Alain Denizet, L’affaire Brierre. Un crime insensé à la Belle Époque (compte rendu de Frédéric Chauvaud)

BierreDans les années « Trente » un éditeur lança une collection, qui comprendra plus d’une vingtaine de titres, consacrée à des faits divers célèbres. Chaque volume avait le format d’un magazine et disposait d’une trentaine de pages. L’affaire Brierre, publiée en 1932, porte le numéro 24 et s’intitule Le massacre des innocents. Figure criminelle beauceronne, Brierre rejoint ainsi au panthéon du crime, du moins pour les lecteurs de l’entre-deux-guerres, Marie Lafarge, Prado, Pranzini le docteur Bougrat et quelques autres premiers couteaux. Alain Denizet, dans un livre alerte et bien renseigné, ne s’est pas intéressé à la mémoire du crime, mais a effectué une plongée dans les archives pour saisir cette affaire criminelle entre 1900 et 1914. L’auteur s’était fait connaître en 2007 avec Au cœur de la Beauce, enquête sur un paysan sans histoire, 1798-1854, en reprenant la démarche d’Alain Corbin qui avait signé en 1998 Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876. Très bon connaisseur de la Beauce à laquelle Jean-Claude Farcy avait consacré sa thèse d’État publiée en 1989 et récemment un livre sur L’affaire Poirier (2013), Alain Denizet était sans doute le mieux à même de mener l’enquête sur l’affaire Brierre. C’est au détour d’une lecture du Messager de la Beauce et du Perche, périodique catholique, qu’il découvrit le drame qui avait endeuillé la petite commune de Corancez, à proximité de Chartres…

Lire la suite de ce compte rendu de Frédéric Chauvaud sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...