295 – Portrait du jour : Chantal Schmitt, éditrice : “un esprit associatif et collaboratif”

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Comme un bonheur n’arrive jamais seul et pour son 295ème Portrait du jour – Criminocorpus  le carnet reçoit avec infiniment de plaisir l’éditrice Chantal Schmitt 

Chantal Schmitt dirige les éditions les orfèvres ,une maison d’édition associative et collaborative dont l’objet est de permettre aux auteurs et artistes, peu ou pas connus, de présenter leurs œuvres par le biais de l’édition et de la diffusion. Dans cette optique, elle initie des activités et/ou événements afin de consolider le lien entre les créateurs et le public.

“Ouvrir un recueil de CK Schmitt c’est ouvrir la fenêtre d’une chambre avec vue sur les êtres. Au flux des passants qui traversent, elle est orpailleuse. Elle foule le lit de nos rivières, tamisant et révélant ses nouvelles à la sauce universelle: l’Amour.

Quelques lignes vous feront l’effet d’un roman fleuve, d’une poésie ou d’une prière. Elle déroule des cercles sur l’onde, lorsqu’elle soulève la pierre du temps. Alors, comme on imagine la vie des passants de la fenêtre de la chambre, le lecteur est pris au tamis de son propre intime. Elle fait émerger en nous, jaillie d’entre les sables, une pure et indicible émotion, lumineuse et précieuse.” Philippe Moncho, Auteur, Compositeur, Interprète

L’Interview de Chantal Schmitt est réalisé par notre ami  Stéphan Sanchez , libraire, photographe et romancier.

Bienvenue Chantal   sur le très discret et prisé carnet criminocorpus. Ph. P

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

  1. Stéphan Sanchez. Diplômé d’un Master en arts plastiques et d’une Licence d’histoire de l’art, Stéphan est libraire, photographe et romancier. Passionné de littérature gothique, âgé de 30 ans, il a publié quatre romans dont deux thrillers chez Jean Marie Desbois éditeur : « Anatomie des vagues », en 2016, et « Châteaux noirs », en 2017…

    Pouvez-vous nous raconter votre parcours dans l’édition et la genèse de la maison Les Orfèvres ?

En amont de l’histoire des Orfèvres, il y a la mienne, car je suis modestement ce que l’on appelle une nouvelliste, c’est-à-dire un auteur de récits concis, ou Tout s’écrit dans la brièveté mais dans l’absolue précision. J’ai été moi même éditée dans une maison d’édition dirigée par une auteure connue, et l’expérience que j’en ai retirée n’a pas été, pour le moins, favorable. Pour autant, accaparée que je l’étais par l’écriture, j’en avais oublié de continuer à m’ouvrir à la lecture…Or, un ami m’adressa un jour un manuscrit, vieux, très vieux, de ceux que l’on écrit lorsque la jeunesse et ses caprices nous prédisposent à l’écriture et qui, un jour, de dessous les cartons où il avait longtemps demeuré, avait rejailli en quémandant l’intérêt dont on l’avait privé. Lorsque j’en pris connaissance, la délicatesse du style et la justesse des mots m’ont littéralement saisie. De ce jour, j’ai décidé que je préférais nettement la lecture à l’écriture, et plus encore, découvrir ce qu’aucun encore n’avait pu lire. M’est venue l’idée des Orfèvres, aussi limpidement et naturellement que la soif ou la faim. Le premier livre que les Orfèvres a publié fut ce manuscrit, délicat et poétique à souhait : Pelo et Lua  de Philippe Moncho .

  1. Vous ne publiez que des auteurs contemporains, pourquoi un tel choix ?

La publication d’auteurs contemporains n’est pas un choix mais plutôt un impératif d’ordre sociétal : l’auteur a mille choses à faire partager à ses contemporains à qui il s’adresse par le biais de ses œuvres. Editer un auteur équivaut non seulement à le mettre à nu face à un public qui se nourrit de sa littérature, mais à interpeller un lecteur qui trouvera peut-être, un écho, un chemin, un exemple, ou au contraire une aberration à combattre. Comme dans la littérature jeunesse ou l’enfant se construit à partir d’histoires, l’auteur contemporain témoigne de son temps et de ses multiples facettes tout en composant (décomposant ?) une nature humaine en constante distorsion.

  1. Les Orfèvres se distinguent par une charte graphique assez sobre. Pouvez-vous nous expliquer ce choix ?

Peut-être pour la même raison qui fait que je ne porte ni bague, ni boucles d’oreilles, ni piercing, ni tatouage, ni toutes ces choses qui attirent le regard là où n’est pas l’essentiel, jusqu’à rendre invisibles ceux qui les portent. Comme tous les éditeurs, je veux que les livres de mes auteurs se vendent. Mais je ne souhaite pas détourner l’attention de la réalité du livre ; le livre se vit, s’imagine, il n’a aucune image spécifique, seulement celle que chaque lecteur lui donnera en son point final. Toute autre abstraction est un leurre, un détournement fallacieux.

  1. Quels sont vos projets à venir ?

Continuer l’aventure des Orfèvres.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent se lancer dans l’édition indépendante ?

S’armer de patience et de persévérance, aimer et respecter les libraires, se bâtir une déontologie.

 

La maison : 

Les Orfèvres est une maison d’édition associative et collaborative dont l’objet est de permettre aux auteurs et artistes de présenter  leurs œuvres par le biais de l’édition et de la diffusion. Dans cette optique, elle initiera des activités et/ou événements afin de consolider le lien entre les créateurs et le public. A l’orée de cet ambitieux projet, une femme éprise de mots et d’auteurs, Chantal Schmitt, nouvelliste, animée par une passion  mise au profit de talents et de  novations.  

La philosophie : 

Si la vocation de la maison réside dans l’édition de livres, elle reste convaincue que l’écriture peut revêtir d’autres formes d’expression.

Aussi, et parallèlement aux auteurs qu’elle publie, la maison Les Orfèvres entend également accueillir  des artistes  dont la créativité s’exprime au travers d’autres moyens que l’écriture

Notre démarche : 

S’éprendre de nouveautés loin des dictats et des censeurs, s’émouvoir à propos de formats variés, découvrir des talents, les accompagner, les mettre en lumière et partager leurs œuvres. Voici l’ambition posée  des Orfèvres.

Afin d’atteindre cette finalité et de veiller à préserver l’ouverture et la curiosité d’esprit qui sont les nôtres,  quatre collections vous sont proposées, quatre fenêtres ouvertes à la découverte d’horizons artistiques différents, reliées entre elles par une unique exigence : la satisfaction de créations pleinement abouties, unies par le soin et la rigueur avec lesquels les ouvrages auront été préalablement sélectionnés. 

En marge de nos  quatre collections, et pour rester fidèles à l’ouverture d’esprit et d’écoute indissociable de toute démarche artistique et créative, nous avons créé De Bouche à Oreille, espace dédié à la découverte de groupes musicaux et auteurs-compositeurs, afin de leur permettre  l’enregistrement d’un album exclusif ou collaboratif, et leur offrir  la possibilité de développer, partager, et promouvoir leurs oeuvres.

Lien vers le site officiel des éditions Les Orfèvres : https://www.editionslesorfevres.com/la-maison

Liens vers le Facebook des éditions Les Orfèvres : https://www.facebook.com/editionslesorfevres

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.