Les archives de la déportation du capitaine Dreyfus (Danielle Donet-Vincent)

La seconde des cabanes occupées par Dreyfus. Fonds Ubaud, Musée Ernest Cognac, Saint-Martin-de-Ré

La seconde des cabanes occupées par Dreyfus. Pastel réalisé par Ubaud.
Fonds Ubaud, Musée Ernest Cognac, Saint-Martin-de-Ré

Une longue série d’articles parus dans des revues scientifiques, d’ouvrages publiés en librairie, d’articles de presse, de fascicules spécialisés constitue la bibliographie de l’affaire Dreyfus, exceptionnellement abondante. Ces études s’appuient sur des sources de différentes natures, dont l’essentiel est réparti dans plusieurs centres d’archives publiques. Il faut également considérer au rang des sources des ouvrages parus en librairie, tels la correspondance de Dreyfus, ainsi que des opuscules édités au moment des faits et encore une masse considérable d’articles de presse rédigés au cours des années traversées par l’Affaire. Or, le contexte général de l’Affaire – rendu autant que généré par la presse – a grandement pesé sur les mesures de surveillance prises à l’encontre de Dreyfus au cours de sa captivité à l’île du Diable. Le large fonds public, conservé aux Archives Nationales d’Outre-Mer, à Aix-en-Provence, et constitué de documents émanant essentiellement du ministère des Colonies et de l’Administration pénitentiaire, témoigne des rapports entre les soubresauts de l’Affaire et les à-coups de la surveillance du déporté. L’histoire même de ce fonds, resté longtemps secret, est révélatrice de l’impact de l’Affaire dans la société française, ceci bien au-delà de la date de réhabilitation de Dreyfus. Ce fonds est fondamental pour percevoir la personnalité de Dreyfus…

Lire la suite de cet article de Danielle Donet-Vincent sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...