Les fourches sont-elles vraiment patibulaires ? Les fourches et leur contraire à partir de quelques exemples languedociens (Vincent Challet)

Commençons par l’évocation d’une silhouette allégorique, celle de la Securitas, peinte en 1338 par Ambrogio Lorenzetti au Palazzo Publico de Sienne, qui tient dans sa main gauche des fourches patibulaires à deux piliers de bois supportant un pendu, tandis que sa main droite déploie un cartel où se lisent distinctement en langue vernaculaire : Senza paura ogn’uom franco camini. Sans peur, chaque homme chemine librement…

De quoi les patibulaires sont-elles le nom ?

« Le gibet ne parle pas de lui-même comme on l’a souvent dit : il est un lieu de mystification, un endroit complexe où Dieu parle, mais par la voix des hommes qui ont su, encore une fois, apprivoiser sa parole ».

Les fourches patibulaires ne sont pas, loin s’en faut, des lieux muets ; d’autant que toute exécution s’accompagne d’une proclamation orale dont les archives gardent parfois la trace. Elles ne parlent pourtant pas d’elles-mêmes et ce qu’elles ont à dire à la population médiévale, comme ce qu’elles révèlent de cette société médiévale aux historiens est, sans conteste, un message plus subtil et plus nuancé que la seule évocation du terrible gibet de Montfaucon pourrait le laisser penser – que ce soit dans l’enluminure de Jean Fouquet qui nous en livre la plus ancienne vision conservée, dans la Ballade des Pendus de François Villon, ou à travers la reconstitution qu’a pu en faire Eugène Viollet-le-Duc dans son Encyclopédie Médiévale. C’est qu’en effet, par le biais de ce titre quelque peu provocateur, la question que je voudrais poser à travers quelques exemples issus du corpus languedocien de la fin du Moyen Âge mais éclairés aussi par ce que l’on sait de la situation dans d’autres villes du royaume de France, est double : d’une part, les fourches patibulaires servent-elles vraiment – c’est-à-dire essentiellement et non pas subsidiairement – à pendre et, d’autre part, à qui le message qu’elles sont censées adresser est-il destiné, si l’on veut bien admettre que les pendus participent, à leurs corps défendant, d’un processus de communication symbolique dont l’importance pour la compréhension de la société médiévale n’est plus à démontrer. Autrement dit, et pour le dire plus simplement, de quoi ces fourches patibulaires sont-elles le nom ? De telles interrogations en effet ne peuvent en effet manquer de surgir à la lecture des plus récents travaux consacrés à une question qui a, au final, peu retenu l’attention des historiens…

Lire la suite de cet article de Vincent Challet sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...