Un assassinat quelques mois avant mai 1968 (Jean-Claude Vimont)

En décembre 1967, un jeune garçon de quinze ans fut transféré depuis la maison d’arrêt de Versailles au quartier des jeunes détenus de la prison de la Santé à Paris. Il y séjourna deux ans et demi, jusqu’à son procès devant le tribunal pour enfants de Versailles le 26 juin 1970. Les juges le condamnèrent à quinze années d’emprisonnement. Il avait kidnappé un enfant de sept ans, Emmanuel Malliart, l’avait assassiné et avait demandé une rançon à ses parents. Cette affaire avait ému une grande partie de l’opinion qui, pendant une semaine, avait partagé les angoisses de ses parents.

Ce kidnapping intervenait après celui du petit Eric Peugeot en avril 1960 par Pierre-Marie Larcher et Robert Rolland, après le rapt et l’assassinat de Luc Taron par Lucien Léger en 1964.

En 1960 comme en 1967, les romans policiers avaient été mis en cause. Pierre-Marie Larcher avait reconnu s’être inspiré du livre de Lionel White, Rapt, publié dans la Série Noire. La collection créée par Marcel Duhamel aux éditions Gallimard était d’ailleurs interdite dans les prisons à cette époque.

« L’affaire Emmanuel Malliart » avait été l’occasion de mettre en cause l’influence de la télévision, des livres, des films, de l’érotisme et de la violence affichée. Les crispations de la société française de ces années soixante finissantes se révélèrent lorsque l’identité et les mobiles de l’assassin furent connus. Nouvelles interrogations sur la jeunesse délinquante. Eternels débats entre partisans d’une libéralisation des mœurs et tenants d’une censure étatique.

Les quotidiens nationaux et régionaux, les agences photographiques de presse, les radios périphériques, la télévision avaient contribué à hisser ce fait divers en drame national. Non sans quelques écarts déontologiques.

Le crime d’un adolescent

Le 4 décembre 1967, le plus jeune fils de la famille Maillart, ne revint pas déjeuner chez ses parents. Il était scolarisé au collège Saint-Jean-de-Béthune à Versailles. Le père de l’enfant, prévenu par son épouse, revint au logis familial et découvrit dans sa boîte à lettre une demande de rançon. Le texte avait été confectionné avec des lettres découpées dans des magazines. Le ravisseur réclamait 20 000 francs en coupures de 100 francs et fixait un délai de cinq jours pour la remise de la somme au pied d’une statue de la ville.

Devant les policiers après son arrestation, François M. précisa qu’il avait tué l’enfant le jour même du rapt. François M., élève d’un collège d’enseignement général, était venu à 11h 45 chercher Emmanuel à la sortie de l’école Saint-Jean-de-Béthune. Il le connaissait car l’enfant venait chez lui jouer avec sa petite sœur. Prétextant un jeu, il avait décidé l’enfant à s’installer dans une caisse placée sur une poussette qu’il trainait avec lui en criant : « ferrailles, vieux chiffons, ferrailles… » . Il se rendit chez lui et invita le garçon à descendre à la cave. Là, il le tua à coups de gourdin. Des témoins, des élèves de l’école signalèrent un garçon à l’allure de gitan. Peu après il enterra le corps dans la forêt de Fausses-reposes. Il conserva les chaussures et les bretelles de l’enfant, pour disposer d’éléments de preuves afin de réclamer une rançon.

Capture d’écran 2015-07-07 à 19.16.04

Capture d’écran 2015-07-07 à 19.16.20

Très vite, peu après la réception de la lettre anonyme le lundi midi, une vaste opération de police fut déclenchée, à Versailles, puis dans la région parisienne. La famille lança des appels aux ravisseurs. Elle leur proposa de prendre contact avec un prêtre de la région parisienne qui, au vu d’un vêtement de l’enfant, remettrait la somme exigée. Un autre appel proposait une transaction par le biais d’avocats. Quelques jours plus tard, le père de l’enfant demanda à la police d’interrompre les recherches pour nouer des contacts avec les ravisseurs présumés.

Capture d’écran 2015-07-07 à 19.41.32

Le ministre de l’intérieur Christian Fouchet s’adressa à son tour au ravisseur sur les ondes des radios périphériques et aux informations télévisées. Il acceptait de suspendre les recherches jusqu’au vendredi à minuit et exigeait que l’enfant fût rendu avant cette date butoir. Le ou les ravisseurs demeuraient muets, à la différence de Lucien Léger qui avait multiplié les missives. En fait, le ravisseur avait repris contact avec les intermédiaires et avait haussé le prix de la rançon à 60 000 francs. Le vendredi soir, date du délai imposé par le ministre, il récupéra la somme déposée par un prêtre capucin. Le lendemain, il réclama 40 000 francs supplémentaires. Les recherches reprirent avec encore plus d’intensité. Le samedi après-midi, François M., voisin d’Emmanuel Maillart, fut arrêté.

« C’est le plus extraordinaire meurtrier que j’aie jamais rencontré »

René Floriot, le ténor du barreau qui avait déjà plaidé en faveur de l‘un des ravisseurs du petit Eric Peugeot, fit cette déclaration au lendemain de sa première rencontre avec son jeune client dans le Palais de justice de Versailles, le 14 décembre 1967. Il précisa que François M. n’avait manifesté aucun signe de remords et n’avait pas versé une larme. Il voulait mourir et avait imaginé le rapt et l’assassinat, persuadé qu’il serait guillotiné dans les huit jours. Quelques jours avant le rapt, Il avait interrogé sa mère, sur le sort des tueurs d’enfants. « On leur coupe le cou », aurait-elle répondu. Il se décida à agir. Interrogé le dimanche par les enquêteurs de la première brigade mobile du commissaire Camard, il ne tarda pas à avouer et à reconnaître avoir prémédité son crime avec minutie. Le dimanche, veille du kidnapping, il avait confectionné la lettre anonyme à l’aide de découpages dans un magazine pour jeunes adolescents. Les enquêteurs, lors d’une conférence de presse, décrivirent un adolescent « adulte sur le plan criminel », une affaire « exceptionnelle ».

Capture d’écran 2015-07-07 à 19.11.18

Les mobiles du crime firent l’objet de nombreuses hypothèses dans la presse. Les parents de François M. avaient divorcé. Le père parti, la mère de famille, déléguée médicale, avait éprouvé des difficultés matérielles pour élever ses trois enfants. François M. en aurait conçu une rancœur qu’il tourna contre la société, responsable de son malheur, de sa « vie sans joie ». Le petit Emmanuel, qui venait jouer chez lui incarnait le bonheur, « un ange qu’il souhaitait souiller », selon un chroniqueur. François M. était plutôt solitaire et avait subi des soins pour des crises nerveuses. Il dévorait les romans policiers. Son intention première était de tuer. Ensuite, il se serait pris au jeu de la demande de rançon.

Les pharisiens contre la télévision

La presse quotidienne et hebdomadaire avait accordé une large place à ce fait divers, devenu en quelques jours drame national. Sud-Ouest du 6 décembre titrait en première page : « Emmanuel : l’angoisse grandit. Le ravisseur ne s’est pas manifesté et l’enquête n’a fait aucun progrès ». Paris Jour faisait partager à ses lecteurs la douleur des parents : « Le jour se lève pour la 4ème fois, Ils attendent » (exemplaire du 8 décembre 1967).

La couverture du numéro 975 de Paris Match du 16 décembre présentait une grande photographie en couleur de l’enfant assassiné avec pour titre « Le garçon que pleure toute la France ». Paris Jour ne respecta pas les règles déontologiques de la profession en matière de criminalité des mineurs, ni la législation en vigueur. Le quotidien révéla le patronyme du « monstre » de 15 ans.

Capture d’écran 2015-07-07 à 19.36.13

Lorsque l’identité du kidnappeur et ses mobiles furent révélés, les députés débattaient du projet de loi de Lucien Neuwirth sur l’autorisation de la contraception orale. La loi fut adoptée par l’Assemblée nationale le 19 décembre 1967 et promulguée le 28 décembre 1967. Le projet avait été soutenu par l’opposition de gauche car une fraction des députés gaullistes craignait ce nouveau mode de régulation des naissances. Le général de Gaulle avait été choqué lorsque François Miterrrand avait évoqué cette question lors de la campagne électorale de 1965. La Confédération des associations familiales catholiques prit prétexte du fait divers pour accuser les députés d’aggraver le climat d’érotisme et de violence en préparant des dispositions législatives qui permettraient à la jeunesse de se livrer sans risque à des expériences sexuelles. La libéralisation de la contraception était remise en cause. Des questions parlementaires furent posées au gouvernement sur le contrôle des publications destinées à la jeunesse. La Ligue des Droits de l’Homme adressa une lettre au procureur de la République à propos des « jouets sadiques » qui sollicitaient les enfants « à prendre le meurtre pour un jeu ». On débattait également à l’époque de l’introduction dans les programmes scolaires de cours d’éducation sexuelle.

Capture d’écran 2015-06-30 à 20.33.47

Lors des interrogatoires menés par le juge d’instruction Michaud, François M. mentionna une émission de télévision « En votre âme et conscience » sur l’affaire Jobard, diffusée un mois auparavant. Elle lui aurait donné l’idée de commettre un crime odieux pour être condamné à mort. Jobard avait tué la spectatrice du théâtre des Célestins à Lyon en 1851 en espérant se « suicider par jury interposé ». Gilbert Cesbron, écrivain catholique, dénonça sur la radio périphérique RTL les « vrais coupables » : « On est au bord de la nausée… Toute la France est figée par l’horreur… Je pense aux parents des gosses assassins, mais derrière eux je pense aux vrais coupables, aux salauds dorés, aux salauds célèbres, aux salauds décorés qui vivent de l’érotisme et de la violence qu’ils nous vendent dans leur presse ignoble, dans leurs livres ignobles, dans leurs films ignobles… je pense que c’est eux qui ont téléguidé ces petits gosses assassins… Est-ce que ce pays somnambule va enfin se réveiller ? Est-ce que cela va continuer longtemps la honte de l’érotisme, la honte de la violence, sur les affiches, dans nos murs, sur les kiosques à journaux. Alors, si c’est ça la liberté, vraiment est-ce que c’est ça la liberté ? » Gilbert Cesbron avait connu un grand succès avec Chiens perdus sans collier, publié en 1954, et qui suivait qui suivait la destinée de plusieurs enfants aux prises avec la justice des mineurs. Maurice Clavel dans Le Nouvel observateur du 20 décembre 1967 prit la défense du producteur de télévision Pierre Desgraupes, réfutant toute analogie entre les deux affaires et se moqua de son confrère, auteur de Notre prison est un royaume. Depuis l’interdiction ministérielle en mars 1966 du film de Jacques Rivette, « Suzanne Simonin, la religieuse de Diderot », la question de la censure divisait les intellectuels chrétiens et enflammait les chroniqueurs de presse et les cinéastes, comme l’a bien montré Sabine Rousseau. L’ORTF était sous la tutelle d’Alain Peyrefitte et fréquemment des reportages finissaient dans L’enfer de a rue Cognacq-Jay.

« Est-ce que ce pays somnambule va enfin se réveiller ? » apostrophait Gilbert Cesbron La société française corsetée allait effectivement se libérer quelques mois plus tard, pas franchement dans le sens souhaité par l’écrivain chrétien.

Le Tribunal pour enfants de Versailles

Le procès se déroula devant le tribunal pour enfants de Versailles à partir du 22 juin 1970. Les faits ayant été commis avant l’âge de 16 ans, François M. devait bénéficier de l’excuse atténuante de minorité. Pour de tels faits, un majeur pénal de plus de dix-huit ans aurait risqué la peine de mort. François M. encourait une peine de dix à vingt années d’emprisonnement. Les juges avaient également la possibilité de la rendre à sa famille, ce qui n’était pas imaginable. Ils pouvaient décider d’un placement dans un centre de l’Education surveillée jusqu’à sa majorité civile (21 ans à l’époque). Au vu des expertises psychiatriques, ils avaient également le choix de le placer dans un centre médico-psychologique. La quatrième sanction envisageable était la peine d’emprisonnement, dans une prison-école compte tenu de son jeune âge. Les juges le condamnèrent à quinze années d’emprisonnement.

Un gendarme fut surpris en train d’enregistrer les débats qui se tenaient à huis clos. La bande fut saisie avant toute diffusion sur les ondes et le militaire fut sanctionné.

Dans la prison-école de Loos-lès-Lille

Fin août 1970, François M. fut transféré dans la prison-école de Loos-lès-Lille. En vertu d’un décret du 12 avril 1952, il aurait dû être placé dans une institution dépendant de l’Education surveillée. Le texte ministériel indiquait qu’il pouvait y demeurer jusqu’à l’âge de vingt-huit ans. Mais une exception était prévue pour les mineurs de plus de dix-sept ans présentant un caractère dangereux ou incompatible avec le régime de l’éducation surveillée. Dans ce cas, ils devaient être acheminés vers une maison centrale. Le Monde du 26 août 1970 déplorait le placement de cet adolescent dans une prison d’adultes et pointait un dysfonctionnement de la justice des mineurs : « On ne saurait pour autant négliger l’inadaptation et l’insuffisance des institutions spécialisées de l’éducation surveillée pour expliquer l’affectation de cet adolescent dans un établissement pénitentiaire ». La prison-école choisie par la direction de l’Administration pénitentiaire apparaissait comme une solution intermédiaire entre un centre fermé de l’Education surveillée et une maison centrale. Les établissements d’Oermingen et de Loos-lès-Lille avaient été imaginés par les réformateurs pénitentiaires qui depuis 1945 tentaient de mieux individualiser les peines. Le magistrat Pierre Cannat, cheville ouvrière de la réforme, en avait vanté les mérites dans un ouvrage publié en 1955, La prison-école. Elles recevaient de jeunes adultes de 18 à 28 ans et privilégiaient la formation professionnelle et scolaire. Comme le soulignait Elise Yvorel dans ses recherches sur les prisons-écoles, des mineurs furent très tôt mêlés aux jeunes adultes. La prison-école de Loos-lez-Lille ouvrit en 1961 dans les locaux de la prison centrale cellulaire déjà pourvue de vastes ateliers. La discipline y était rigoureuse. La prison-école de Loos-lez-Lille était réputée sévère car « fermée », tandis que le régime d’Oermingen, « prison ouverte » était plus libéral.

L’exécution de Gunther Volz le 16 décembre 1967

L’enfant avait été kidnappé le lundi 4 décembre, le ministre de l’Intérieur avait sommé le ravisseur de restituer l’enfant à ses parents le jeudi 7 décembre, François M. avait avoué le crime le dimanche 10 décembre. Toute la presse des premiers jours de la semaine suivante révéla les circonstances du crime, les premières déclarations de l’accusé sur le déroulement du kidnapping et sur ses mobiles. C’est pendant ces journées que les avocats de Gunther Volz furent reçus par le général de Gaulle pour plaider une ultime fois la cause de ce condamné à mort. Déserteur de la légion étrangère, il avait violé et étranglé une petite fille de neuf ans qu’il connaissait. Le crime avait été commis le 13 mars 1967. Il comparut devant la cour d’assises de la Moselle en juin 1967. Les jurés, après quinze minutes de délibération revinrent avec un verdict de mort. Il fut exécuté moins d’un an après son crime dans la cour de la prison de Metz et 6 jours après les aveux de François M. Dans quelle mesure l’émotion de l’opinion publique avait-elle influencé le refus de sa grâce par le général de Gaulle ?

De la bagatelle aux barricades

En 1965, la général de Gaulle s’exprimait ainsi : « « La pilule ? Jamais ! (…) On ne peut pas réduire la femme à une machine à faire l’amour ! (…) Si on tolère la pilule, on ne tiendra plus rien ! Le sexe va tout envahir ! (…) C’est bien joli de favoriser l’émancipation des femmes, mais il ne faut pas pousser à leur dissipation (…) Introduire la pilule, c’est préférer quelques satisfactions immédiates à des bienfaits à long terme ! Nous n’allons pas sacrifier la France à la bagatelle ! »

Le 7 décembre 1967, Brigitte Bardot avait été reçue à l’Elysée malgré les réticences d’Yvonne de Gaulle. Sheila était en tête du hit parade de Salut les copains. Guy Skornik chantait « Hippy aime le monde ». Paris Match pleurait Emmanuel Malliart. Gunther Volz était exécuté.

Un mois auparavant, en novembre 1967, le situationniste Guy Debord avait publié La société du spectacle.


Vous aimerez aussi...