Cesare Beccaria, La controverse pénale, XVIIIe-XXIe siècle (sous la direction de Michel Porret et Élisabeth Salvi)

BeccariaParution de Cesare Beccaria, La controverse pénale, XVIIIe-XXIe siècle, sous la direction de Michel Porret et Élisabeth Salvi, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 352 p. 22 €, ISBN 978-2-7535-4016-3

4e de couverture

En 1764, le Milanais Cesare Beccaria publie à Livourne (Grand-Duché de Toscane), son ouvrage qui le place au Panthéon de la modernité pénale : Dei delitti e delle pene/Des délits et des peines. L’empirisme de Locke, la modération de Montesquieu, le matérialisme d’Helvétius, l’esprit critique de l’Encyclopédie, l’égalitarisme de Rousseau : de fortes autorités philosophiques l’inspirent. En moins de cent pages, ce brûlot philosophique propose un nouveau paradigme pénal basé sur la modération des peines, leur utilité sociale et la sécularisation des crimes. Beccaria réclame la dépénalisation de l’homosexualité, alors réprimée comme un « crime contre nature ». Il estime que le suicide ne doit plus être poursuivi par la justice qui punit le pécheur révolté contre Dieu. Il juge que le vol résulte de l’inégale répartition des richesses. Il condamne la torture pour l’aveu du crime. Il veut remplacer les peines corporelles et flétrissantes par les travaux forcés et la prison correctrice. Il prône l’abolition de la peine de mort pour les crimes de droit commun. L’humanisme pénal de Beccaria n’a rien perdu de son actualité.

Commenté dans toute l’Europe, mis à l’Index romain, fustigé par les juristes hostiles aux Lumières, loué par Voltaire, inspirant partiellement les législateurs révolutionnaires et le réformisme carcéral des philanthropes de la Restauration, critiqué ou loué par les juristes et les criminologues positivistes durant le long XIXe siècle, l’ouvrage de Beccaria suscite une controverse pénale, bien vivante aujourd’hui en Chine ou dans le droit pénal européen et international. Ce livre signé par 25 spécialistes européens et américains revient sur le « moment Beccaria » qui depuis 250 ans nourrit cette controverse autour du droit de punir avec son impact politique sur la démocratie.

Table des matières

Remerciements

Les auteurs

Robert Roth, Préface

Michel Porret, Introduction. Le moment Beccaria

Première partie. LES LUMIÈRES DE LA RÉFORME

Dario Ippolito, Justice pénale et liberté civile: le « moment Beccaria » dans les Lumières napolitaines

Stéphanie Roza, La peine de mort entre utopie et pragmatisme: les thèses de Beccaria chez Gabriel Bonnot de Mably (De la Législation)

Lucie Buttex, « Bienveillance » et « douceur » des peines: le réformisme des Principles of Penal Law de William Eden

Donald Fyson, Beccaria contre Howard ? La réforme pénale au Québec (1760-1841)

Serena Luzzi, L’anti-beccarien Carlantonio Pilati écarté au Concours de la Société économique de Berne (1777-1780)

Emmanuelle de Champs, Bentham et l’héritage de Beccaria : du Projet d’un corps complet de législation aux Traités de législation civile et pénale

Albrecht Burkardt, Émules et censeurs du traité Des délits et des peines Voltaire et Joseph von Montag

Philippe Audegean, L’ombre de Morellet. Les premières traductions françaises de Beccaria (1765-1822)

Deuxième partie. LÉGALITÉ ET LIBÉRALISME

John D. Bessler, Cesare Beccaria et les débuts de la réforme pénale américaine

Jean Bart, Des délits et des peines dans les débats révolutionnaires français

Elisabeth Salvi, De l’abolitionnisme des Lumières au réformisme pénal de la République helvétique (1764-1803)

Yves Cartuyvels, Responsabilité morale et défense sociale. Deux versions asymétriques de l’individualisation des peines en Belgique au XIXe siècle

Audrey Higelin, Beccaria dans la genèse de la prison en France avant 1850

Jérôme Ferrand, Les lectures juridiques de Beccaria sous la Restauration: genèse d’une herméneutique réactionnaire

Marc Renneville, Usages de Cesare Beccaria dans les Archives de l’anthropologie criminelle (1886-1914)

Elio Tavilla, Les disciples de Beccaria : le débat abolitionniste dans l’Italie post-unitaire

Monica Stronati, L’héritage de Beccaria en Italie. La mesure et la modération de la peine (XIXe-XXe siècles)

Troisième partie. L’HÉRITAGE AMBIVALENT

Ning Zhang, Pour ou contre Beccaria. La réception du traité Des délits et des peines dans la Chine contemporaine

Vincent Sizaire, L’héritage ambivalent du libéralisme beccarien dans la fabrication du droit pénal contemporain

Djoheur Zerouki-Cottin, Le principe de légalité des délits et des peines dans le droit européen

Diane Bernard et Damien Scalia, Retour à la proportion selon Beccaria dans le droit pénal international

Vincent Milliot, Postface. Le palimpseste beccarien

Index onomastique


Vous aimerez aussi...