“Barbicaut joue son âme”, polar de banlieue, 3ème tome des enquêtes de Barbicaut de Rémy Lasource

 

“Commandant de police dans la vie, ma série des Barbicaut contient de nombreux souvenirs de banlieue, des faits divers romancés et des états d’âme sur le métier saupoudrés tout au long d’une enquête criminelle. Dans le tome 3, « Barbicaut joue son âme », le lieutenant est choqué par la mort suspecte d’un enfant et commet une bavure. Il frappe un dealer qui le provoque mais qui s‘avère être ensuite son suspect. L’occasion d’aborder le dérapage des violences illégitimes. L’idée est de relater au fil des minutes les montées de stress de l’enquêteur et tout ce qui peut vous passer par la tête, sans juger qui que ce soit, en laissant chacun avoir son opinion. Le récit entraine le lecteur dans le milieu vaudou, entre la porte de la Chapelle et la banlieue nord de Paris, dans une course après un adorateur de satan.

Comme pour chaque tome, l’histoire est truffée de morceaux de vie de commissariat et a pour but de faire vivre au lecteur la police de l’intérieur, comme un film tourné caméra à l’épaule.

Même s’il s’agit de romans, les enquêtes de Barbicaut ont un côté documentaire assumé. Il y a dans ce tome, parmi les passages les plus réalistes, la description d’une opération montée en urgence et sans aucune préparation pour une séquestration où j’ai dû m’improviser négociateur avec très peu de temps, et où nous avons tout misé sur la chance…ainsi que la gêne que j’ai eue à expliquer ma prise de risques le soir même à mon épouse. Mais aussi une affaire de violences conjugales où, hors service, j’avais été requis pour intervenir pour un mari violent et suicidaire qui voulait s’immoler dans sa maison avec son épouse. Ces deux passages dans le roman sont pour le coup des retranscriptions d’histoires vécues et donnent un côté réaliste à la fiction, pour faire vivre au lecteur ces moments où le métier expose le policier au plus près du danger. Et la leçon en est que ce n‘est pas (toujours) la force physique l’atout principal, mais bien la faculté d’écoute et d’adaptation de l’agent à la personnalité des gens qui lui font face, qui eux sont au bout du rouleau et imprévisibles.

Il y a aussi dans ce tome de nombreux vrais policiers de terrain, la commissaire, des personnels administratifs ( la secrétaire et le préfet), des magistrats et des voyous qui se reconnaitront sous des pseudos, qui ont prêté leurs traits de caractères aux personnages du roman. Pour l’anecdote, le Charles Gaillard qui fait le salaud depuis trois tomes est en réalité inspiré d’un magistrat très respectable qui voulait à tout prix apparaitre sous les traits d’un homme abominable.”

Disponible le 27/01/2020 aux éditions Ex Aequo 

 

42 – Portrait du jour : Rémy Lasource, auteur du polar « Barbicaut barbote en idées noires » : 

42 – Portrait du jour : Rémy Lasource, auteur du polar « Barbicaut barbote en idées noires »

 

 


Vous aimerez aussi...