La prison de la Santé (novembre 1926-mai 1928) par Jean-Claude Vimont

La convention signée entre la Bibliothèque des littératures policières (BiLiPo) et Criminocorpus permet la mise n ligne progressive, le montage et l’indexation de la collection du magazine Détective et de L’oeil de la Police. Au sein de la Bibliothèque de la plateforme nous disposions déjà de la collection presque complète de Police Magazine. Les recherches en mode texte autorisent de précieuses recherches qui, croisées avec d’autres sources, confirment tout l’intérêt de cette presse dite de faits divers, tant du point de vue des informations fournies que dans leurs représentations et mises en forme journalistique. Nous avions déjà évoqué la maison d’arrêt et de correction de la Santé dans une contribution sur le tailleur Almazian qui y fut enfermé, qui subit des sévices au 36 Quai des Orfèvres et publia dans Détective ses mémoires, avec bien sûr l’aide de deux journalistes de l’hebdomadaire, Henri Danjou et Pierre Lagarrigue. Cette contribution présente la prison de la fin des années, une époque où les quatre divisions du quartier bas, dit pennsylvanien, se détérioraient progressivement alors que le quartier haut avait été rénové à la fin du XIXème siècle. L’encombrement de l’établissement, entre 1400 et 1800 détenus en ces années-là, contribua à cet état de fait, déjà décrit par Michel Fize Fize dans Une prison dans la ville. Histoire de la « prison-modèle » de la Santé (Tome 1 : 1867-1914. Tome 2 : 1914-1933, Paris, Ministère de la Justice, collection Archives pénitentiaires, 1983, 188 et 89 f°) et dans l’exposition conçue par Caroline Soppelsa, La maison d’arrêt de la Santé : une prison dans la ville, dans le Musée de l’histoire de la justice sur Criminocorpus. Le témoignage offre des compléments sur la onzième division de la « grande surveillance » réservée à des prévenus de crimes graves, sur la dixième division des « chics types », en quelque sorte l’ancêtre du quartier des V.I.P, sur les condamnés à mort entravés jour et nuit, sur le système da pistole encore en vigueur, sur  l’aménagement des cellules, le déroulement des journées, les graffiti et les combines des détenus.

Un « carnet de souvenirs » réécrit.

Dans le numéro 43 de Détective du 22 août 1929, annonçait la publication dans son prochain article d’une série d’articles sous le titre « Cellule 11/7, grande surveillance de la Santé (récit d’un meurtrier imprévu) ». L’hebdomadaire affirmait avoir reçu les cahiers de souvenirs d’un prisonnier, après la publication d’une étude de Joseph Kessel intitulée « Meurtriers imprévus ». Le journaliste Claude Valmont avait repris le texte en éliminant les aspects judiciaires de l’affaire pour privilégier la dimension de reportage sur la vie quotidienne du prisonnier : « Grâce à Détective, la prison de la Santé n’aura plus de secrets ». Pour ménager le suspens et fidéliser les lecteurs, il était indiqué qu’à l’issue de la série d’articles, le nom du détenu serait révélé. Neuf articles de plus d’une page, illustrées de photographies réalisées par le studio du photographe Henri Manuel furent publiés (du n°44, le 29 août, au n°52 du 24 octobre 1929).

Un meurtrier en détention préventive.

Le Petit Parisien du 19 novembre 1926

Le Petit Parisien du 19 novembre 1926

Le témoignage émanait  d’Edmond Halff. Le 18 novembre 1926, il avait abattu de plusieurs coups de révolver dans la poitrine son beau-frère Jules Schwab. Né en Suisse, à la Chaux-de-Fonds, en 1886, il avait épousé en 1921 Isabelle Schwab qui lui avait donné un fils. Industriel et inventeur, il avait lancé avec son beau-frère une usine d’extincteurs, Thermosonus, à Dijon, et avait inventé le Signum. L’affaire périclita. En 1925, son épouse quitta le toit familial, emportant son fils, et demanda le divorce. Lors de son procès devant la Cour d’assises de la Seine en mai 1928, la partie civile représentée par maître Vincent de Moro-Giafferi affronta violemment la défense menée par maître Henry Torrès. Elle accusait Halff d’avoir été paresseux et d’avoir trompé son épouse. Le procureur émettait l’hypothèse d’un guet-apens tendu à la victime, d’une vengeance longuement ruminée par l’accusé. Elle s’appuyait sur les déclarations initiales de l’accusé devant les policiers, à la suite d’un interrogatoire « musclé », comme dans l’affaire Almazian. Maître Torrès secondé par maitre Suzanne Blum, plaida le coup de folie, l’exaspération d’un homme ruiné par sa belle famille, dépouillé de ses brevets d’invention et désespéré d’avoir perdu sa femme et son fils, à cause des pressions de sa belle-famille.  Halff était à la rue, chassé de son hôtel, dépourvu de ressources, désespéré, le coeur meurtri, il développa une rancoeur contre son beau-frère qui se moqua de lui lors de leur ultime rencontre. Ce crime passionnel sur fonds d’affaires financières, « le drame des Ternes », n’avait suscité que quelques articles dans la presse nationale. Le procès dura trois jours, dans un climat de haine et de vociférations avec une scène finale dramatique où l’épouse affirma qu’elle avait prise seule la décision de la séparation, sans avoir été influencée par son frère, la victime. Le jurés ne furent pas convaincus. Peut-être séduits par le ténor du barreau Henry Torrès, ils acquittèrent Edmond Hénaff. il avait subi 553 jours de détention préventive, principalement au quartier de grande surveillance dans la onzième division du quartier haut. Il séjourna au violon de la Préfecture de police puis au Dépôt, dont les salles communes étaient d’une « saleté effroyable », mais où des cellules individuelles pouvaient être louées pour 2 frs 50, à la Sourricière, dans les cellules des « grands carreaux » au Palais de justice en attente d’être auditionné par son juge d’instruction, à la Conciergerie. Ses trois avocats l’avaient visité à cent-vingt-huit reprises.

Croquis publiés en première page du Matin (24 mai 1928)

Croquis publiés en première page du Matin (24 mai 1928)La 11-7. Une cellule du quartier de grande surveillance

La cellule 11-7 de la grande surveillance 

Passées les formalités d’écrou, la fouille à nu, la confiscation des objets personnels prohibés (bretelles, canifs, jarretières, ceinture, lacets, la douche, les photographies anthropométriques après celles réalisées dans le service de la police scientifique (ces stations obligées ayant été bien étudiées dans l’article de Marc Renneville dans la Revue criminocorpus, dans le dossier coordonné par Pierre Piazza dans la même Revue, dans l’exposition confectionnée également par Pierre Piazza,et dans l’exposition « Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années soixante« , conçue par les Archives nationales et mise en ligne dans Musée de l’histoire de la justice de Criminocorpus), il récupéra ses vêtements personnels. Il découvrit le brouhaha de la prison, les cris des aboyeurs convoquant des détenus par leurs matricules pour des parloirs, des visites médicales ou des rencontres avec leurs avocats. Des détenus du service général déambulaient dans les longs corridors, autour du rond-point central ; d’autres patientaient devant les parloirs en nombre trop limité. Un surveillant lui confia deux plaques métalliques avec la mention « 11-7 » à apposer sur la porte de sa cellule. Vingt-cinq détenus étaient alors incarcérés dans cette partie de la prison, dans le quartier haut à la onzième division, « le nouveau bâtiment qui datait d’une trentaine d’années ». A la suite de la loi de 1875 sur l’isolement cellulaire des prévenus et des condamnés à de courtes peines, des travaux furent entrepris pour agrandir et rehausser le quartier haut, sous la direction de l’architecte Jean Dabermat. Par constraste, les quatre divisions du quartier bas étaient décrites par le témoin comme « sales, vétustes et privées de toutes commodités ». Chaque cellule de la grande-surveillance ne recevait qu’un seul détenu, l’un des rares endroits où l’utopie cellulaire semblait réalisée. Il présentait ainsi sa cellule située au rez-de-chaussée : « Elle est assez propre avec du ciment par terre, bien lavé, mais elle est pleine de toiles d’araignées. Les murs sont peints en jaune clair dans le haut, en gris dans le bas. Une grande fenêtre grillagée, dont les carreaux sont en verre dépoli, s’ouvre par un vasistas. A gauche, un lit pliant, fermé et fixé à la muraille par un crochet ; un peu plus loin un W-C à l’anglaise, digne il faut l’avouer des palaces les plus confortables, et, au-dessus, un robinet… On peut donc boire, se laver (Plus tard, en y adaptant une pomme d’arrosoir en carton, j’arriverai à faire de ce robinet une sorte d’appareil de douche !) A droite, une table fixée au mur et une chaise retenue par une chaîne, afin que les détenus ne puissent s’en servir pour assommer les gardiens, puis deux tablettes qui deviendront à la fois ma bibliothèque, mon armoire à glace et mon garde-manger. (…) La cellule est grande, peut-être quatre mètres sur cinq, mais il y fait froid. Le radiateur encastré dans le W-C ne chauffe guère que le mur. Le chauffage central a beau exister à la Santé, il est impossible de chauffer. Il y fait en hiver un froid glacial et en été une chaleur atroce ». Michel Fize avait insisté sur les principes hygiénistes qui avaient présidé à la construction et aux premières réfections. Simone Buffard, dans un livre précurseur de 1973, donc deux avant les écrits majeurs de Michèle Perrot et Michel Foucault, avait évoqué ce trait majeur du climat intérieur des détentions (Le froid pénitentiaire. L’impossible réforme des prisons, Paris, Le Seuil, 1973, 223 p.) Les petits aménagements, bricolages des détenus pour améliorer leur « confort » ont toujours existé. Une beau livre de photographies en témoigne, celui de Catherine Réchard, Système P : bricolage, invention et récupération en prison (Paris, Éd. Alternatives, 2002, 127 p.). A 18 h 30, les portes des cellules étaient fermées pour la nuit. les prisonniers devaient déposer à l’extérieur, tout près de l’entrée les plumes, encriers, leur serviette de toilette. La lumière demeurait allumée durant toute la nuit. Au matin, à 7 h 30, la relève des gardiens autorisait la récupération des objets et réceptionnait le courrier rédigé. Les pas des gardiens étaient écoutés avec attention, car les prisonniers devinaient à quelle équipe ils allaient avoir affaire, plus ou moins stricte.

Le quotidien des détenus ordinaires et celui des pistoliers

Dès le réveil, le rythme de la journée différait selon les ressources personnelles des détenus et selon leur situation pénale. Si l’argent liquide était prohibé au sein de la prison, les pécules disponibles enregistrés à la compatibilité de la prison différaient selon les détenus. Après leur toilette et le rangement de leur cellule, les plus démunis attendaient la soupe, de l’eau tiède avec quelques légumes, servie à 9 h30. Ceux qui pouvaient régler 40 centimes à la cantine de la maison, recevaient le « petit café », servi bien souvent froid par les cantiniers, des condamnés de droit commun. La distance entre les cuisines situées à proximité de la cour d’honneur et la onzième division, les longs corridors pour acheminer les bouteillons, les grilles et postes de surveillance expliquaient ce problème récurrent. Ceux qui disposaient de moyens recouraient au système de la pistole : une cellule individuelle plus confortable, notamment dans la dixième division des « hommes chics », le recours à la nourriture et aux boissons du traiteur « A la bonne santé », situé face à l’entrée de la prison. Gaston, le serveur du restaurant, en bras de chemise et en tablier vert, panier d’osier sous le bras, parcourait les couloirs, prenait les commandes et les livrait. Près de soixante détenus recouraient à ses services : des plats toujours chauds, à point, « succulents ». Quelques vins fins pour les plus aisés.

Article extrait de Détective, mis en ligne sur la page face book "Patrimoine carcéral des régions françaises" (https://www.facebook.com/patrimoinecarceral?fref=photo)

Article extrait de Détective, mis en ligne sur la page face book « Patrimoine carcéral des régions françaises » (https://www.facebook.com/patrimoinecarceral?fref=photo)

Photographie extraite de Détective, reproduite sur la page facebook "patrimoine carcéral des régions françaises" (Article extrait de Détective, mis en ligne sur la page face book "Patrimoine carcéral des régions françaises" (https://www.facebook.com/patrimoinecarceral?fref=photo)

Photographie extraite de Détective, reproduite sur la page facebook « patrimoine carcéral des régions françaises » (Article extrait de Détective, mis en ligne sur la page face book « Patrimoine carcéral des régions françaises » (https://www.facebook.com/patrimoinecarceral?fref=photo)

Durant la matinée se déroulaient les promenades dans d’étroits promenoirs surveillés depuis une galerie par les gardiens. Elles duraient théoriquement une demie heure, mais pouvaient être raccourcies selon les disponibilités du personnel. Durant l’après-midi avaient lei les parloirs avec les visiteurs, éloignés d’un mètre des prisonniers et séparés par des doubles grilles. Des surveillants épiaient les conversations. On y parlait fort, car les cloisons étaient minces. D’autres prisonniers recevaient les visites des avocats, de petites pièces munies d’une table et de de chaises. les conversations pouvaient s’y éterniser, l’occasion pour les pensionnaires de patienter et discuter dans les couloirs. De « faux appels » aux parloirs par des gardiens compatissants favorisaient également la circulation au sein de la prison. Quand Léon Daudet de l’Action Française fut écroué, ils étaient plusieurs, poussés par la curiosité, à venir accueillir ce détenu politique célèbre. Le régime de séparation absolue n’avait-il été qu’une proclamation, une crispation disciplinaire pour tenter d’enrayer la récidive sans possibilité de le faire appliquer dès les premières de sa création. Impossible réforme des prisons ? Dans les corridors, dans les préaux les prisonniers avaient tracé des graffitis à la craie, au charbon de bois, à l’aide de pièces métalliques : « BAA » (Bonjour aux aminches, dessin d’un tombeau avec une tête de mort ( la maison centrale de Poissy redoutée par les condamnés à la réclusion), « la tonte » ( les travaux forcés à perpétuité). Les prévenus démunis pouvaient s’employer à de menus travaux. C’était le cas de Halff, l’industriel ruiné qui ne recourrait qu’occasionnellement à la cantine interne ou à la « Bonne santé ».  Un contremaître lui livrait des cotillons, des étiquettes à plier pour trente sous par jour. Il n’avait pas droit au découpage, car nécessitant des ciseaux. Ces tâches, comme les emplois au service général, étaient réservées aux condamnés. Quand les gardiens faisaient la sieste, quand les cellules étaient fermées durant la nuit, les prisonniers conversaient par les conduites de tout-à l’égout ou grâce à un alphabet morse frappé sur les canalisations.

Photographie extraite de Détective ( n°46, 12 septembre 1929)

Photographie extraite de Détective ( n°46, 12 septembre 1929)

Photographie extraite de Détective ( N°47 du 19 septembre 1929)

Photographie extraite de Détective ( N°47 du 19 septembre 1929)

Une population bigarrée

Confiné à la grande surveillance, Halff ne put avoir une vison globale de la population incarcérée, même si lors des comparutions devant le juge d’instruction il côtoya toutes sortes d’auteurs de délits et de crimes. A la grande surveillance, on  encadrait étroitement les évadés du bagne et les récidivistes des évasions des prisons métropolitaines. Deux cellules étaient réservées aux condamnés à mort à son époque. Il s’agissait de Vladimir « Wladeck » Zinczuck, dit Zinc, et de Julian Pachowski, le chef et  lieutenant d’une bande  de malfaiteurs polonais qui avaient sévi dans quinze départements en 1924 à 1925. Ils volaient, cambriolaient et assassinèrent à plusieurs reprises de pauvres hères et des personnes âgées pour les dépouiller, au révolver, à la barre de fer, au gourdin ou à la hache. La bande regroupait une vingtaine d’individus. La cour d’assises du 27 novembre 1927 condamna les deux chefs à la peine capitale et plusieurs complices aux travaux forcés à perpétuité. Au lendemain de la sentence, Edmond Half entendit un gardien : « Six méritaient la bascule, ils n’ont eu que la tonte ». Durant la journée ils étaient entravés aux pieds et menottés. On leur ôtait les chaînes durant la nuit ainsi que leurs vêtements qu’ils déposaient à l’extérieur de la cellule dans « les armoires à glaces », puisqu’ils ne disposaient pas d’étagères. Ils avaient l’autorisation de fumer à loisir, ce qui était prohibé pour les détenus ordinaires, même si le tabac prohibé était la monnaie d’échange la plus répandue au sein de l’établissement. Leur régime alimentaire était abondante et amélioré. Half entrevoyait les condamnés dans leur cellule dont le guichet restait en permanence ouvert et sous la surveillance d’un gardien. Zinczuck, plutôt jovial et souriant, passait la tête par le guichet et discutait avec son geôlier ou avec les détenus de passage. Pachowski (un pseudonyme vraisemblablement) était totalement abattu.  Ils attendirent pendant 120 jours l’aube de leur exécution sur le boulevard Arago, le 3 avril 1928. Impressions d’Edmond Half, le matin de l’exécution : « C’était une impression vraiment étrange : au lieu de voir la grosse tête de Zinc avec son large sourire passer à travers le guichet et me faire signe, je voyais cette tête tomber dans le panier ».

Il mentionnait aussi « les vieux mendigots », clochards et miséreux qui venaient passer l’hiver dans la prison plutôt qu’à Nanterre, à la suite de menus chapardages. Chaque jour les fourgons cellulaires acheminaient dans la cour d’honneur puis au greffe ces représentants des « bas- fonds » de la capitale, pour reprendre le titre du livre de Dominique Kalifa (Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Éditions du Seuil, 2013, 394 p.).

Dans la dixième division étaient regroupés les notables, des escrocs, des banquiers véreux, des faussaires, pourvus de moyens, bénéficiant du système de la pistole et usant et abusant des repas apportés par Gaston : « des « gentlemen », vêtus de pyjamas de soie aux couleurs tendres, aux cheveux bien lisses et rasés de près ». Le quartier était surnommé « le quartier des chics types », mais les prisonniers les appelaient aussi « les fumiers à fric ».

Léon Daudet est le seul détenu politique mentionné dans les carnets de souvenirs. Il recevait du monde, de jolies femmes, des hommes de lettres dans le parloir réservé aux avocats. Son évasion par la grande porte, après avoir reçu l’au revoir du Directeur Catry fit rire toute la détention.

Ce plongeon dans la prison de la Santé à la fin des années vingt n’a aucune prétention exhaustive. Les jugements de valeur moralisants sous la plume d’Edmond Halff, ou plus certainement de la part du journaliste Claude Valmont, accompagnaient les portraits des détenus entrevus, puisque selon la ligne éditoriale de l’hebdomadaire « le crime ne payait jamais ». La précision de certaines descriptions et l’atmosphère de l’établissement confèrent cependant au témoignage tout son intérêt.

Les fourgons cellulaires dans la cour d'honneur de la Santé  (Détective, n°50, 10 octobre 1929)

Les fourgons cellulaires dans la cour d’honneur de la Santé (Détective, n°50, 10 octobre 1929)

Le greffe de la prison (Détective, n°45, 5 septembre 1929)

Le greffe de la prison (Détective, n°45, 5 septembre 1929)


Vous aimerez aussi...