« Et encourt sont les dictes forches en la dicte place toutes droictes… ». La guerre des gibets dans l’État bourguignon naissant (Franche-Comté, 1380-1400) (Michelle Bubenicek)

Au même titre que les panonceaux ou les bornes péagères, les fourches patibulaires sont des marqueurs qui rythment physiquement le territoire au nom du Prince, donnant à voir et à saisir concrètement la progression de sa justice souveraine, comme de son autorité politique. Encore faut-il cependant que ces marqueurs soient acceptés, et les fourches « laissées droites »… Cette prise de possession physique acquiert en tout cas une importance majeure dans le cadre d’un territoire politique en pleine constitution, comme pouvait l’être l’État bourguignon naissant, en particulier dans son volet méridional, l’espace bourguignon. Au sein de cet espace bourguignon, le comté de Bourgogne – la Franche-Comté – saisi à l’époque du principat de Philippe le Hardi, premier duc Valois (1384-1404), apparaît ainsi comme le terrain privilégié de quelques conflits d’importance centrés autour de l’implantation et du fonctionnement de fourches patibulaires ; des conflits auxquels il est tentant de donner le qualificatif global de « guerre des gibets ». Au nord de la principauté, le conflit très local des gibets de Vauconcourt, arbitré par les agents du duc, permet, dans un premier temps, de définir la nature précise des fourches : pour que celles-ci fonctionnent, il convient que l’opinion adhère à la double définition qui est celle du gibet, un marqueur matériel ; un marqueur symbolique. La question du consensus, de l’adhésion nécessaire de l’opinion est particulièrement sensible dans une deuxième affaire, celle d’une dépendaison opérée sur un gibet jurassien. Une dernière affaire, celle du gibet des Lavières, placé d’autorité par le duc aux portes mêmes de la cité impériale de Besançon, rend enfin éminemment perceptible le rejet total d’une autorité politique dans toutes ses composantes…

Lire la suite cet article de Michelle Bubenicek sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2015, 30 septembre). « Et encourt sont les dictes forches en la dicte place toutes droictes… ». La guerre des gibets dans l’État bourguignon naissant (Franche-Comté, 1380-1400) (Michelle Bubenicek). Criminocorpus. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd89

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search