Casque d’Or, la vraie, par Alexandre Dupouy

casqued'orEn 1902, une rixe oppose deux jeunes hommes qui se disputent la possession d’une prostituée. La presse surnomme la jeune femme Casque d’or. Emprisonné avant son départ pour le bagne, François Leca, le souteneur, reçoit une centaine de lettres de Casque d’or, ainsi que de sa rivale, de sa famille, de son avocat et du journaliste H. Frémont. A. Dupouy retrace l’affaire à partir de ces courriers.

Casquette ? Non, Casque d’O !

En 1878 naît Amélie Élie à Orléans. Surnommée Casquette, Lilie ou Mélie, elle deviendra dans les colonnes des journaux Casque d’Or !

C’est pour elle, devenue prostituée, que se déclenche une véritable guerre des gangs en plein Paris. La presse en fera ses choux gras, fantasmant sur la violence des voyous des barrières. Après un procès retentissant, les deux prétendants sont expédiés au bagne d’où ils ne reviendront pas.

Et le cinéma immortalisera Casque d’Or plus tard sous les traits de Simone Signoret.

Pour l’auteur du livre, Alexandre Dupouy, tout commence en 1995 lorsqu’il tombe par hasard dans un vide-grenier sur des centaines de lettres envoyées à François Leca, le prétendant d’Amélie victime de l’attaque du fiacre. Elles viennent d’Amélie, de sa rivale Louise, de sa famille, de ses amis, de son avocat et du journaliste et homme de lettres Henry Frémont, rédacteur des «Mémoires de Casque d’Or».

Sur la base de cette abondante correspondance, Alexandre Dupouy a effectué un incroyable et minutieux travail de recherche. Agrémenté de centaines d’illustrations, couvertures de journaux, copies de documents officiels, livrets de chansons, tableaux, gravures, dessins, photographies et cartes postales. Il fait revivre ce Paris si dur et si cruel de la Belle-Époque, celui des Apaches, des Marlous, des Gigolettes, des Belles de Nuit, des maraudeurs des fortifs, des bourgeois qui s’encanaillent dans les bordels de luxe et des filles malchanceuses qui finissent dans les maisons d’abattage, des voyous au coup de couteau facile avec pour destination finale le bagne de Guyane dont on ne revient pas.

Cependant, il ne se contente pas de nous raconter un simple fait divers comme Paris en a tant connu à l’époque. Il l’insère dans son contexte historique, économique, social et politique. Car un tel fait divers qui engendre un procès retentissant ne jaillit pas ex nihilo. C’est le fruit d’une situation qui pourrit lentement depuis des décennies et dont les remugles finissent par exaspérer la bourgeoisie au pouvoir. On tolère la prostitution comme un élément à part entière de la vie sociale et bourgeoise au XIXe mais hors de question d’avoir à la subir au grand jour ou pire, à en supporter les débordements, c’est-à-dire les règlements de comptes entre proxénètes.

Grâce à La Manufacture de Livres, c’est tout un monde qui renaît grâce au travail d’Alexandre Dupouy. Un livre indispensable pour comprendre la Belle Époque et qui fait écho à l’exposition qui se tient actuellement au Musée d’Orsay «Splendeurs et misères, Images de la Prostitution, 1850-1910»

Choix de Aurélie Sandon de la librairie LA PLUME ROUGE à TRÉVOUX, France

L’action est connue. Elle a inspiré un classique du cinéma dont tous les français se souviennent. Le 9 janvier 1902, le fiacre 8907 est attaqué en plein Paris. On a d’abord fantasmé sur un crime de rôdeurs, sur la violence des Apaches, ces voyous des barrières. Puis on apprend qu’il s’agit d’une rixe, façon Hélène de Troie. Depuis plusieurs jours, deux jeunes hommes d’une vingtaine d’années, François Leca et Joseph Manda, se livrent un combat à mort pour la possession d’une jeune prostituée : Amélie Élie. Son surnom de «ruban» ? Casquette. Pas très vendeur. On l’appellera donc Casque d’or : la légende est née. La presse s’empare de l’affaire pendant toute l’année 1902. Tous les protagonistes sont arrêtés. La justice rend un verdict à la mesure du succès médiatique. Les deux prétendants finissent au bagne d’où ils ne reviendront pas. Pendant son séjour en prison d’avril à octobre 1902, de son arrestation à son départ pour le bagne, François Leca, le souteneur victime de l’attaque du fiacre reçoit près d’une centaine de lettres provenant de Casque d’or, de Louise van Maele, sa rivale, de la famille, de l’avocat ou encore de Henri Frémont journaliste et auteur des Mémoires de Casque d’or.

Après la découverte de cette correspondance, Alexandre Dupouy se passionne pour l’affaire qui a tant fait couler d’encre et décide d’en retracer la véritable histoire. Il en résulte une enquête passionnante, minutieusement documentée, illustrée d’une iconographie d’une grande richesse, mêlant photographies, croquis, coupures de presse et dessins, qui révèle la réalité d’un Paris victime de «hausmannisation», offrant par là même une radiographie de la société de l’époque : le rejet des classes laborieuses en périphérie, la prostitution, les gangs des apaches, le pouvoir de la presse…

Alexandre Dupouy est libraire et éditeur. Historien spécialiste dans les domaines de l’érotisme, de la pornographie et de la prostitution, il a notamment publié Mauvaises filles (La Manufacture de livres 2014) Joyeux Enfer, la photographie pornographique 1850-1930 (La Musardine, 2003), Apollinaire : Œuvres érotiques complètes (La Musardine, 2013), une Anthologie de la fessée et de la flagellation (La Musardine, 2002), Histoire(s) du Paris libertin (La Musardine, 2003), Sous le manteau : cartes postales érotiques des Années folles (Flammarion, 2008) ; et collaboré comme iconographe et intervenant à de nombreux documentaires dont le très remarqué La face cachée des fesses (Arte, 2013).

Auteur(s) : Alexandre Dupouy

Éditeur : la Manufacture de livres
Reliure : Broché
Date de sortie :01/10/2015

Alexandre Dupouy / France Inter

Maison d’édition indépendante, la Manufacture de livres explore le monde criminel français et international à travers des romans, des documents et des essais.

La diffusion/distribution est assurée par le CDE et la SODIS (groupe Gallimard).

 La Manufacture de Livres


Vous aimerez aussi...