La sorcière, démoniaque ou victime ? Conférence de Benoît Beyer de Ryke

Cette chasse aux sorcières a provoqué de très nombreux bûchers et fait environ 50 000 victimes – © Tous droits réservés

 

La sorcellerie est à la mode : parmi les derniers avatars du genre, Harry Potter, l’apprenti sorcier de la romancière anglaise J. K. Rowling. Autre exemple un peu plus ancien, l’héroïne du feuilleton Ma sorcière bien-aimée, dont les 254 épisodes enchantèrent les téléspectateurs dans les années 1960. Cependant, avant d’avoir été « bien-aimée », la sorcière fut « mal-aimée ». L’image qui surgit spontanément est celle d’une vieille femme qui, chevauchant son balai, se rend au sabbat pour y adorer le Diable. Et tout aussi spontanément, c’est au Moyen Âge que l’on songe. Or la « chasse aux sorcières » n’est pas à proprement parler un phénomène : c’est en effet aux XVIe – XVIIe siècles qu’elle a été déclenchée, à l’époque d’Erasme et de Descartes. Cependant, si la chasse aux sorcières est un épisode datant des Temps modernes, elle a malgré tout été préparée au Moyen Âge, en particulier au XVe siècle. C’est à parcourir l’archéologie de cette chasse aux sorcières qu’est consacrée cette conférence.

Benoît Beyer de Ryke, philosophe et historien, enseigne à l’université libre de Bruxelles et fait partie de l’Équipe de recherche sur les mystiques rhénans (université de Metz). Il est l’auteur de plusieurs publications sur Maître Eckhart et la mystique rhénane, dont Maître Eckhart, aux éditions Entrelacs.

Ecouter la conférence sur le site de : Date : 10.10.2017 — Audio 79 min.

https://lacademie.tv/conferences/inquisition-et-sorcellerie-a-la-fin-du-moyen-age


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search