Sévices au Quai des Orfèvres ? L’affaire du tailleur Almazian

Les affaires de malles sanglantes ont toujours passionné l’opinion publique. L’énigme de la «  malle à Gouffé » en 1889 avait captivé les lecteurs de la presse de faits divers jusqu’à l’exécution de l’un des deux coupables de l’assassinat. En septembre 1929, on était peut-être au seuil d’une affaire comparable. Le cadavre du comptable Frédéric Rigaudin avait été découvert à la consigne de la gare de Lille enveloppé dans une toile cirée dans une malle d’osier de petite taille. Le «  colis » était parti da la gare du Nord dans la capitale le 9 septembre. Très vite, des indices matériels désignèrent un suspect, un tailleur d’origine bulgare.

La boutique de Michel Almazoff, rue Saint-Gilles. Source Gallica

La boutique de Michel Almazoff, rue Saint-Gilles. Source Gallica

Michel Almazoff ou Almazian, car il était arménien, était venu en France au début du siècle et avait été naturalisé. Après avoir travaillé dans plusieurs maisons, il ouvrit une boutique à Paris, rue Saint-Gilles. Il avait quarante-cinq ans à l’époque des faits. Rigaudin avait été son comptable. Peu après son interrogatoire au Quai des Orfèvres, il fut écroué dans la maison d’arrêt de la Santé où il demeura huit mois. L’instruction laborieuse montra que les policiers s’étaient égarés et que les expertises et contre-expertises pratiquées sur des gouttes de sang n’étaient pas concluantes. La presse quotidienne nationale et régionale suivit pas à pas une enquête qui montra les lacunes des techniques de la police scientifique. Almazoff libéré, bénéficiaire d’un non-lieu, dénonça les mauvais traitements dont il avait été victime de la part des policiers et entama des procédures à leur encontre. Il se plaignait d’expertises de l’identité judiciaire diligentées dans le seul but de confirmer sa culpabilité.

L'épouse d'Almazoff dans les locaux de la police judiciaire. Source Gallica

L’épouse d’Almazoff dans les locaux de la police judiciaire. Source Gallica

Il était venu de sa propre initiative dans les les locaux de la police judiciaire le vendredi 18 octobre 1929 en fin d’après-midi en compagnie de son épouse. La presse commençait à le suspecter. Il souhaitait proclamer son innocence et mettre fin aux rumeurs, aux informations partiales ou tronquées. Il n’en ressortit que le dimanche, pour être présenté à un juge d’instruction et conduit en prison. Les avis divergèrent sur cette longue garde à vue. Selon le tailleur, cinq policiers lui assénèrent coups de poing au visage et dans le ventre, le frappèrent avec des matraques en caoutchouc. Vers trois heures du matin, Benoist, le directeur de la police judiciaire, serait venu assister à l’interrogatoire dans «  la chambre des aveux spontanés ». Le tailleur décrivit la scène : « M. Benoist a donné l’ordre de me fouiller. Je n’avais aucune arme, mais comme je protestais que j’étais citoyen français, il m’a répondu : « Un Français comme toi, je lui envoie mon pied dans le cul ! Et je le fous à la porte ». Almazoff avait été détenu deux jours dans les locaux de la police judiciaire, sans qu’un mandat d’arrêt régulier ait été délivré contre lui. On lui aurait mis des poucettes, selon ses dires. Les inspecteurs réfutèrent ces allégations. Ils reconnaissaient avoir empoigné le tailleur pour lui passer des menottes, l’avoir maîtrisé lors d’un accès de fureur. Huit jours plus tard, le docteur Paul, le célèbre médecin-légiste, constata des traces de coups : marques de poucettes aux pouces, ecchymoses sur le bras droit, ecchymoses sur la poitrine provenant de coups de poings. Almazoff fit la couverture de Détective le 24 octobre 1929. Le journaliste évoquait un « interrogatoire serré ».

Michel Almazoff transféré chez un juge d'instruction, escorté par deux inspecteurs. Source Gallica

Michel Almazoff transféré chez un juge d’instruction, escorté par deux inspecteurs. Source Gallica

Début novembre 1929, la Ligue des Droits de l’Homme protesta contre de tels sévices et exigea des sanctions à l’encontre des policiers. Le Populaire, quotidien socialiste, du 5 novembre 1929 titrait : « La torture est rétablie par la police judiciaire ». Une instruction fut ouverte sur ces brutalités. Michel Almazoff adressa une pétition à la Chambre où il protestait contre les traitements subis. Il déposa plainte pour coups et blessures. Des députés du Cartel des gauches apostrophèrent le gouvernement le 7 novembre. Les plaidoyers en sa faveur et les rappels sur les grands principes de la liberté individuelle dissimulaient mal une instrumentalisation de l’affaire par les opposants politiques. Au-delà du directeur de la police judiciaire, les députés de gauche visaient le préfet de police Jean Chiappe dont les sympathies monarchistes étaient connues. Le 29 novembre à la tribune de la Chambre, Georges Monnet mit en cause le gouvernement Tardieu et ses subordonnés. Le président du Conseil usa d’un bel euphémisme : «  l’insistance physique » à propos des violences. Plusieurs orateurs dont Pierre Cot pour le parti radical rappelèrent les principes fondamentaux du droit et la nécessité d’éviter les pratiques arbitraires. Un vote conclut cette journée qui montra le malaise du président du Conseil Tardieu.

Capture d’écran 2015-09-22 à 08.40.04

L’un des policiers accusé de sévices avait stigmatisé dans un bulletin corporatif de la police «  les douteux orientaux, échappés, on ne sait comment, à l’horreur du pogrom ou du yatagan turc… ». Des journaux mentionnaient l’accent du tailleur, son aspect levantin. La xénophobie affleurait dans les polémiques. L’Univers israélite de janvier 1950 reproduisait les épithètes réitérés par l’un des inspecteurs lors de l’interrogatoire : « sale youpin ».

La sortie de prison de Michel Almazoff

La sortie de prison de Michel Almazoff

La sortie de prison de Michel Almazoff. Source Gallica

La sortie de prison de Michel Almazoff. Source Gallica

Capture d’écran 2015-09-18 à 10.27.44

L’épouse de Michel Almazoff devant la prison de la Santé

Capture d’écran 2015-09-18 à 10.29.14

La foule devant le restaurant faisant face à la prison de la Santé attendant la sortie de Michel Almazoff

Quelques mois plus tard, Almazoff assigna le sous-directeur de l’identité judiciaire Amy en justice et réclama un million de dommages et intérêts. Il le disait responsable des longs délais d’expertise et, par voix de conséquence, de son emprisonnement de plusieurs mois. L’arrestation du tailleur de la rue Saint-Gilles en octobre 1929 avait été la conséquence de relevés sanguins effectués, sans la présence d’un commissaire, par l’identité judiciaire dans sa boutique. Une contre-expertise montra l’inanité de ces premiers constats. L’affaire vint devant la chambre civile en février 1932. La ville de Paris, le préfet de la Seine et le préfet de police étaient également assignés par Almazoff. Il fut débouté.

 

Michel Almazoff vécut dans la misère. A sa sortie de prison, il avait été figurant dans un film, puis chauffeur de taxi. A la suite de trop nombreux accidents, sa licence lui fut enlevée par la préfecture. Il n’était pas bien accueilli dans les commissariats. En 1932, il avait repris son état de tailleur en chambre ; il n’avait plus de boutique. Il travaillait dans son appartement exigu de l’avenue Jean Jaurès, mais les commandes étaient rares.

La famille Almazoff dans son petit appartement de l'avenue Jean Jaurès. Source Gallica

La famille Almazoff dans son petit appartement de l’avenue Jean Jaurès. Source Gallica

Le magazine Détective publia le 30 avril 1930 une double page titrée « Mon premier non-lieu, mémoires de Michel Almazian« . C’était le premier article d’une longue série qui dura jusqu’au 29 mai 1930 où le tailleur narrait ses aventures de travailleur migrant, victime à plusieurs reprises de la malchance, né en 1884 dans une famille chrétienne de Choucha.. Ce texte avait bénéficié des « arrangements » de deux journalistes : Henri Danjou etPierre Lagarrigue. Ces mémoires avaient été précédés d’un texte  » Ma vie en prison », avec une photographie d’Almazian en première page. Tous ces éléments confirment le retentissement de cette affaire et les passions qui accompagnèrent cette enquête chaotique.

Capture d’écran 2015-09-19 à 19.35.03

Capture d’écran 2015-09-19 à 19.37.22Capture d’écran 2015-09-19 à 19.48.08

La ligne de l’hebdomadaire avait fluctué. Dans les premiers jours,  il avait consacré deux couvertures à l’affaire et il reproduisait les thèses de la police et de l’accusation. Les journalistes affirmaient, sans grandes précautions, que Rigaudin était l’amant de madame Almazoff et que le mari trompé avait éliminé son rival. Lorsqu’il fut question des violences policières, les journalistes évoquèrent avec réticences ces accusations, se prétendant « impartial ». Ils durent convenir que la garde à vue ne s’était pas déroulée correctement, en contravention avec la loi et à cause des excès de zèle de quelques fonctionnaires.

Conséquence de l’affaire Almazoff, le directeur de la police judiciaire André Benoist dut quitter son poste et fut détaché à l’inspection générale des services le 6 avril 1930. Il fut admis à la retraite un an plus tard. Il fut accusé de corruption dans le scandale Oustric. Il aurait touché une grosse somme pour éviter des poursuites au banquier lorsqu’il dirigeait la police judiciaire.

La malle sanglante de 1929 demeura une affaire non résolue. La mère et le fils Rigaudin avaient également été assassinés. Quels liens entre tous ces crimes ? Police Magazine, en 1932, rappelait que la mère de Rigaudin était une sage-femme néo-malthusienne. Elle et son fils avaient-ils été assassinés parce qu’ils se livraient à un chantage auprès d’une personnalité à la suite d’un avortement ? Là résidait peut-être la clef de l’énigme. Mais une autre affaire passionnait le public : le vampire de Dusseldorf sévissait outre-Rhin.


Vous aimerez aussi...