Prison Saint-Michel : double langage, dissimulations et déni de démocratie

prison_saint_michel_carte_postaleVu dans la presse – Depuis plus de 15 ans, le futur de la prison Saint-Michel pose question. Si son avenir reste incertain, deux faits sont établis que Casa Nova rappellera ici :
– 4 maires successifs ont reculé devant les dépenses induites par la création d’un équipement public sur le site de la prison.
L’État, sous différentes incarnations, n’a d’autre projet que d’essayer de tirer un maximum d’argent de la vente de la prison, faisant passer au second plan les besoins des habitants du quartier, et la valeur patrimoniale (entendre culturelle et historique) de la prison Saint-Michel.

Les premières esquisses d’aménagement datent de la fin du dernier mandat de Dominique Baudis et l’administration de l’époque avait élaboré un projet conforme à ses certitudes comptables, c’est à dire un projet dégageant une constructibilité maximale. Le prix d’acquisition n’était pas encore évoqué mais le recours à la promotion immobilière sonnait déjà comme une évidence.
C’était sans compter avec les habitant-es du secteur qui réagirent immédiatement par les voix du Comité de Quartier Saint-Michel, créé dans les années 70, et par celles de l’Association des Riverains de la Prison qui se constitua à cette occasion …

Pour lire la suite, voyez l’article en ligne

Prison Saint-Michel : double langage, dissimulations et déni …