« Mauvais ménages ». Histoire des désordres conjugaux en France XVIIe-XVIIIe siècles (Gwénael Murphy)

«Les violences conjugales ont récemment donné lieu à une mobilisation gouvernementale et à l’organisation d’une journée nationale réunissant différents acteurs (police, justice, associations de terrain, journalistes…) afin de sensibiliser l’ensemble de la société contre les féminicides. Diverses enquêtes ont montré que le nombre des violences physiques et/ou sexuelles n’avait pas diminué depuis près de deux décennies et qu’un pourcentage très élevé de femmes victimes d’agressions ne portait pas plainte. Gwénael Murphy, grâce à une approche historique, se propose de mettre en perspective ce phénomène. En effet, même si l’on note des évolutions depuis le XVIIIe siècle comme par exemple la criminalisation progressive du viol et la prise en compte des séquelles physiologiques sur les victimes directes ou collatérales, on constate que l’évolution est lente. Afin de comprendre cette lenteur, voire le retard qui est le nôtre en matière de prise en compte des violences, une plongée dans les archives judiciaires et partant, les mentalités des hommes et des femmes des XVIIe et XVIIIe siècles, prend tout son sens. »

Lire la suite du compte rendu de Scarlett Beauvalet à propos de l’ouvrage de Gwénael Murphy sur Criminocorpus.

Référence de l’ouvrage : Gwénael Murphy, « Mauvais ménages ». Histoire des désordres conjugaux en France XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, L’Harmattan, 2019, 252 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nadine Dardenne (28 janvier 2020). « Mauvais ménages ». Histoire des désordres conjugaux en France XVIIe-XVIIIe siècles (Gwénael Murphy). Criminocorpus. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndme


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search