« Ceux du bagne » ce sont aussi les surveillants militaires venus en Nouvelle-Calédonie

«Ceux du bagne » ce sont aussi les surveillants militaires venus en Nouvelle-Calédonie pour encadrer les condamnés. Si certains ont marqué par leur dureté, d’autres ont assez rapidement quitté le corps pour devenir des colons et fonder des familles calédoniennes. (Photo Théotime Bray) Site historique de l’île Nou

Les Surveillants Militaires du bagne en Nouvelle-Calédonie  :

https://criminocorpus.hypotheses.org/45475

Les surveillants militaires en Nouvelle-Calédonie – Répertoire des fonds où figurent des dossiers de personnel :

https://criminocorpus.hypotheses.org/13036

 

« Descendants des célèbres gardes chiourmes des bagnes maritimes, une mauvaise réputation leur colle à l’uniforme, alors qu’on peut imaginer qu’il y avait parmi eux la même proportion de bons ou de mauvais que dans toute autre administration ou corps militaire.

La célèbre formule de NAPOLEON III répondant, quand on lui demandait par qui il ferait garder les bandits dans les bagnes d’outre-mer : « par plus bandits qu’eux… » y est sûrement aussi pour une certaine part.

 Les surveillants militaires dont le recrutement et le statut datent de 1867, sont nommés par le ministre des Colonies parmi les sous-officiers des armées de terre et de mer en activité de service, appartenant à la réserve ou libérés définitivement et, à défaut, parmi les militaires et les marins ayant au moins trois ans de service. Organisés en trois classes, ils bénéficient de fortes indemnités de service et d’avantages divers. Leur uniforme est de toile de couleur claire avec le casque colonial de rigueur, obligatoires de 9h à 17h, et le gros revolver ostensiblement porté sur le côté. Ils sont en permanence environ 250 à 300, 400 au plus, pour assurer la surveillance, l’organisation du travail et le rythme de vie de 4 000 à 5 000 condamnés.

Le grand mérite de ces surveillants militaires est de partager les mêmes conditions de vie que les condamnés et très souvent de ne pas être en nombre suffisant (4%) par rapport aux détenus.

Un manque de moyens matériels fait par ailleurs cruellement défaut.

L’insigne qui symbolise ce corps particulier, est le faisceau de licteur, souvent utilisé par la justice militaire, il est porté en patte sur le col, sur le casque colonial et sur les boutons de l’uniforme.

L’historien Michel Pierre considère que ce sont ces surveillants qui, « selon les cas et les endroits et aussi selon les directives donnent au bagnes tel ou tel aspect. Vivant au même rythme que les condamnés, ils ont à leur égard toutes les sortes de comportements possibles, toute la variété des sentiments que l’on peut éprouver en pareille circonstance : haine, mansuétude, peur, pitié, fermeté. L’erreur serait de croire que tous n’étaient que des brutes corrompus et éthyliques. La vie quotidienne rapproche les condamnés et les surveillants. Nombreux sont ceux qui ont laissé de mauvais souvenirs aux anciens du bagne ou suscité l’indignation des témoins, mais il en est aussi beaucoup dont les qualités humaines furent reconnus par les hommes dont ils devaient assurer la surveillance ».

 D’aucuns ont affirmé que ces militaires se considéraient en état de guerre contre les déportés qu’ils considéraient comme des traîtres à la nation, mais également et par assimilation, qu’ ils faisaient également la guerre aux transportés et autres relégués. Sans doute faut-il admettre qu’ils n’avaient guère d’états d’âme, surtout en face de bagnards, tous plus ou moins perçus comme autant de sous-hommes, déchets d’une société qui les a définitivement rejetés très loin, de son territoire et de sa considération.

Dans le début de la transportation, les surveillants ne peuvent concevoir un seul instant que les forçats puissent changer. Et si l’un d’eux fait preuve de bonne conduite, ils n’hésitent pas à le traiter d’hypocrite et à lui réserver les travaux les plus pénibles, ce qui ne peut que dissuader les meilleures intentions…

« On peut toutefois regretter que le système de préparation à leur travail n’ait jamais été véritablement élaborés. Ils étaient souvent recrutés par cooptation, aux lieux des anciens bagnes ou en Corse. Venant souvent des couches sociales les moins élevées, ils n’avaient aucune idée de ce qui pouvait être entrepris pour donner à la sanction de chaque condamné sa juste proportion de peine, du caractère rétributif et dissuasif de celle-ci, et des possibilités d’amendement de l’intéressé. Un amalgame simpliste de toutes ces notions conduisait le surveillant à traiter chaque bagnard selon le même modèle, celui d’une sévérité extrême.

Il est vraisemblable que, si la sélection des surveillants avait été plus rigoureuse, la vie des bagnards aurait été différente et le développement et le développent de la colonie également.

 L’administration pénitentiaire comptait sur les anciens pour former les plus jeunes, mais rien ne fut jamais entrepris pour préparer les surveillants à leur travail difficile ».

 Ces surveillants sont originaires des provinces françaises habituels viviers de fonctionnaires : Corse et Bretagne (après la première guerre mondiale) en particulier. Pour les derniers survivants du Bagne, les Bretons apparaissent comme ayant été très à cheval sur les règlements…et sans grands sentiments de pitié pour les condamnés … »

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33634583.html

 


Vous aimerez aussi...