Interview du romancier Yves Carchon à propos de son dernier polar : « Le sanctuaire des destins oubliés » édité chez CAIRN

 

Né en 1948, Yves Carchon passe son enfance dans le Lyonnais où se forge son goût pour la rêverie et l’écriture. A vingt ans, sac au dos, il découvre l’Afrique. Suivent d’autres voyages. Entre deux périples, il vit de petits boulots. Il écrit pour le théâtre, mais aussi des romans, des microfictions, des chroniques littéraires et se lance dans le polar. En 2017, il a publié Riquet m’a tuer , en 2018 Les vieux démons et en 2019, Le dali noir  dans la collection Du Noir au Sud  aux Éditions Cairn . Il vit aujourd’hui dans le Lauragais…

Interview du romancier Yves Carchon par Philippe Poisson 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Bonjour Yves CARCHON !

Bonjour !

On ne vous présente plus sur Criminocorpus ! Quatre livres chez Cairn, dont Le Sanctuaire des destins oubliés , en librairie à partir du 2 février…

Oui. C’est mon quatrième roman dans la Collection Du Noir au Sud que j’affectionne particulièrement parce qu’elle réunit une belle brochette de talents, une collection florissante qui fêtera en 2020 son centième titre…

Pouvez-vous résumer votre parcours ?

J’ai passé mon enfance dans un village du Lyonnais. Des études de Lettres classiques… Des voyages, beaucoup. Pas mal de petits boulots, puis la Protection Judiciaire de la Jeunesse, habilitée à la prise en charge des mineurs en danger et des jeunes délinquants… Et, depuis environ dix ans, je m’adonne entièrement à l’écriture.

Justement, comment en êtes-vous venu à l’écriture ?

Mes premières lectures (Dumas, Verne, Defoe…) m’ont éveillé à la magie de l’écriture. Je fus un lecteur assez précoce, fervent, affamé, mais je réécrivais pas mal de bouquins en les lisant…Je me disais que Dumas aurait dû écrire ceci ou cela… Verne aussi : il aurait pu couper ici ou là… Bref, sans le savoir, j’entrais dans ce club fermé des lecteurs-écrivains en me faisant la main…Vers dix-sept ans, j’ai commencé à rédiger des bouts de texte, restés inachevés … Ayant lu par ailleurs quelques biographies d’auteur, je me suis dit que cette vie-là, plutôt aventureuse, me convenait…J’ai donc fait mienne une telle vie. Le voyage, des errances en des pays lointains, des notes de voyage, des débuts de nouvelles…Voilà, c’était parti !

Comment écrivez-vous ?

Un rythme d’environ quatre heures d’écriture chaque jour. Le lendemain, je me relis, corrige le texte de la veille avant de reprendre le récit. Je commence par un plan, sans doute pour me sécuriser, mais que j’oublie très vite… En fait, un plan c’est un filet de protection, ça sert en cas de panne ou de faux pas…Ça sert à rassurer, à structurer un début de récit…Après, les personnages vous disent ce qu’ils attendent de vous…

Comment naît un récit ?

C’est toujours une affaire très intime. Souvent un événement dans sa vie en est le déclencheur. Une histoire à régler, un enjeu, un début de réponse à une question qui nous obsède…Je pense, par exemple, à mon roman Les vieux démons : je me suis posé la question de savoir quel aurait pu être mon positionnement pendant la dernière guerre ? Aurais-je été un salaud, du côté des héros ou dans l’entre-deux ? Je pense aussi au Dali noir où il est question d’une maison de retraite où Flora Zolan a été assignée, le même genre de maison où ma mère a été placée un an avant sa mort…C’est peut-être en cela qu’on reconnaît un vrai livre : fait de pâte humaine, de questionnements sous-jacents que se pose l’auteur, il ne peut que résonner chez le lecteur…

Et vos personnages, comment naissent-ils ?

J’ai toujours une vague idée des personnages. C’est en fait ce qu’ils font ou disent qui va leur donner l’épaisseur et la véracité souhaitées et en dessiner les contours et les enjeux. Mais je suis très loin de savoir comment ils vont vivre ou ce qu’ils veulent vivre quand je me lance dans l’intrigue ! C’est au fil des pages qu’ils doivent me le dire ! En fait, ce sont eux (et non moi) qui mènent la danse avec leur cohérence interne…

Parlez-nous de votre dernier roman : Le sanctuaire des destins oubliés

Je voulais renouer avec un genre que j’affectionne particulièrement : le réalisme magique, où réalité et rêve se rejoignent. Et situer l’intrigue du roman dans une ville que j’adore : Barcelone. C’est en voyant une photo que m’a adressée une amie, portrait dont le visage était caché par l’ombre d’une visière de casquette, que j’ai pensé à Lucas, le narrateur, pourvu du don de faire revivre, sur de vieilles photos, les visages effacés… J’avais l’idée aussi d’évoquer la période de l’Art Nouveau et celle du début des années 80, la Movida, époque libérée, chère à Almodovar, et qui a succédé aux sombres et assassines années franquistes… Enfin, je souhaitais créer une Lola attachante, mi-bohème, mi-artiste, qui traverse le livre…

Vous parlez de Lola. Qui est-elle ?

Ah, Lola ! C’est un personnage dont je suis tombé follement amoureux ! Pour sa grande liberté d’esprit, pour son don de réenchanter sa vie et celle du narrateur, Lucas. Pour sa folie, pour ses blessures d’enfance… Une fois Lola rêvée, elle ne pouvait que m’échapper, à l’instar de Lucas…Il nous fallait tous deux la retrouver coûte que coûte ! C’est ce que Lucas se donne pour mission : la débusquer en exhumant la part magique de leur amour…

Auriez-vous croisé une Lola ?

Je l’ai croisée, c’est vrai ! Et un peu plus, peut-être. J’avoue ! Mais pour construire un tel personnage, j’ai dû penser aussi à des visages rencontrés, des êtres aimés et une manière de vivre sa jeunesse…On puise toujours dans ce qu’on a connu, et pour la création du personnage de Lola je crois avoir su retrouver ce petit air libertaire des années 70, qui s’est prolongé en Espagne avec la Movida…

En somme, Lucas c’est un peu vous ?

En partie seulement ! Lucas vit toute son aventure comme dans un rêve. (Et j’espère bien que le lecteur sera lui-même plongé dans cet état !). Partir à la recherche d’un amour de jeunesse avec l’espoir, vingt ans plus tard, de le revoir n’est pas gagné d’avance… Mais je voulais écrire une quête, en incluant des éléments propres aux romans de chevalerie, au récit homérique, avec quelques défis à relever pour le héros…

Vous nous parlez de rêve…Est-ce le moteur de ce roman ?

Oui. Il s’agit d’un rêve éveillé que vit Lucas car il doit suivre des indices que Lola a cru bon laisser soigneusement dans son sillage, un peu comme le Petit Poucet…Là, ce sont des objets auxquels elle tenait, des objets qui recèlent une histoire et qui, selon Lola, agissent sur nos destinées pour peu qu’on s’y arrête…

C’est en cela qu’on peut parler de réalisme magique ?

Oui, Lucas est bien dans une démarche réaliste. Excepté les rares épisodes où il fait appel à son don particulier, il mène son enquête d’une manière très rationnelle. Ce qui donne du mystère et un vrai dérèglement à certaines situations, ce sont les rencontres de gens bien réels mais de gens bizarres, insolites, extravagants, appartenant pour beaucoup à une époque révolue, mais qui tous ont bien connu l’énigmatique Lola… Eux seuls peuvent aider Lucas… La magie du texte naît de prodiges, de révélations advenues dans des lieux comme une librairie de livres anciens, une brocante, un lapidaire…etc… L’enquête de Lucas, menée dans cette atmosphère étrange, crée un certain envoûtement…

Donc un roman qui tranche avec vos précédents ?

Oui et non. Ce sera au lecteur de juger…

Avez-vous d’autres passions en dehors de l’écriture ?

Le cinéma (j’en parle dans mon  prochain polar prévu chez Cairn pour novembre de cette année), la peinture (toile de fond du Dali noir) la photo, le dessin satirique… J’adore aussi marcher, flâner et bien sûr ne rien faire !

Avez-vous des projets ?

Devinez ! Un roman que j’ai commencé à écrire…

Avez-vous un site, blog où vos lecteurs peuvent vous laisser des messages ?

Un blog : www. theatre-yvescarchon mais aussi Facebook, Twitter…

Merci Yves CARCHON d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

C’est moi qui remercie Criminocorpus pour son soutien inconditionnel apporté aux romanciers…en particulier de chez Cairn !

35 – Portrait du jour : Yves Carchon, l’auteur du polar “Les vieux démons”

 


Vous aimerez aussi...