Publication : Sauvageons des villes, sauvageons aux champs (1850-1950)

Voici le signalement de la parution récente d’un ouvrage de Bruno Carlier sur l’enfance délinquante et abandonnée dans le département de la Loire. En pièce jointe, reprise du plan et bon de commande.
Bruno Carlier, Sauvageons des villes, sauvageons aux champs. Les prises en charge des enfants délinquants et abandonnés dans la Loire (1850-1950), Bibliothèque du CERHI, vol. 5, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2006, 472 p.

PRESENTATION
De la réglementation du travail des enfants aux lois scolaires en passant par la répression des violences (y compris morales) à leur égard, le XIXe est une période où le souci de l’enfance se développe. Parce qu’elle inquiète, l’enfance difficile, délinquante, marginale enfin, est l’objet d’un souci particulier. Le département de la Loire est un lieu d’étude privilégié : les villes, et singulièrement Saint-Etienne, voient le grouillement d’une population juvénile incontrôlable et potentiellement dangereuse, quand les campagnes offrent à proximité des vies de régénération.
La Justice, l’Assistance publique contribuent à l’encadrement de la jeunesse. Mais l’administration a largement recours au secteur privé pour assurer ses placements, et peut faire appel à des bénévoles pour en assurer le suivi. Mieux même, les lois qui jalonnent le siècle ne peuvent guère trouver d’application sans l’appui de bonnes volontés locales.
Au XIXe siècle, les institutions étudiées relèvent d’un modèle traditionnel : recours à l’enfermement et au travail de la terre, inspiration religieuse… Mais le placement familial, dominant à l’Assistance publique, n’est pas absent, et les principes éducatifs appliqués à la colonie de Saint-Genest-Lerpt, proches de ceux du contemporain don Bosco, montrent une certaine intelligence de l’enfance.
Après la Première Guerre mondiale, l’intervention se spécialise ; le professionnel, et surtout le médecin, sont mis en avant. Le secteur de la protection de l’enfance entreprend de se réorganiser dans les années 1930 et pérennise un secteur privé déjà dominant, afin de rationaliser ses moyens d’action. D’où un mélange fait à la fois de bénévolat et d’action publique, de professionnalisme et de maintien de certaines structures presque informelles, qui ne prend véritablement fin que dans les années 1950.
La durée permet également de voir l’émergence de notions aujourd’hui centrales comme celle de l’intérêt de l’enfant. Esquissée précocement ici ou là, elle est plus tôt mise en œuvre que formulée, et cette mise en œuvre dépend beaucoup, là encore, des initiatives individuelles.

PLAN DE l’OUVRAGE
Remerciements
Préface
Introduction
Première partie : LES PRISES EN CHARGE PUBLIQUES : ASSISTANCE PUBLIQUE ET JUSTICE
I- Les enfants en danger : L’Assistance publique dans la Loire
A- Les enfants protégés par l’administration
B- Les enfants protégés par la Justice : les enfants moralement abandonnés ou « la police des familles »
C- Le fonctionnement du service des enfants assistés dans la Loire
II- Les enfants dangereux : la justice des mineurs dans la Loire
A- Un cas particulier : la correction paternelle
B- Combien de mineurs délinquants dans la Loire ?
C- Le fonctionnement de la Justice des mineurs
Deuxième partie :LES PRISES EN CHARGE PRIVEES AU XIXe SIECLE
I- L’encadrement de l’enfance
A- Des œuvres privées ou semi-publiques en faveur des orphelins et abandonnés
B- Le patronage des jeunes détenus et libérés
C- Le Refuge, de la « maison de correction » au foyer de jeunes travailleuses
II- Deux œuvres éphémères : La Colonie agricole des Trouillères et le Sauvetage de l’Enfance stéphanois
A- La colonie agricole des Trouillères Saint-Sulpice
B- Louis Comte et le Sauvetage de l’Enfance stéphanois
III- La Colonie agricole et industrielle de Saint-Genest-Lerpt
A- Une œuvre qui ne se limite pas au département
B- La vie à la colonie de Saint-Genest-Lerpt
C- Le lent déclin de Saint-Genest
Troisième partie : A LA RECHERCHE D’UN MODELE ASSOCIANT PUBLIC ET PRIVE
I- Un nouveau dynamisme entre les deux guerres
A- Sursauts d’après-guerre
B- Une volonté d’unité : la Fédération des œuvres de l’enfance
C- Entre éducation et répression
II- La naissance du Comité de patronage
A- La Fédération, un espace de liberté et d’initiatives
B- Un rôle important d’auxiliaire de la Justice
C- Du Comité de défense au Comité de patronage
III- Un partage original entre public et privé
A- Le Comité de patronage et la guerre
B- Réorganisations à la Libération
C- Un partage apparemment durable entre l’association et les institutions publiques

Conclusion
Sources et bibliographie
Index des noms de personnes cités dans le texte
Table des tableaux inclus dans le texte
Table des cartes et graphiques inclus dans le texte
Illustrations hors-texte

Fichier attaché : sauvageons_des_villes.jpg



Citer ce billet
Marc Renneville (2007, 29 mars). Publication : Sauvageons des villes, sauvageons aux champs (1850-1950). Criminocorpus. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncuj

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search