Charles Guérin, La voix de la vérité. Témoin et témoignage dans les tribunaux romains du Ier siècle avant J.-C. (compte rendu de Hélène Ménard)

22510100943840LCharles Guérin propose à ses lecteurs une réflexion à la croisée de l’histoire des pratiques intellectuelles, de l’histoire des pratiques judiciaires et de l’histoire de la rhétorique, champs proches mais en général assez fermés sur eux-mêmes. Spécialiste de rhétorique, notamment cicéronienne, il a publié de nombreux et importants travaux, en particulier sur la persona (Persona. L’élaboration d’une notion rhétorique au Ier s. av. J.-C., vol. I : Antécédents grecs et première rhétorique latine ; vol. II : Théorisation cicéronienne de la persona oratoire, Paris, Vrin, 2009 et 2011). Le présent ouvrage, issu du mémoire inédit d’habilitation, s’appuie sur une connaissance fine du corpus cicéronien – traités rhétoriques et discours judiciaires, surtout dans le cadre des iudicia publica mais aussi d’affaires privées –, et de sources non cicéroniennes : la Rhétorique à Herennius, l’Institution oratoire de Quintilien, les sources juridiques d’époque républicaine et impériale.

Il s’appuie également sur la réflexion postérieure sur la preuve et le témoignage (entre autres H. Arendt, J. Bentham), comme sur les pratiques du système judiciaire anglo-saxon. Car s’interroger sur le témoignage judiciaire dans la Rome antique, à la fin de la République, n’est pas seulement faire œuvre de science (et une œuvre magistrale), c’est aussi ouvrir sur nos propres perceptions des rapports entre justice et vérité. Fondamentalement, outre chercher à reconstituer cette partie négligée et oubliée de la rhétorique, c’est tout le problème de la « parole vraie » et de son acceptation ou non par la société, qui est ainsi posé…

Lire la suite de ce compte rendu de Hélène Méanrd sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...