Les séquestrés de Collioure : un camp disciplinaire au Château royal en 1939

colliouresMars 1939. Le premier camp disciplinaire destiné aux réfugiés de la guerre d’Espagne est créé au Château royal de Collioure. Ce port typique de la côte catalane – qui a vu mourir le poète Antonio Machado – va devenir un enfer pour les réfugiés espagnols et les survivants des Brigades internationales. Des héros de la guerre civile aux réfugiés insoumis, ils seront près d’un millier d’exilés à être confinés au secret durant l’année 1939, derrière les épais murs de la forteresse des Templiers. Antichambre du camp du Vernet-d’Ariège, le camp de Collioure engendra à la fois le mythe et l’oubli. Son rôle et son statut sont ici évoqués avec minutie dans un récit historique qui passe en revue les neuf mois de son fonctionnement. Un travail qui s’appuie sur des archives, notamment de la Sûreté nationale et de la gendarmerie, jusqu’ici inédites, ainsi que sur de nombreux témoignages.

Les séquestrés de Collioure : un camp disciplinaire au Château royal en 1939

Auteur(s) : Grégory Tuban
Éditeur : Mare nostrum

Date de sortie : 15/02/2003

campL’ouvrage de Grégory Tuban s’ouvre sur une courte « note au lecteur » qui, en manière d’avertissement et sans commentaire, pointe un glissement sémantique. L’historiographie actuelle emploie, indique-t-elle, plus communément l’appellation « camp d’internement » que celle de « camp de concentration », couramment « appliquée à l’époque par le ministère de l’Intérieur, les préfectures et l’armée de terre », pour désigner ces camps où la République française parqua, à l’hiver 1939 et pour longtemps parfois, les réfugiés de la guerre d’Espagne. Grégory Tuban précise qu’il a, lui, volontairement choisi, pour son ouvrage, la terminologie de 1939. Sans doute, ajoutons-nous, parce qu’elle avait le mérite de la clarté.

Ces « camps de concentration pour réfugiés espagnols » (en français d’époque, donc), un rapport de la Sûreté nationale en établit la liste à la mi-1939 : Bram, dans l’Aude ; Gurs, dans les Basses-Pyrénées ; Agde, dans l’Hérault ; Le Vernet, en Ariège, et Septfonds, dans le Tarn-et-Garonne ; Argelès-sur-Mer, Le Barcarès, Saint-Cyprien et Collioure, dans les Pyrénées-Orientales. Des neuf camps recensés dans ce rapport officiel, un seul – le dernier et le plus petit d’entre eux – est référencé « camp spécial ». Dans d’autres circulaires estampillées « RF », Collioure est tour à tour mentionné comme « camp spécial », « centre spécial » ou « centre de regroupement spécial »…

Pour en savoir plus voyez le lien suivant :

Collioure, prélude à l’infamie – A Contretemps, Bulletin …


Vous aimerez aussi...