Les fourches patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire (Martine Charageat et Mathieu Vivas)

AfficheFourchesEn regroupant les contributions de chercheurs issus de sciences diverses mais complémentaires, le dossier proposé ici met en évidence une approche interdisciplinaire appliquée à l’étude d’un thème de recherche encore inédite en France : les gibets et les fourches patibulaires médiévales et modernes. Mal connu et très fantasmé, le sujet a toutefois été fédérateur au point de rassembler, lors de deux journées de conférence, un public composé, à l’image du collège d’intervenants, d’historiens et d’historiens de l’art, d’archéologues et d’archéo-anthropologues, tant universitaires que professionnels ou étudiants. Le colloque s’inscrivait dans un travail de réflexion engagé trois ans plus tôt sur les interactions entre les différentes justices et leurs rapports avec les justiciables (résistances, négociations, etc.) ; mais il invitait surtout, dans un cadre géographique plus vaste, à repenser et à réévaluer les usages des instruments de justice que sont les fourches patibulaires.

Structures judiciaires dédiées initialement à la pendaison, les fourches patibulaires n’ont que très peu intéressé les chercheurs français. Parallèlement à l’histoire des exécutions publiques, de nombreuses questions les accompagnent pourtant : où étaient-elles érigées et comment étaient-elles construites ? Qui en étaient les propriétaires ? Au-delà d’un symbole de justice, s’apparentaient-elles à une manifestation du pouvoir et de l’autorité ? Ne servaient-elles qu’à la pendaison ou jouissaient-elles de fonctions plus variées ? Malgré la diversité des exemples, ces questions évoluant suivant les époques, les lieux, les détenteurs et les justiciables, constituent des problématiques communes auxquelles toutes les contributions ont fourni des éléments de réponse. En menant un travail de fond sur les sources écrites et les images, mais également en intégrant dans leur réflexion les données générées par les archéologues et les archéo-anthropologues, chaque article conçoit en effet les fourches patibulaires comme un « objet » construit, un espace judiciaire aux fonctions multiples, un lieu de pouvoir et, enfin, un sujet au cœur des représentations mentales et collectives…

Lire la suite de la présentation des actes du colloque par Martine Charageat et Mathieu Vivas sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...