de concision, j’ai décidé de me limiter aux propos issus des quelques travaux existant sans m’étendre davantage car le sujet est très vaste et pourrait faire l’objet de plusieurs études.

Tout d’abord, la présence de graffiti en si grand nombre peut s’expliquer par la longévité de l’occupation des lieux mais aussi par la nature des matériaux employés. Á l’intérieur des galeries, les murs sont revêtus de pierre blanche, matériau très favorable aux inscriptions[70]. Bien sûr, cette concentration exceptionnelle de graffiti est due également à des facteurs historiques qui ont permis de les préserver admirablement[71]. Les graffiti sont présents littéralement en tous lieux. Ils ne sont pas limités aux potentiels espaces détention et il est évident qu’ils ne sont pas seulement l’œuvre de détenus. De ce fait, même si l’on retrouve beaucoup de dates, plus fréquemment du XVIe siècle, celles-ci ne peuvent servir à confirmer la fonction carcérale de l’espace où elles se trouvent à la date gravée.

Fig. 23. Château de Selles. Niveau 2. Tour 3. Graffito. Saint-Georges tuant le dragon (J.-M., Perrin, ©Région Nord-Pas-de-Calais, 1986).

Fig. 23. Château de Selles. Niveau 2. Tour 3. Graffito. Saint-Georges tuant le dragon (J.-M., Perrin, ©Région Nord-Pas-de-Calais, 1986).

Certains graffiti ne se limitent pas à une légère incision mais s’apparentent à des bas-reliefs, comme le Saint-Georges et le Hallebardier, quelques graffiti des plus emblématiques de Selles (fig. 23). On peut en déduire que certains détenus furent incarcérés pendant longtemps. Ceci est notamment confirmé par les Registres de l’Officialité dans lesquels on trouve des condamnations allant jusqu’à dix ans de prison[72]. La diversité des sujets gravés reflète aussi la diversité des prisonniers ; on observe des textes, des poèmes, des proverbes, des sujets religieux précis,… Certains prisonniers possédaient donc une connaissance de l’écriture, de la littérature, de la religion et il semblerait dès lors que des gens d’un certain rang social aient été enfermés à la prison de Selles[73]. On incarcérait aussi bien des prisonniers politiques, militaires, criminels que des ecclésiastiques et des hérétiques[74]. Nous savons notamment que des soldats y furent enfermés grâce à un graffito dans la gaine inférieure : es soldas de Douay[75]. Celui-ci doit être mis en lien avec la Trahison de Bouchain, évènement historique de 1580 suite auquel des soldats furent emprisonnés à Cambrai[76]. D’après la documentation, il n’y avait donc pas un type de prisonnier privilégié contrairement à certaines prisons, comme la tour Chatimoine, où l’on emprisonnait principalement des fous[77].

Les représentations peuvent être regroupées sous différents thèmes ; on trouve des images à caractère religieux, politique, érotique ou ludique[78]. Les graffiti représentent une grande variété de sujets : des épigraphes (dates, initiales, écrits), des représentations anthropomorphes, animalières, symboliques (croix, blasons, jeux,…), architecturales, des objets divers[79]. Les représentations les plus impressionnantes ou les plus compréhensibles ont été relevées et brièvement commentées à plusieurs reprises mais ces analyses livrent peu d’informations sur leurs auteurs ou la prison de Selles. Quelques études iconographiques récentes plus fouillées sur des graffiti isolés apportent aussi de nouvelles données[80].

Après avoir parcouru ces travaux, plusieurs éléments ont pu être mis en évidence concernant l’apport des graffiti à notre connaissance de la prison. Certains graffiti permettent de mieux comprendre le lieu, comme le texte de 1334 attestant de la fonction carcérale précoce du château ou encore les deux graffiti de prisonniers du XVIe siècle. La précision de certains sujets religieux atteste de la présence de membres du clergé dans les cachots de la prison de Selles. Ceci est aisément prouvé par les nombreuses condamnations prononcées pour fautes commises par des clercs contre la discipline ecclésiastique lorsque le château était utilisé comme prison par l’Officialité[81]. L’étude iconographique de la frise de la tour 3 révèle, grâce à la présence de thèmes iconographiques spécifiques comme l’« Ecce Homo », que celle-ci a été réalisée après le XIVe siècle[82]. Ce graffito pourrait donc être l’œuvre d’un des prêtres enfermé au château par l’Officialité de Cambrai. L’interprétation des graffiti permet aussi de connaître les préoccupations des prisonniers. Par exemple, plusieurs graffiti de moulins à vent ont été relevés. Ce sujet est assez classique dans les geôles et suggère l’ennui des prisonniers qui dessinaient ce qu’ils apercevaient dans la campagne environnante[83]. On peut également déduire des graffiti que certains prisonniers demeuraient là vraisemblablement dans l’attente de leur jugement ou de leur exécution comme le laisse sous-entendre une inscription dans la tour 2: « mon tour viendra bientôt »[84].

Les graffiti représentent donc une documentation importante. Ils nous renseignent à la fois sur l’histoire du château, les occupants et la culture de l’époque. Pourtant, ces témoignages authentiques rencontrent des problèmes de conservation et sont en train de disparaître[85]. Le relevé 3D réalisé par l’équipe de Virginie Motte apparaît donc essentiel pour sauvegarder ce patrimoine qui a été à peine exploré. Celui-ci, une fois achevé, permettra de déchiffrer des ensembles complexes et de documenter les techniques utilisées. Les perspectives de recherches sont donc très vastes, il sera possible par exemple d’identifier l’auteur commun de divers graffiti ou d’établir la chronologie relative de graffiti se superposant. Nous n’avons donc découvert qu’une petite fraction de ce que les graffiti peuvent nous révéler.

CONCLUSION

Le château de Selles fut construit au XIIIe siècle dans un but défensif. Il fut doté d’un système de défense innovant de gaine à deux niveaux. Ces souterrains n’ont donc nullement été conçus pour abriter des prisonniers mais ont été utilisés comme prison dès le XIVe siècle. Des aménagements ont été faits au fil des siècles pour adapter le lieu à sa nouvelle fonction. Si nous conservons peu de documents évoquant explicitement les travaux liés à la fonction carcérale du lieu, il reste des vestiges matériels. Nous avons pu constater par exemple que des portes sécurisées ont été placées à l’entrée des tours, les fenêtres ont été protégées par des barreaux et la gaine aménagée pour le placement de portes. La chronologie de ces différents vestiges reste hypothétique voire inconnue.

Cette étude a permis de mieux approcher le fonctionnement de la prison et les lieux précis où se trouvaient les prisonniers. En croisant les différentes sources d‘informations, nous avons pu documenter trois phases d’occupation de la prison. La prison de l’Officialité est la période la mieux documentée grâce aux registres de sentences conservés. Trois lieux d’enfermement ont été déterminés et il faut considérer que les prisonniers les mieux lotis se trouvaient sous les arcades au niveau de la cour. On remarque une certaine continuité entre les trois états étudiés, les cellules sont vraisemblablement situées dans les salles des tours. Une prison ne se limite pas à ces cellules mais les sources et l’état de la recherche ne permettent pas d’envisager d’autres aspects.

Les graffiti recouvrant les murs de la prison sont une source d’informations non négligeable et encore largement inexplorée. Des études iconographiques approfondies manquent. Á l’heure actuelle, ils ont cependant déjà livré des informations très pertinentes sur les détenus ou la localisation des cellules et les recherches en cours devraient permettre d’en apprendre davantage.

Dans cette étude sur la prison de Selles, de nombreuses hypothèses ont été exprimées. Nous n’avons, en effet, qu’un vue partielle des vestiges. Si les parties encore enfouies venaient un jour à être fouillée, leur étude permettrait sans doute d’apporter des réponses à nos questions. Aussi, aucune étude ne s’est intéressée à la matérialité de la prison de Selles. Avant de traiter un point en particulier, il convenait d’étudier la prison de Selles dans sa globalité. L’étude pourrait se poursuivre par des comparaisons entre les éléments apportés ici et les résultats d’autres travaux de ce type concernant des châteaux-prisons. Une des raisons qui m’ont aussi empêchée de pousser mon travail plus loin est le manque d’études de ce genre. Ce travail présente donc une vue générale, résultant en grande partie d’observations et de raisonnements personnels, appelée à être développée et précisée dans des études ultérieures.

CONCLUSION COMMUNE

L’étude approfondie d’une part des archives de l’officialité et d’autre part des vestiges matériels de la prison de Selles montrent que les deux approches sont complémentaires. Les deux volets donnent chacun un certain relief aux recherches menées d’une part par une historienne et d’autre part par une historienne de l’art.

Une approche plus tournée vers l’histoire de l’art, l’étude de la prison du château de Selles permet d’ancrer les témoignages écrits légués par l’officialité de Cambrai dans une réalité matérielle. Tandis qu’une étude plus historique qui porte sur l’interprétation des archives et leur analyse permet un éclairage sur les pratiques carcérales et les occupants du lieu. Ainsi, grâce à notre étude interdisciplinaire en deux volets, nous avons pu faire le lien entre lieu d’incarcération et sentences. Cette double vision se limite néanmoins à la période couverte par les archives de l’officialité. Un travail similaire pourrait être envisagé pour les autres périodes en consultant, par exemple, les autres registres de sentences de l’officialité, qui sont disponibles aux Archives départementales du Nord, à Lille ou des archives postérieures dans le cas ou elles seraient conservées.

COQUELET Lara et LANI Mathilde.

 

BIBLIOGRAPHIE

Sources éditées

– Vleeschouwers, C., éd., Registres des sentences de l’Officialité de Cambrai (1438-1454), Bruxelles, 1998.

Travaux

– Baudry, M.-P., dans Magny, F., Cambrai, ville fortifiée, Cambrai, 1991, p. 58-65.

– Bouly, E., et Bruyelle, A., Les souterrains de Cambrai et du Cambrésis, Cambrai, 1847.

– Bouly, E., Dictionnaire historique de la ville de Cambrai, Paris, 1854.

– Carrazé, F., Quelques graffiti dans l’ancien palais de justice de Saint-Maximin, dans Candau, J., et Hameau, P., Cicatrices murales, Grenoble, 2004, p. 63-76.

– Castan, N., La préhistoire de la prison, dans Petit, J. -G., et al., Histoire des galères, bagnes et prisons, XIIIe-XXe siècles, Toulouse, 1991, p. 20-66.

– Delattre, G et Delattre, E., Les souterrains du château de Selles à Cambrai, Lille, 1892.

– Delattre, E., Recherches sur le droit pénal à Cambrai et dans le Cambrésis au Moyen-âge, Lille, 1929.

– Doutreligne, N., Le château de Selles, dans Mémoires de la Société d’émulation de Cambrai, t. LXIX, 1922, p. 237-263.

– Duvivier, J., Cambrai : son histoire militaire, ses fortifications depuis leur origine, Avesnes-sur-Helpe, 1936.

– Florin, B. et Harnay, V., Le château de Selles, dans Actes du colloque international de glyptographie de Cambrai, Braine-le-Château, 1985, p. 227-236.

– Gautier, E., Souvenirs des fortifications de Cambrai, Cambrai, 1893.

– Geltner, G., The medieval prison, a social history, Princeton, 2008.

– Madranges, P., Prisons, Patrimoine de France, Paris, 2013.

– Motte, V. et Mélard, N., Château de Selles, dans Albaret-Gilson, F., et al., Cambrai : musées, architectures et paysages, Paris, 2013, p. 106 et 107.

– Motte, V., et Roumégoux, Y., Le château de Selles à Cambrai, étude historique et monumentale suivie des observations archéologiques de 1995 à 2006, Douai, 2010.

– Motte, V. et Mélard, N., Rapport d’opérations de recherches archéologiques programmées, première année : 2011, Sculptures, gravures et Graffiti du château de Selles à Cambrai, Inventaire, étude et état sanitaire des manifestations graphiques, s. l., 2012.

– Quétel, C., un archétype de l’horreur carcérale, la tour Chatimoine, dans Hors-séries des Annales de Normandie, vol. II, n°2, 1892, p. 509-532.

– Ramond, S., Á propos du château de Selles à Cambrai, les graffiti historiques, œuvres artistiques, méthodes de relevé, dans Actes du colloque international de glyptographie de Cambrai, Braine-le-Château, 1985, p. 279-296.

– Thelliez, C., Pourquoi Cambrai doit conserver le château de Selles, dans Mémoires de la Société d’émulation de Cambrai, t. XCII, 1968, p. 65-79.

Sitographie

– Archives départementales du nord, Diocèse de Cambrai, 3G-Evêché puis archevêché de Cambrai, http://www.archivesdepartementales.lenord.fr/accounts/mnesys_ad59/datas/medias/inventaires/pdf33.pdf (consulté le 9/04/2015).

-Guérin, A., La Petite Roquette, la double vie d’une prison parisienne, 1836 – 1974, 19/12/2013, http://criminocorpus.hypotheses.org, (consulté le 9/04/2015).

– Mahieux, F., La prison du château de Selles à Cambrai, 13/03/2013, http://criminocorpus.hypotheses.org (consulté le 3/04/2015).

Rochete dans Godefroy, F., Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Paris, 1880-1895, http://micmap.org/dicfro/introduction/dictionnaire-godefroy (consulté le 9/04/2015).

Roquette dans Littré, E., Dictionnaire de la langue française, 1872-1877, http://artflx.uchicago.edu (consulté le 24/12/2015).

– Trouve, M., Le château prison de Foix, 13 avril 2011, http://criminocorpus.hypotheses.org, (consulté le 8/01/2015).

NOTES

[1] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 8.

[2] Motte, V., et Mélard, N., 2013, p. 106.

[3] Id., 2012, p. 2.

[4] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 62.

[5] Baudry, M.-P., 1991, p. 59.

[6] Ibid., p. 64.

[7] Motte, V., et Mélard, N., 2013, p. 106.

[8] Motte, V., et Mélard, N., 2012, p. 2.

[9] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 23.

[10] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 23.

[11] Ibid., p. 24.

[12] Delattre, G et Delattre, E., 1892, p. 33.

[13] Motte, V., et Mélard, N., 2013, p. 107.

[14] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 15.

[15] Ibid.

[16] Motte, V., et Mélard, N., 2012, p. 55.

[17] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 15.

[18] Ibid.

L’Official de l’archevêché de Cambrai exerçait deux sortes de juridiction : l’une ecclésiastique ordinaire et l’autre civile (Delattre, G et Delattre, E., 1892, p. 37).

[19] Delattre, G et Delattre, E., 1892, p. 38.

[20] Ibid.

[21] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 25.

[22] Prison de la Feuillie : Maison de détention située sur le fief de la Feuillie (ou feuillée) qui dépendait de l’autorité du bailli de la Feuillie (Bouly, E., 1854, p. 444 et 138). La prison de la Feuillie détenait des prisonniers jugés par le bailli de la Feuillie, une des quatre juridictions à Cambrai (en plus de l’officialité, la cour féodale et les échevins), qui jugeait les affaires civiles (Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 25).

Ce nom apparaît bien à plusieurs reprises dans les archives et les travaux sur la justice à Cambrai. Dans l’inventaire en ligne des archives du diocèse de Cambrai, il est fait plusieurs fois mentions du mot « Feuillie ». Au XVIe siècle, il existait bien une seigneurie de la Feuillie et un fief du même nom qui était aussi surnommé « le Justice de le cité de Cambray », on parle également de « justice de la Feuillie » où devait se trouver des geôles désignées par « prison de la Feuillie » 3G, Évêché puis archevêché de Cambrai, http://www.archivesdepartementales.lenord.fr (consulté le 9/04/2015).

[23]Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 25.

[24] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 27-29.

[25] Ibid., p. 29.

[26] Delattre, G et Delattre, E., 1892, p. 33 et 50.

[27] Bouly, E., 1854, p. 444.

[28] Thelliez, C., 1968, p. 76.

[29] Littré, E., 1872-1877 (consulté le 24/12/2014).

Dans Godefroy, F., 1890-1895, p. 215 (consulté le 9/04/2015) : « Rochete » peut aussi signifier « château-fort ». Pas d’entrée dans l’ATILF (qui renvoie au Godefroy) ou le DMF.

Thelliez a sans doute fait l’amalgame entre le mot « Roquette » et prison suite à la diffusion de ce terme avec l’ouverture de la prison de la Roquette à Paris dans les années 1830. Guerin, A., (consulté le 9/04/2015).

[30] Mahieux, F., 2013 (consulté le 9/04/2015).

[31] Thelliez, C., 1968, p. 76.

[32] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 35.

[33] Bouly, E., 1854, p. 444.

[34] Le livre d’Etienne Madranges permet d’avoir une rapide vue d’ensemble des prisons historiques en France (Madranges, 2013).

[35] Trouve, M., 2011 (Consulté le 8/01/2015).

[36] Ramond, S., 1985, p. 284.

[37] Delattre, G et Delattre, E., 1892, p. 47 et 48.

[38] voir annexe 1 pour la retranscription complète du texte.

[39] Motte, V., et Mélard, N., 2012, p. 54.

[40] Motte, V., et Mélard, N., 2012, p. 54 et 55.

[41] Ibid.

[42] Motte, V., et Mélard, N., 2012, p. 54 et 55.

[43]Falzone, E., propos recueillis lors d’une rencontre à Cambrai entre différents chercheurs et personnes liées à l’étude du château de Selles le 7/04/2015.

[44] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 51 et 52.

[45] Il n’est pas rare, en effet, de trouver des graffiti dans les culs de basse-fosse malgré la faible luminosité. Le cul de basse-fosse de l’ancien palais de justice de Saint-Maximin en est un bon exemple (Carrazé, F., 2004, p. 75).

[46] Cette salle est inaccessible aujourd’hui mais Virginie Motte m’a fait part de cette information obtenu lors d’une des campagnes de fouilles réalisée au château.

[47] Castan, N., 1991, passim.

[48] Quétel, C., 1982, p. 515.

[49] Delattre, G. et Delattre, E., 1892, p. 37.

[50] Falzone, E., Propos recueillis lors d’une rencontre à Cambrai entre différents chercheurs et personnes liées à l’étude du château de Selles le 7/04/2015.

[51] D’après mes échanges avec Valentin Mesnart, travaillant sur la terminologie du vocabulaire sur les prisons dans le cadre de ce séminaire.

[52] Rappelons que celle-ci n’est pas encore rebouchée, ce qui explique le terme « fundum fossae » utilisé pour parler des galeries inférieurs, déjà enterrées, en opposition avec la galerie supérieure toujours ouverte et qui n’est donc pas appelée « fossae » comme on aurait pu s’y attendre aujourd’hui.

[53] Motte, V., Propos recueillis lors d’une rencontre à Cambrai entre différents chercheurs et personnes liées à l’étude du château de Selles le 7/04/2015.

[54] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 58.

[55] Gautier, E., 1893, p. 30.

[56] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 58.

[57] Ibid, p. 25.

[58] Vleeschouwers, C., 1998.

[59] 57 sentences mentionnant le château de Selles sont consignées dans l’ouvrage de Vleeschouwers, C., 1998. Ces pièces d’archives sont analysées plus en détail dans le volet historique de Lara Coquelet.

[60] Vleeschouwers, C., 1998, notices n° 528, 732, 1151, 1152, 1243, p. 296, 422, 664-667 et 720.

[61] Vleeschouwers, C., 1998, notice n° 1407, p. 813 et 814 (Lille, A.D.N., 5G 149, f° 148, v°).

[62] Vleeschouwers, C., 1998, notice n° 951, p. 548 et 549 (Lille, A.D.N, 5G 148, f° 76, r°).

[63] Geltner, G., 2008, p. 18.

[64] « Le XXVI de janvier fut Jehan du buys prisonniyé 1548 » et « Soutdar Duques […] estoit prisonnier en Cabray en la tourre de Selles party le XVI j de nove 1585 », Delattre, G. et Delattre, E., 1892, p. 62.

[65] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 25.

[66] Voir page 10.

[67] Madranges, P., 2013, passim.

[68] Motte, V., Roumégoux, Y., 2010, p. 25.

[69] Quétel, C., 1982, p. 527.

[70] Duvivier, J., 1936, p. 168.

[71] Florin, B., et Harnay, V., 1985, p. 231.

[72] Vleeschouwers, C., 1998, notice n° 1153, p. 668 (Lille, A.D.N., 5G 148, f° 96, r°).

[73] Ramond, S., 1985, p. 283.

[74] Ramond, S., 1985, p. 283.

[75] Delattre, G. et Delattre, E., 1892, p. 50.

[76] Ibid., p. 33.

[77] Quétel, C., 1982, p. 518.

[78] Ramond, S., 1985, p. 283.

[79] Ibid., p. 284.

[80] Ces études réalisées par des étudiants de l’UCL sous la direction de Philippe Bragard ne sont pas publiées et figurent dans les rapports de recherches qui m’ont été aimablement transmis par Virginie Motte.

[81] Delattre, G. et Delattre, E., 1892, p. 38.

[82] Motte, V. et Mélard, N., 2012, p. 68.

[83] Ramond, S., 1985, p. 288.

[84] Delattre, G. et Delattre, E., 1892, p. 56.

[85] Motte, V. et Mélard, N., 2012, p. 37-39.

[1] Motte, V., et Mélard, N., 2012, p.8.

[2] Falzone, E., docteur en histoire médiévale, chercheur et assistant à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Propos recueillis lors d’une rencontre à Cambrai entre différents chercheurs et personnes liées à l’étude du château de Selles le 7/04/2015.

[3] Motte, V., et Roumégoux, Y., 2010.

[4] Delattre, G et Delattre, E., 1892.

[5] Section D, E et F de la gaine du premier niveau.


Vous aimerez aussi...